La Verlaine Gaytitude – Le texte du dimanche (5)

Posté par corto74 le 14 février 2010

La Verlaine Gaytitude - Le texte du dimanche (5) dans zOne Dimanche cuLture ! wikio4 Voter !

Paul_Verlaine_104 dans zOne Dimanche cuLture !Lika et son  » Antoine, jamais « , il y a quelques temps, m’avait mis la puce à l’oreille, Paul Verlaine était un drôle de zigoto. Monument de la poésie française, il ne cesse, au fur et à mesure de mes lectures de m’étonner. Dans son recueil, Hombres, il nous poésie ces écarts amoureux.

« Mille et Tre:

Mes amants n’appartiennent pas aux classes riches :
Ce sont des ouvriers faubouriens ou ruraux,
Leurs quinze et leurs vingt ans sans apprêt sont mal chiches
De force assez brutale et de procédés gros.
Je les goûte en habits de travail, cotte et veste;
Ils ne sentent pas l’ambre et fleurent de santé
Pure et simple; leur marche un peu lourde, va preste
Pourtant, car jeune, et grave en l’élasticité;
Leurs yeux francs et matois crépitent de malice
Cordiale et des mots naïvement rusés
Partent non sans un gai juron qui les épice
De leur bouche bien fraîche aux solides baisers;
Leur pine vigoureuse et leurs fesses joyeuses
Réjouissent la nuit et ma queue et mon cul;
Sous la lampe et le petit jour, leurs chairs joyeuses
Ressuscitent mon désir las, jamais vaincu.
Cuisses, âmes, mains, tout mon être pêle-mêle,
Mémoire, pieds, cœur, dos et l’oreille et le nez
Et la fressure, ou gueule une ritournelle,
Et trépigne un chahut dans leurs bras forcenés.
Un chahut, une ritournelle fol et folle
Et plutôt divins qu’infernals, plus infernals
Que divins, à m’y perdre, et j’y nage et j’y vole,
Dans leur sueur et leur haleine, dans ces bals.

Mes deux Charles l’un jeune tigre aux yeux de chattes
Sorte d’enfant de chœur grandissant en soudard,
L’autre, fier gaillard, bel effronté que n’épate
Que ma pente vertigineuse vers son dard.

Odilon, un gamin, mais monté comme un homme
Ses pieds aiment les miens épris de ses orteils
Mieux encore mais pas plus que de son reste en somme
Adorable drûment, mais ses pieds sans pareils!

Caresseurs, satin frais, délicates phalanges
Sous les plantes, autour des chevilles, et sur
La cambrure veineuse et ces baisers étranges
Si doux, de quatre pieds, ayant une âme, sûr !

Antoine, encor, proverbial quant à la queue,
Lui, mon roi triomphant et mon suprême Dieu,
Taraudant tout mon cœur de sa prunelle bleue
Et tout mon cul de son épouvantable épieu.

Paul, un athlète blond aux pectoraux superbes
Poitrine blanche, aux durs boutons sucés ainsi
Que le bon bout ; François, souple comme des gerbes
Ses jambes de danseur, et beau, son chibre aussi !

Auguste qui se fait de jour en jour plus mâle
(il était bien joli quand ça nous arriva)
Jules, un peu putain avec sa beauté pâle.
Henri, me va en leurs conscrits qui, las ! s’en va;

Et vous tous! à la file ou confondus en bande
Ou seuls, vision si nette des jours passés,
Passions du présent, futur qui croît et bande
Chéris sans nombre qui n’êtes jamais assez »

Paul Verlaine – Hombres – 1891

cv_01_ephebeD’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

20 Réponses à “La Verlaine Gaytitude – Le texte du dimanche (5)”

  1. galoune 16 dit :

    J’avais lu l’article d’avant: « quel homo n’a pas eu envie DE Steevie »…alors je trouve rassurant de lire que tu es touché de la poésie désirante de Verlaine!!! Parce que si il y a un homme qui n’éveille AUCUN désir ni plaisir chez moi, c’est bien Steevie!
    Mille et tre ? Je le trouve assez universel lorsqu’il parle d’épieu! Partageons cela avec plaisir!
    Bises!

  2. corto74 dit :

    @galoune: c’est rigolo, je reviens de chez toi et de chez carla’song.
    Taratata néanmoins, tu n’auras pas bien lu la phrase qui fait référence à steevy
    Quant à verlaine, je ne m en lasse pas ces temps ci en effet
    bises a toi

  3. Marianne ARNAUD dit :

    « J’ai la fureur d’aimer. Mon coeur si faible est fou.
    N’importe quand, n’importe quel et n’importe où,
    Qu’un éclair de beauté, de vertu, de vaillance
    Luise, il s’y précipite, il y vole, il s’y lance,
    Et, le temps d’une étreinte, il embrasse cent fois
    Lélie ou l’objet qu’il a poursuivi de son choix;…
    J’ai la fureur d’aimer qu’y faire ? Ah ! laissez faire ! »

    Paul Verlaine (Lucien Létinois. Amour)Messein, éditeur, Paris.

  4. corto74 dit :

    @marianne: oui, laissez faire ! C’est sympa verlaine tout de même non? Passé un bon dimanche ?
    Oups, j’oubliais le texte de dimanche dernier a été lu par 426 visiteurs, c’est pas si mal, non ? souhaitons que Verlaine plaise autant… vs embrasse

  5. Marianne ARNAUD dit :

    On ne peut pas, ainsi que vous le faites, mon cher Corto, écrire : « C’est sympa Verlaine tout de même, non ? » Surtout lorsqu’il s’agit d’un texte aussi cru que celui-ci !
    Lisant ces vers toute la vie douloureuse de Verlaine me revient en mémoire !
    Savez-vous qu’en tant que petit garçon, il voyait rangés dans une armoire des bocaux qui contenaient les foetus des fausses-couches de sa mère ?
    Alors, « sympa » n’est pas le mot.

  6. galoune 16 dit :

    Ben c’est sympa qu’il ait fait une telle oeuvre avec une enfance pareille, non?

  7. Nachu dit :

    De leur bouche bien fraîche aux solides baisers; Leur pine vigoureuse et leurs fesses joyeuses
    Réjouissent la nuit et ma queue et mon cul;
    Sous la lampe et le petit jour, leurs chairs joyeuses

    Es-tu sûr de ne pas avoir fait une erreur en recopiant,utiliser 2 fois « joyeuses » à 3 lignes d’écart me surprend ?

  8. corto74 dit :

    @marianne:je ne savais pas mais cela n’empêche, ce poeme est…cru et etonnant, non? bises

    @galoune:en effet, souvent les esprits « torturés » ou « blessés » font de magnifiques choses; causes et effets ? Biz et bonne semaine

    @nachu: ta reflexion me chagrine car après avoir cherché, je m’apperçois qu’il y aurait ( conditionnel ) 2 versions, une longue, ici recopiée avec les 2″ joyeuses » et une plus courte où ce passage n’apparait meme pas..! Je vais continuer à fouiller. merci d’avoir relevé cet  » os « 

  9. LiKa dit :

    Comment, vous ne saviez pas ? Quand on clique sur les mots en rouge (Verlaine, justement), on trouve toute sa vie, et on se souvient de ces bocaux emplis des foetus – fausses-couches de sa mère ! Alors, vous placez des trucs que vous ne lisez pas ? Ca alors ! Ou alors, il y a quelque chose que j’ai mal compris ?
    Une autre chose que je n’ai pas compris : que vient faire cette malheureuse Lika en rouge, placée en premier sur votre billet, et que veut dire pour vous cette puce à l’oreille ? Dites-moi…

  10. corto74 dit :

    @lika: non seulement je lis mais « j’emmagasine ». J’ai donc bien vu cette histoire de foetus mais Marianne me reprenant… j’aurais du mettre un : :) après mon « je ne savais pas », tu piges ?
    Quant a ce lika en rouge c’était parce qu’il y a quelque temps, sauf erreur de ma part, ce qui est toujousr possible, tu avais attiré mon attention sur Verlaine ( et rimbaud) avec « sonnet du trou du cul » et une manière de te faire un clin d’oeil pour Agir vite d’henri Michaux. bon je sais c’est un peu alambiqué mais ça m est venu comme ça. bises

  11. LiKa dit :

    Ah oui, c’est encore mon côté suisse qui me joue des tours (l’histoire des foetus de la reum de Verlaine)
    Hum… « sonnet du trou du cul » ! tu dois faire erreur. Mais ce n’est pas grave. Ca me donne envie de rechercher d’autres textes tirés de cet « Antoine, jamais ». Cela dit, j’ai apprécié ton billet autour de Verlaine, ainsi que ses poèmes crus. Ca nous change des « sanglots longs des violons ».
    Quant au texte que je te promettais sur « la paume des mains » – qui me semble si intime que je m’attends toujours à trouver dedans… (reporte-toi à ton « sonnet »)eh bien je ne peux pas remettre la main dessus : perdu, le texte. Tu vois que ton histoire de sonnet, cela s’appelle de la transmission de pensée… Pourtant, ce n’était pas moi, ce n’est pas moi. Ben non. Bises, hein ?

  12. Didier dit :

    Ouch! Le vieux françois c’est déjà pas de la tarte en langage courant alors sous la plume d’un trublion des mots tel que Verlaine, pas besoin de dire qu’il faut ressortir le dico de nos ancêtres. Ce doit être là déjà une transcription du texte original je suppose…

  13. Marianne ARNAUD dit :

    Je me demande si Lika ne préfèrerait pas cette « fantaisie littéraire » :

     » Les jérémiades oblongues
    Des crincrins
    De l’arrière-saison
    Contusionnent mon muscle cardiaque
    D’un stress
    Uniforme »

    Thierry Maugenest (Les rillettes de Proust et autres fantaisies littéraires. JBZ & Cie)

  14. corto74 dit :

    @lika: Si ce n’est toi… c’est donc sans doute Marianne ? J’aime bien, je me repètes ton Antoine, Jamais, il aurait aussi bien pu etre écrit par un homme, il me semble… Bises et bne journée

    @Marianne: qu’est-ce qu’il se passe-t-il ? meme pas un « bises » ou un « vs embrasse », je suis inquiet mais ai tout de même repris 2 points dans le sondage. je vous bise

  15. Marianne ARNAUD dit :

    Tout baigne, mon cher Corto !
    La preuve : je vous fais des bisous partout !
    Rassuré ?

    Ouf, ça va mieux !!!

  16. LiKa dit :

    @Corto Sais-tu que tu me chagrines aussi ? La première chose qu’on apprend des instits c’est : »le verbe apercevoir ne prend qu’un P » ! ton hortograffe est souvent… heu… D’accord, quand on est fatigué, on ne se relit pas toujours, et si on le fait, on ne voit rien, mais quand même, un bon texte mérite une bonne orthographe, sinon c’est comme un beau vêtement taché de-ci, de-là (et pour ces de-ci, de-là, je suis aller chercher (heureusement, j’avais tout faux !) dans le « dictionnaire des difficultés de la langue française » – petit et pas cher – et si je l’avais pas trouvé, je serais allée dans ma Grevisse, sous-entendu grammaire : « Le bon usage » – plus grosse, plus chère, mais passionnante, avec plein de phrases d’auteurs, dont certaines sont dites fautives.
    Quant à mon « Antoine, jamais », « qui aurait pu être écrit par un homme »,dis-tu, cela ne me surprend pas. J’avais une copine dont le copain, un intellectuel imbuvable, homo, avait beaucoup aimé mon manuscrit, ce qui m’avait étonnée. Alors aujourd’hui je ne m’étonne plus. Mais cela me fait plaisir, et me donne confiance en moi. Merci.

    @Marianne Bien sûr que je préfère celui-là. « De la musique avant toute chose ». Ouais, mais musique n’est pas synonyme de berçeuse. Et puis j’aime rire. J’éclate de rire au moins dix fois par jour. Anecdote : l’autre soir, quand je suis rentrée, Philippe était en train de regarder « Mado la Niçoise », qui avait « la bouffaïssa ». Après diverses considérations sur les règles féminines, elle annonce un proverbe de Con-fi-ci-usse : « Quand la rivière est rouge, emprunte le petit chemin boueux. » . »Si, si, qu’elle dit, c’est de Con-fi-ci-usse ! » Là, il faudrait la petite figure jaune qui se marre, mais je ne sais pas faire.

  17. jeremie dit :

    superbe poème.

  18. corto74 dit :

    @Lika: moi te chagriner !C’est pas une faute d’orthographe, c’est une erreur d’inattention ( et ça c’est de la mauvaise foi ) j en suis rouge de confusion mais en tout cas j ‘aime de plus en plus Con-fi-ci-usse. Bises

    @jérémie: et si cherches tu t’aPPercevras qu’il y en a tout plein d’autres comme cela chez verlaine. Biz

  19. Hervé VILEZ dit :

    Un vrai poète ne doit jamais cesser de nous étonner, de nous faire rêver et de nous conduire sur des chemins, qu’ils soient impraticables ou non, car il lui appartient d’ouvrir de nouvelles routes…et c’est bien ce qu’a fait Verlaine, tant par ses poèmes si emplis de musique, que par ceux qui nous parlent des amours comme dans « Les Amies », « Femmes » ou « Hombres »…Les lesbiennes, les autres et les gays se doivent de lire ces poèmes de Verlaine qui chantent avec talent ce qu’une certaine morale voudrait réprouver, par pudeur ou bonne conscience mal acquise…Verlaine n’était nullement un pornographe…mais le chantre d’amours qui traversent les siècles avec plus ou moins de bonheur…
    Lisez TOUT Verlaine: il le mérite!
    Hervé VILEZ.

  20. corto74 dit :

    @Herve Vilez: Bienvenue ici !
    Depuis ce billet, je crois avoir presque tout lu de Verlaine ! Bonne fin de weekend.

Laisser un commentaire

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin