Français, Oups ! – Folie passagère 231

Posté par corto74 le 4 décembre 2009

Français, Oups ! - Folie passagère 231 dans Zone c'eSt chez noUs! wikio4 Voter !

283675973_small dans Zone c'eSt chez noUs!Je disais donc, hier, que j’avais validé le zinzin, je suis français et l’idée me plait bien. Mais, tout serait ainsi trop simple; et, parce que je garde les yeux ouverts et les naseaux aux aguêts, il y a parfois de quoi franchement avoir honte d’être français.

D’abord, le français, pour le cotoyer, ici et ailleurs, n’est pas ce qui se fait de mieux en matière d’humilité. Le français est un donneur de leçon patenté, il sait mieux que quiconque comment va le monde. Sur ces 2 pattes, le coq est dressé et, à défaut de voir le tas de fumier sur lequel il est juché, il a l’impertinence de se pincer le nez en oscultant les tas de fumier des autres: droits de l’homme, ingérence humanitaire, interventionisme, condescendance, etc… Moi, tout petit, on m’a dit: avant de juger les autres, assures toi d’avoir les fesses bien propres !

Alors zoomons sur la Gaule et observons. Voyons les inégalités qui s’accroissent; les gens qui dorment dans leurs voitures ( à 2mn à pied de chez moi ); les queues qui n’en finissent plus aux Restos du Coeur; la pauvreté qui s’installe sournoisement; les Sdf dont on nous bassinera dès les premiers frimas; les gens qui bossent et qui n’ont pas les moyens de vivre décemment: les bénévoles qui ne savent plus où donner de la tête; les chômeurs en fin de droit et, du jour au lendemain, couic. La liste est interminable comme témoignages de cette détresse qui s’installe sûrement et durablement au pays des Droits de l’Homme et de la liberté-égalité-fraternité. Il ne s’agit pas ici de politique, de droite ou de gauche, uniquement de la gestion curieuse des priorités. En 2009, en France, pays des Lumières, de Rousseau et d’Hugo, on crève et on a peur, comme en Inde, au Soudan ou en Chine. On ergote sur le prochain locataire du Panthéon et on crève dans la rue.

Est-il possible d’avoir honte de son pays ? Pour sûr à considérer les cités de banlieues bâties en toute inhumanité, terreau fertile pour toutes les véroles prévisibles: racisme, « immigration maudite », trafics, et autres ismes en tout genre. Pour sûr, à considérer les discriminations et autres oppositions débiles: vieux/jeunes, homos/hétéros, cathos/musulmans, intellos/les autres… Pour sûr à analyser les incohérences du système: une administration pléthorique et inefficace, Pôle Emploi qui sous-traite, des politiciens qui font d’une supposée mission de service public un métier, des  systèmes de retraite conçus pour les vieux d’aujourd’hui et invivables pour ceux de demain, les appauvrissantes pensions de reversion…

Est-il possible d’avoir honte de son pays ? Oui si l’on considère: qu’il est out de parler de Marseillaise, qu’il est si difficile de vivre sereinement avec les pas-comme-nous, qu’au nom de la sacro-sainte liberté d’expression, on peut dire tout et n’importe quoi sur le net, à la Tv, dans les journaux…

Encore heureux, en France, nous pouvons encore nous indigner et tant que nous pourrons exprimer notre indignation et s’opposer à l’idée qu’il serait honteux d’être français, alors…

D’accord, pas d’accord: A bon entendeur !

17 Réponses à “Français, Oups ! – Folie passagère 231”

  1. Marianne ARNAUD dit :

    Je suis admirative, mon cher Corto , de cet article.
    Je crois que personne ne pourra être en désaccord avec votre constat.
    Mais le désaccord se situera au niveau des remèdes à apporter à cette situation.
    Si l’on fonce tête baissée dans plus d’étatisme, le remède sera pire que le mal. Conférer ce qui s’est passé en 1981 où il a fallu dare-dare renverser la vapeur en 1983 !
    Si on veut plus de régulation, il faudra que les nouvelles règles soient acceptées au niveau mondial, sinon on mettra l’économie de notre pays en danger.
    De toutes les façons il va falloir que cela change, j’espère que cela pourra se faire dans la concertation et non dans la violence.

  2. corto74 dit :

    @marianne: merci. mais visiblement l article en question ne mobilise pas question commentaires ! Et vs avez raison, quant aux remèdes, nos vaillants politiques n ont pas fini de s’écharper sur leurs solutions miracles. Et oui, encore, il faut que cela change !
    bises a vous

  3. Marianne ARNAUD dit :

    C’est le ouiquende et les commentateurs de Corto74 sont peut-être aussi « à la ramasse ». Qu’en dites-vous ?
    Peut-être seront-ils plus au clair lundi ?
    A demain ! Je vous embrasse.

  4. RPH dit :

    Je ne vais pas faire trop de commentaire là-dessus. Mais pour résumer, la gauche souhaite réduire les inégalités et la droite les augmente sans complexe: les pauvres sont plus pauvres et les riches sont plus riches…

  5. corto74 dit :

    @RPH: allons, allons, RPH, vous êtes capables de plus d’ouverture d’esprit, il me semble. Vous y croyez encore à ces vieux poncifs: la gauche avec les pauvres , la droite avec les riches ! Le problème n’est plus là depuis longtemps, le malaise du PS pour preuve. C’est le système qui ne fonctionne plus et un nouvel équilibre à trouver. Biz

  6. Didier dit :

    Si nous pouvions poser un titre aux commentaires le mien serait : La France qui rassure et la France qui fait peur.

    Malgré les nuances et la prudence avec laquelle tu as partagé ta France en deux, parce-que la question d’actualité intime à opérer cette douloureuse scission, je n’arrive pas à trouver un fil conducteur à tes deux articles. Comme s’il y avait dans ta France qui rassure le fait d’être Français, comme la possibilité d’être Allemand en Allemagne, Suédois en Suède, etc… Il y est pratiquement impossible de discerner une identité typiquement française. Alors que dans le second, tous les codes de l’indignation ramènent à l

  7. Didier dit :

    Oups ! Voilà ce qui se passe quand on écrit au lit dans le noir tout en regardant la télé…

    Désolé.

    Je reprends :

    … a France qui parlera inévitablement aux Français bien-que, sur ces sujets, peu de pays européens peuvent se targuer de faire beaucoup mieux actuellement.

    Ce n’est peut-être qu’une vision de l’esprit, du mien bien-sûr. Mais finalement je me dis que tu as terriblement mal à ta France et que tu es, comme bien des Françaises et Français, désemparé face à l’ampleur des dégâts.

    Voilà pourquoi je disais l’exercice difficile et osé hier. Ces questions d’identité nationale touchent au plus profond de l’intime et je ne vois toujours pas comment en extraire ladite identité autrement qu’en arborant un morceau de plastic à son nom filigrané RF.

  8. Lika Launay-Spitzer dit :

    J’ai beaucoup apprécié vos deux articles, Corto. Vous n’avez pas partagé la France en deux, comme le voit Didier. Vous avez d’abord parlé de votre amour pour la France, et ensuite vous déplorez ce qui se passe dans cette France que vous aimez.
    Quant au peu de commentaires, vous êtes trop gâté. J’ai plein de billets où il y zéro commentaire, vous savez. Vous êtes lu. Pas de souci.
    Marianne Arnaud est marrante avec son ouiquende. C’est vrai, et les gens sortent, rentrent tard. Hier, un copain avait une place pour La Nuit des Rois à Bourg-la-Reine. Je n’ai pas résisté, et ce soir on vient à peine de retrouver nos chats. On était chez des amis où j’ai fait la connaissance de Michèle, un Canadienne très sympa qui a un blog. Nouveaux commentaires en perspective, cher Corto.
    Bonne nuit.

  9. corto74 dit :

    @RPH et Marianne: Que nenni, point de mots qui blessent, ici, il y a trop de maux à guérir en ce bas monde. Donc, couic, vos 2 posts au panier ! na ! Une objection ? Biz.
    @Didier: j’entends bien ce que vous dites :) mais non je ne voyais pas la chose comme vous mais comme Lika l’ a compris: une France que j aime et une qui me file des boutons. Et oui, désemparé, je ne sais pas, mais en tout cas enervé et dans le doute quant à une évolution à court et moyen terme très positive. Biz a toi.
    @Lika: je ne m affole pas sur le nombre de commmentaires mais plutot sur les heures indues auxquelles vouspostez ici ! Merci en tout cas. Bises a vous.

  10. Oh!91 dit :

    Je suis assez d’accord sur la poutre qu’on a dans l’?il quand on nous parle toujours de la paille qui se trouve dans celle du voisin. Nos dirigeants se complaisent d’ailleurs, à développer des discours compassionnels qui nous feraient croire que notre vie à nous ressemble à un conte de fées. Nous avons une histoire, où la Révolution française inspirée des lumières et la Résistance nous ont forgé une vision un peu, comment dire, « universalisante » des cultures et des valeurs. Avec sans doute comme conséquence une certaine conception de la solidarité, notamment internationale, mais aussi une difficulté à concevoir la richesse que représente la diversité culturelle. Des regards nés de notre histoire coloniale perdurent même chez les progressistes, du fait de cette vision universalisante du monde. Nous aurions sans doute beaucoup à déconstruire pour rendre possible « la rencontre » entre notre peuple et les autres, entre notre culture et celle des autres, sans vouloir nécessairement, même inconsciemment, « exporter » un modèle ou accomplir une digestion intégrationniste des populations immigrantes… Ouf, je m’engage sur un terrain qui pourrait m’emmener loin…
    Donc, sinon, je partage certaines de tes « hontes », la plupart, sans doute. Sauf le coup des administrations pléthoriques (tu ne voudrais pas, toi aussi, supprimer un emploi sur deux lors des départs à la retraite, si ? – si elle devient parfois inefficace, notre administration, c’est parce qu’elle se bureaucratise, se libéralise, et qu’elle ne sait plus valoriser le travail de ses agents ! C’est dit !) et celui du système des retraites (je crois que nous avons au contraire, dons son principe, le seul système de retraite qui vaille, qu’il n’est même pas en danger dans un pays comme le nôtre qui connaît une forte croissance démographique, et que s’il faut adapter son mode de financement, c’est en élargissant l’assiette, en faisant cotiser les revenus financiers, en arrêtant les exonérations de charge à tout va qui ne sont que des cadeaux aux entreprises, etc. Voilà, c’est dit aussi !)
    Bizzz !

  11. corto74 dit :

    @Oh91!: Ouahou ! en voila du commentaire. Merci. Le problme del administration n’est pas celui du nombre d’effectifs ( encore que ) mais uniquement d’efficacité. Dans une entreprise privée, tu es efficace, tu reste, ds une administration, si tu es inefficace, tu peux rester ! C’est tout. C’est un constat après on peut débattre du bien fondé du système, c’est autre chose. Et en cela notre administration est très loin de se libéraliser, bien au contraire. Pourquoi, a ton avis, la grande majorité des fonctionnaires préfère le statu quo à la réforme ? Quant au système de retraite actuel par répartition, il a vécu; qui , normalement constitué aujourd’hui, ne mettrait pas en plus de la capitalisation en plus des prélèvements obligatoires ?

    Biz a toi

  12. RPH dit :

    « Quant au système de retraite actuel par répartition, il a vécu; qui , normalement constitué aujourd?hui, ne mettrait pas en plus de la capitalisation en plus des prélèvements obligatoires ? » Pas moi, en tout cas, et je me sens normalement constitué.. Ta société, cher Corto, va ressembler à celle des USA. Inégalité, gaspilllage, intérêts particuliers. La santé leur coûte 13% du PIB, chez nous 9% en étant égalitaire, certains fond de pension ont été laminés par la crise et des retraités sont ruinés. C’est là ton idéal? J’en frémis….

  13. Didier dit :

    @ Lika > Notre ami corto semble opposer patriotisme à chauvinisme, non pour créer un conflit mais équilibrer les forces je suppose.

    @ corto > Cette France que « tu aimes » et celle qui te « file des boutons » sont la France d’aujourd’hui, simplement l’une tu la vis et l’autre tu la regarde ; voir tu la subis. Dans l’ensemble la France fonctionne plutôt bien. L’avenir, lui, dépend des Français et finalement peu de nos politiques de droite ou de gauche à condition qu’ils apprennent à faire le discernement entre le fait des pouvoirs en présence et de leur propre évolution face à leur environnement. Bien peu n’est la faute ou grâce aux politiques dans nos petites vies, c’est de nôtre comportement que nous dépendons avant toute chose.

  14. Francis dit :

    oups…. comme tu titres… et qu’on prenne un sondage ou un autre, la France est toujours à peu près partagée en deux… ce week end une fois de plus a montré que des accords en politique s’écrit d’abord désaccord…
    il y a des moments où je rêve d’union nationale… mais reve rime avec grève… en France… contester avant de proposer…
    quel dommage de toujours gacher, que ce soit en 1981 ou en 2007…

  15. corto74 dit :

    @didier: c’est ton « dans l’ensemble, la France fonctionne bien » qui ne me convient pas. Cet » ensemble » masque les difficultés croissantes de beaucoup trop de français.Et, non je ne la subis pas, je fais ce que je peux avec mes petits bras pour donner un coup de main à droite ou a gauche :)

    @Francis: une union nationale ! ( sans connotation péjorative ), serais tu comme moi un doux rêveur en la matière ?

    Biz a vous 2

  16. Oh!91 dit :

    Pas du tout d’accord avec toi, ni sur l’administration, ni sur les retraites. Je vis et travail au coeur d’une administration publique, territoriale pour être précis, dotée d’agents animés d’un état d’esprit de service public, mais qui se trouvent aujourd’hui en souffrance depuis qu’on y implante des modes de gestion à l’américaine, des « systèmes qualité », des méthodes maneugeariales fondées sur « l’évaluation », le contrôle de gestion fondé sur la quantification des résultats, la rationalisation, l’externalisation des compétences, etc. Leur travail n’est plus considéré qu’à travers sa conformité avec des grilles préexistences, toutes les dimensions immatrielles de leur travail, le lien social créé avec les usagers, la capacité à écouter et à rechercher des réponses adaptées, n’est plus jamais pris en compte dans les évaluations, l’accuiel par des hommes et des femmes est remplacé par des boîtes vocales… C’est ce que j’appelle un véritable délittement, qui démotive un maximum, et qui rabougrit le service public autour de la seule approche des gestionnaires. Une bureaucratisation conduite par la libéralisation, c’est du vécu, et il y a mille et un exemple tout près de moi de ces dérives. Quant aux retraites, je rejoins RPH à 100 %.

  17. corto74 dit :

    @Oh91!: je ne dis pas que tous les fonctionnaires sont inefficaces. Certains, de mes relations, sont des modèles defficacité et d’abnégation. Je parle de l’administration (en général, pilotée souvent par des énarques ou autres technocrates) qui n’est pas à l’écoute et au service du public. Pourquoi est-ce si compliqué, si « angoissant » de se dire par exemple: demain il faut que j aille a la sécu ou a la pref ou au conseil général ou aux impots ou a Pole emploi…La notion de client,au sens noble du terme, n existe pas ds l administration. Nous ne sommes que des usagers contraints. Donc, les administrations nous considèrent comme tels. De plus, a privilégier, non sans tort, les administrations comme des services publics, toute notion d’efficacité et de rationalisme a été oublié.

Laisser un commentaire

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin