A l’abordage ! – Folie passagère 364

Posté par corto74 le 31 mai 2010

A l'abordage ! - Folie passagère 364 wikio4 Voter !

9682_des-palestiniens-agitent-des-drapeaux-pour-accueillir-la-flottille-d-aide-au-port-de-gaza-le-30-mai-2010et autres considérations lundiennes… 

Aujourd’hui promis, pas de billet polémique, il ne s’agit pas de prêter le flanc, 2 fois de suite, à un blogueur qui n’apprécierait pas ce qui s’écrit ou se commente ici; c’est sans danger ? en tout cas, sans rancune…

La flottille de la paix, Exodus 2010, est partie mais n’est pas arrivée à bon port, c’était prévisible. Je n’ai jamais complètement bien compris ce qui se passait là-bas entre Israel et les Palestiniens. Juifs contre Musulmans ? sans doute mais pas uniquement. En tout cas, cela fait plus de 50 ans qu’ils se foutent allègrement sur la tronche et que visiblement, ni les uns, ni les autres, n’ont eu leur content de morts et de malheurs. Les Israéliens avaient prévenu, par la force si besoin,les bateaux n’accosteront pas à Gaza. Bon, ben, ils y sont allés quand même: entre 10 et 20 morts selon les différentes sources; Israel est monté à l’abordage avec toute la délicatesse qu’on lui connaît. Le monde en émoi crie au scandale, à l’acte de guerre, au piratage (sic); logique, il n’est pas de bon ton de laisser faire ainsi une armée contre 10 bateaux. Moi, je me demande quand même si les embarqués ne l’ont pas cherché un petit peu, mais ça, peut-être bien qu’il ne faut pas le dire.

Cheftaine Martine a encore fait fort en comparant Nicolas à Madoff. C’est vrai quoi, moi, j’ai toujours appris que dans les combats de la vie – la politique, le boulot, la maladie, l’injustice… – il fallait rester digne. Elle n’a pas su raison garder en amalgamant ainsi la Présidence (poste qu’elle lorgne grave) à l’escroquerie du siècle. Alors tout le monde monte au créneau, lui faire comprendre qu’elle a poussé le bouchon un peu loin, trop tard, le mal est encore fait: la politique n’en sort pas grandie. Ségolène, elle m’a fait rire en déclarant que Cheftaine, en s’en prenant ainsi à Nicolas – le traiter d’escroc – , mettait fin à l’escalade de la vulgarité en politique ! Il paraîtrait qu’elle aurait mis de coté ses ambitions personnelles et ses rêves de Château si cela doit rendre service à la gauche, je veux bien, je vais quand même attendre la bataille des primaires au PS pour y croire. Quant à Hamon, lui c’est DSK qui le fait chier; pour une fois que ce n’est pas Nicolas ou Frédéric Lefevbre !

Hier, c’était la fête des mères, oups, des mamans. En gentil garçon, reconnaissant et aimant, j’y ai été de bon matin faire le bisou et prononcer le « je t’aime » de circonstance. Ceci dit, en lisant ceci, et ce en rapport direct avec la fiesta des mamans, je me dis que le mariage gay et l’homoparentalité, c’est pas gagné, y compris par les intérressé(e)s. C’est vrai, comment il fait le marmot pour célébrer l’évènement s’il a 2 papas ou 2 mamans ? Et puis, c’est qui la maman, celle qui porte, l’autre, les 2 ? Pas évident, ça mérite réflexion.

Il y a eu aussi du bonheur ce week-end: La France a perdu, encore et toujours, le mythique-craignos concours de l’Eurovision. Et bien, je dis heureusement, parce que déjà qu’il y a parfois des raisons d’avoir honte de son pays, mais gagner avec Jessy Matador et ses Matadoriennes, non , c’est sans moi.

Allez, je vous laisse, les biquets, parce que faire un billet quand il y a Nadal vs Belluci sur le court, c’est pas facile !

Marche-pour-la-paixD’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

Publié dans zonE soCiété | 43 Commentaires »

A propos des américains – Le texte du dimanche (19)

Posté par corto74 le 30 mai 2010

A propos des américains - Le texte du dimanche (19) dans zOne Dimanche cuLture ! wikio4 Voter !

Antonin+Artaud_3 dans zOne Dimanche cuLture !Antonin Artaud, ce mec est fou, un fou génial sans doute, poète, dramaturge, scénariste, acteur, essayiste, dessinateur, …, interné psychiatrique, « un désespéré qui vous parle « , disait-il. 

« J’ai appris hier
il faut croire que je retarde, ou peut-être n’est-ce
qu’un faux bruit, l’un de ces sales ragots
comme il s’en colporte entre évier et latrines
à l’heure de la mise aux baquets des repas une
fois de plus ingurgités,
j’ai appris hier
l’une des pratiques officielles les plus sensation-
nelles des écoles publiques américaines
et qui font sans doute que ce pays se croit à la
tête du progrès.
Il paraît
que parmi les examens ou épreuves que
l’on fait subir à un enfant qui entre pour la
première fois dans une école publique,
aurait lieu l’épreuve dite de
la liqueur séminale ou
du sperme,
et qui consisterait à demander à cet enfant nouvel
entrant un peu de son sperme afin de l’insérer
dans un bocal
et de le tenir ainsi prêt à toutes les tentatives de
fécondation artificielle qui pourraient ensuite
avoir lieu .
Car de plus en plus les Américains trouvent qu’ils
manquent de bras et d’enfants,
c’est-à-dire non pas d’ouvriers
mais de soldats,
et ils veulent à toute force et par tous les moyens
possibles faire et fabriquer des soldats
en vue de toutes les guerres planétaires qui
pourraient ultérieurement avoir lieu ,
et qui seraient destinées à démontrer par les
vertus écrasantes de la force
la surexcellence des produits américains,
et des fruits de la sueur américaine sur tous les
champs de l’activité et du dynamisme possible
de la force.
Parce qu’il faut produire,
il faut par tous les moyens de l’activité possibles
remplacer la nature partout où elle peut être
remplacée,
il faut trouver à l’inertie humaine un champ
majeur,
il faut que l’ouvrier ait de quoi s’employer,
il faut que des champs d’activités nouvelles
soient créés,
où ce sera le règne enfin de tous les faux produits
fabriqués,
de tous les ignobles ersatz synthétiques
où la belle nature vraie n’a que faire,
et doit céder une fois pour toutes et honteusement
la place à tous les triomphaux produits de
remplacement
où le sperme de toutes les usines de fécondation
artificielle fera merveille
pour produire des armées et des cuirassés.
Plus de fruits , plus d’arbres, plus de légumes,
plus de plantes pharmaceutiques ou non et
par conséquent plus d’aliments,
mais des produits de synthèse à satiété,
dans des vapeurs,
dans des humeurs spéciales de l’atmosphère, sur
des axes particuliers des atmosphères tirées de
force et par synthèse aux résistances d’une
nature qui de la guerre n’a jamais connu que
la peur.
Et vive la guerre, n’est-ce pas?
Car n’est-ce pas, ce faisant, la guerre que les
Américains ont préparée et qu’ils préparent ainsi
pied à pied.
Pour défendre cet usinage insensé contre toutes
les concurrences qui ne sauraient manquer de
toutes parts de s’élever,
il faut des soldats, des armées, des avions, des
cuirassés…
de là ce sperme
auquel il paraîtrait que les gouvernements de
l’Amérique auraient eu le culot de penser.
Car nous avons plus d’un ennemi
et qui nous guette, mon fils,
nous, les capitalistes-nés,
et parmi ces ennemis
la Russie de Staline
qui ne manque pas non plus de bras armés.
Tout cela est très bien,
mais je ne savais pas les Américains un peuple si
guerrier .
Pour se battre il faut recevoir des coups
et j’ai vu peut-être beaucoup d’Américains à la
guerre
mais ils avaient toujours devant eux d’incommen-
surables armées de tanks, d’avions, de cuirassés
qui leur servaient de bouclier.
J’ai vu beaucoup se battre des machines à la guerre
mais je n’ai vu qu’à l’infini derrière
les hommes qui les conduisaient.

En face du peuple qui fait manger à ses chevaux,
à ses boeufs et à ses ânes les dernières tonnes
de morphine vraie qui peuvent lui rester
pour la remplacer par des ersatz de fumée,
j’aime mieux le peuple qui mange à même la
terre le délire d’où il est né ,
je parle des Tarahumaras
mangeant le Peyotl à même le sol
pendant qu’il naît,
et qui tue le soleil pour installer le royaume de la
nuit noire,
et qui crève la croix afin que les espaces de
l’espace ne puissent plus jamais se rencontrer
ni se croiser . »

Antonin Artaud – Emission radiodiffusée en 1947 –   » Pour en finir avec le jugement de Dieu  »

antonin-artaudD’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

Publié dans zOne Dimanche cuLture ! | 34 Commentaires »

Démobilisation générale ? – Folie passagère 363

Posté par corto74 le 28 mai 2010

Démobilisation générale ? - Folie passagère 363 wikio4 Voter !

2552848541-appel-a-la-greve-dans-l-education-nationale-le-20La Poste: 12,8% de grévistes et j’ai eu mon courrier, ma besancenette bossait, hier. Fonction Publique d’Etat: 13,8% de grévistes, j’ai rempli ma déclaration et l’ai déposé en main propre, hier, mon Trésor faisait portes ouvertes. SNCF: 23% de grévistes mais globalement tout fonctionnait, mon pote m’a téléphoné pour me dire qu’il était bien rentré chez les Schpountz, hier. Education Nationale: 14% de grévistes, visiblement, je suis resté coincé 15 mns près du lycée, hier, les bus de ramassage faisaient le plein. RATP: 9% de grévistes, personne, hier, ne s’est plaint. Bon, cela devait être une journée de mobilisation générale, selon certains, en fait, juste une journée classique de grève et de manifs tranquilles. A peine plus qu’au mois de Mars, et pourtant. Toutes les conditions étaient requises pour mettre le bronx à Paris. La crise, le pouvoir d’achat en berne, le chômage, les déficits, l’euro, l’ami Sarko… et cerise sur le gâteau: l’annonce, l’avant-veille, par le gouvernement du report de l’âge de départ à la retraite !

Cela ne cesse de m’étonner depuis 2 ou 3 ans: la démobilisation sociale ! Il y a pourtant de quoi s’agiter, gueuler, manifester, paralyser, hisser les barricades, que sais-je encore … et pas uniquement pour le principe que l’on serait de gauche, anti-Sarko ou grévistes patentés. Il y a bien un affaissement de la contestation populaire. Alors qu’est-ce qui nous vaut ce calme relatif ? Plusieurs raisons s’imposent. La perte de pouvoir et d’influence des syndicats, c’est incontestable. Ne représentant plus qu’à peine 9% de la population active, ils semblent avoir perdu leurs capacités à mobiliser ailleurs que dans leurs troupes amaigries, et encore. La proximité de certains syndicalistes avec le pouvoir en place, Thibault en tête,serait-elle mal vécue par la base ? Alors, une réelle atonie syndicale ou un sursaut à venir ?

Deuxième raison, n’y aurait-il pas une démotivation de la population pour ces « combats » sociaux ? Les gens, confrontés à la crise, à leurs difficultés, se recentrent sur eux-mêmes. Individualisme, égocentrisme, retour dans le cercle familial, plus sûr et rassurant que l’action collective, lassitude vis à vis de la politique, de la classe politique, de la chose publique ? Les gens, déçus de voir que les élites de tous bords ne leur apportent plus les solutions, semblent se recroqueviller sur du tangible, de l’immédiat, du massif: le boulot, on s’y accroche quand on en a un; l’épargne, on remplit, quand on le peut, les bas de laine en prévision de lendemains difficiles; on investit dans l’or; l’immobilier semble reprendre; pas d’autres préoccupations que de boucler les fins de mois, aussi, surtout… Bref, plutôt que d’espérer en des matins brumeux, on s’isole.

Une troisième raison, peut-être pas si saugrenue que cela, vous me direz: Et si les « on », les « gens », « certains » finalement se disaient que: l’autre, au Château, le Sarko, il nous fait braire, on ne l’aime pas, il se prend pour un roi, etc… mais bon, il fait son taf, il a peut-être pas tort; il était temps de réformer, on sait que ça va douiller, mais il va bien falloir y passer; lui ou un autre, le résultat et les mesures prises seraient les mêmes…

Parce que finalement, qui ne dit mot consent, non ? Alors, en guise de mobilisation générale, on est plutôt dans un contexte de consentement général ou apathique: chacun fait ce qu’il peut et faites pas chier !

manifs1D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

Publié dans zonE soCiété | 51 Commentaires »

Police, Milice… – Folie passagère 362

Posté par corto74 le 27 mai 2010

Police, Milice... - Folie passagère 362 wikio4 Voter !

2707829948_small_1« Police, milice, organisées; police, milice prêtes à tirer », Bernie et Trust le chantaient il y a près de 30 ans. L’autre jour, quand j’ai saisi l’info – une policière municipale abattue – j’ai dit à mon pote, tu vas voir, je ne donne pas 24h à ces cowboys pour demander le réarmement total et sans conditions des polices municipales. Cela n’a pas loupé, le jour même, les syndicats de la PM exigeaient l’égalité des chances avec la Police Nationale: Port d’arme pour tous. 3 jours après, en attendant le Beretta ou le Magnum, Hortefeux, histoire d’éteindre l’incendie qui couve, décrétait l’utilisation générale du pistolet électrique, en attendant…

Et bien, moi, cela me gêne un chouïa, cette histoire de police municipale parce qu’en soi, cela ne devrait pas exister. D’abord, parce qu’il appartient à l’Etat de faire respecter l’ordre et la sécurité et certainement pas à des cowboys locaux, généralement non admis dans la Nationale ou frustés de ne pouvoir faire partie de la grande maison. Depuis une trentaine d’année, l’Etat a peu à peu laissé ces polices locales s’installer dans le paysage; un moyen comme un autre de déléguer aux municipalités le maintien de l’ordre. Par souci d’économies ? Décentralisation ? Désinvestissement ? etc… autant de raisons de laisser filer une de ses principales prérogatives. Jacques Attali disait hier en substance – et pour une fois que j’approuve ses propos - ces polices n’ont pas d’existence légitime si l’on considère que c’est à l’Etat, élu et donc légitime, d’organiser, contrôler et d’assurer la sécurité du peuple, partout sur le territoire et selon les mêmes règles et procédures. Dans le cas contraire…

Car le danger ( dérive sécuritaire, milicialisation, inégalités…) est bien présent. Ces polices municipales sont aux ordres, par définition, du maire du patelin. Elles sont donc, qu’on le veuille ou pas, aux bons soins d’un bonhomme dont les idées, la vision de la justice et de l’ordre peuvent être sujettes à caution ou, tout du moins fluctuantes d’une commune à l’autre. Ainsi, un maire frontiste n’aura certainement pas la même conception de l’ordre qu’un maire Ump, communiste ou écolo. De facto, s’introduit la notion de non-égalité devant l’ordre et la sécurité des habitants. Sur 2 communes voisines, il peut y avoir 2 politiques en matière de sécurité radicalement opposées. On imagine sans problème qu’à Vitrolles, la police municipale n’aura pas le même comportement vis à vis des « pas souchiens » qu’à Bondy ou Garges… Le comportement des représentants de l’ordre municipal sera donc imprimé par la politique inspirée du potentat local… Une manière comme une autre d’asseoir son pouvoir. On glisse, la possibilité est évidente, vers, non plus l’existence de PM, mais bien de milices locales.

Ils demandent aujourd’hui le droit de porter une arme, quid des procédures et de la formation ? Tromblons-la-Meuse aura-t-elle les mêmes moyens que Bordeaux ou Nice pour s’assurer du sérieux et de la rigueur de son service d’ordre, certainement pas. Ils veulent avoir accès aux communications des services de la Police Nationale, est-on sûr que les informations transmises seront utilisées avec toute la prudence et la mesure nécessaire, ce n’est pas garanti. Ils demandent à avoir les mêmes droits que la Police Nationale, qui me garantira qu’ils auront les mêmes devoirs, le maire du patelin ?

Non, désolé, l’ordre et la sécurité des citoyens sont des choses bien trop sérieuses pour les laisser aux seules mains de policiers municipaux et d’élus locaux.

policiers%2520armesD’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

Publié dans zonE soCiété | 24 Commentaires »

L’ami et la Guyane – Folie passagère 361

Posté par corto74 le 26 mai 2010

L'ami et la Guyane - Folie passagère 361 dans zoNe à  mOi wikio4 Voter !

web-06-2 dans zoNe à  mOiIl est venu mais n’est pas encore reparti, ce soir c’est relâche. Nous ne nous étions point vus depuis plus d’un an pour une sombre histoire dont et lui, et moi, avons oublié le début et la chute. Mais 23 ans d’amitié ne sauraient se laisser défaire par quelques broutilles. Donc, nous avons repris là où cela valait le coup que nous reprenions le cours de notre histoire. Des bases solides, 10 ans d’expatriation en Guyane, le bagne pour la petite histoire, de grands moments pour la notre d’Histoire. Il faut vous dire que début 90′s, la Guyane, c’était bel et bien un eldorado d’insouciance. On y bossait pour gagner pitance mais on y faisait fête plus souvent que nécessaire. Il y avait dans la façon de vivre nonchalance et jemenfoutisme du lendemain. Le lien social ne se maintenait pas par un téléphone mobile mais par l’heure venue de l’apéritif. On s’invitait, on débarquait, chez les uns ou les autres. Là-bas, il n’y avait pas 36 moyens de se distraire, seulement 2: l’invit’, la convivialité ou la rivière et ses ballades en bateau. Nous avions donc un beau hors-bord et ses 85 cv et une putain de Citroen Visa pourrie pour tracter l’attelage à la rivière. Tiens, imaginez, un soir d’ondée tropicale, l’équivalent, en métropole, d’un putain de violent orage qui dure, une vieille Visa tractant un bateau, allant en plein Cayenne, minuit passé, chercher les compères. Sous les cirés jaunes et capuches, ruisselants, nous rentrions dans le bar, sans que cela n’étonne personne, les collègues nous attendaient. Nous distillions un peu, puis 30 km de route bringuebalante, nuitamment, vers la Comté, nous mettions le bateau à l’eau et remontions, vite, détrempés vers le carbet au son de Dire Straits ou de Christopher Cross. Les hamacs suspendus, le feu allumé, le dîner matinal ingurgité, nous pouvions enfin refaire le monde à notre façon. Une soirée presque classique.

Les histoires et aventures que nous avons vécues, ainsi, sont en soi incroyables. Combien de fois ai-je raconté ces souvenirs à ceux d’ici, de France. Combien de fois, j’ai lu dans leurs regards du doute ou de l’incrédulité: la chasse aux caïmans, dans les marais, avec de l’eau jusqu’au cou; les virées en pleine forêt tropicale; les bras d’honneur aux forces de l’ordre qui, non sans sympathie, nous les rendaient bien; l’observation à St laurent des tortues luths; les confrontations avec les migrants surinamiens; l’encanaillage à la Crique, sorte de coupe-gorge local; les soirées endiablées que, même, à St Germain des Prés, ils ne nous arrivaient pas à la cheville; les 3 discothèques du département (le Pénitencier, le 101, le Number One) dans lesquelles se faisaient les nuits cayennaises, la folie du carnaval, les touloulous…

Comprenez, chers amis, qu’il nous en fallu du temps, hier pour refaire le monde…d’aujourd’hui, parce que, en ce temps, le monde, c’est nous qui le faisions, sans obligation, ni retenue.

A suivre… un autre jour.

black-caimanD’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

Publié dans zoNe à  mOi | 18 Commentaires »

Les bleus à vélo – Folie passagère 360

Posté par corto74 le 25 mai 2010

Les bleus à vélo - Folie passagère 360 dans zoNe à  mOi wikio4 Voter !

217053 dans zoNe à  mOiet autres considérations mardiennes 

Que n’apprends-je ? Les primes accordées à nos valeureux joueurs de foot devraient tourner aux alentours de 240 000 à 300 000 euros en cas de victoire au Mondial. D’abord, que l’on se rassure, les négociations ne sont pas finies, sans doute moyen d’obtenir plus… Parce qu’en plus, ça négocie le bout de gras les voraces; c’est vrai quoi, déjà qu’ils ne sont pas grassement payés… Et s’ils perdent, ne pourrait-on pas leur coller des pénalités, histoire de compenser toutes les dépenses qu’ils occasionnent et l’espace médiatique qu’ils occupent; que déjà la compète, elle n’est pas commencée, qu’on en a  une indigestion. Tiens, d’ailleurs, pourquoi devrions-nous les supporter gracieusement? Attendez – stop – ne quittez-pas - un flash spécial nous annonce que les bleus de Tignes vont faire une promenade en vélo, Youpi !

Ca y est, ça va chauffer. Luc Chatel engage la réforme des rythmes scolaires. Les têtes blondes ne devraient travailler leurs neurones que le matin, et l’après-midi: activités sportives et récréatives; ateliers macramé et confitures, pourquoi pas, c’est bien aussi, non! Mais je rigole qu’à moitié parce que depuis que je suis tout petit, j’entends régulièrement qu’il faut s’attaquer au problème: réformer l’école, les lycées, l’EN, le mammouth et tout le zinzin; ça fait 40 ans que ça dure: Réformer… et c’est toujours pareil, en bout de course, toujours autant de bons élèves, une parfaite maîtrise de la grammaire et de l’orthographe, des chiards qui savent compter mieux que Big Blue, des ados fluent english,… Tout de même bizarre, ce truc, à chaque ministre sa réformette… mais pas d’obligation de résultat. Prochaine étape, Juin et les congés scolaires en chantier, c’est ce que je disais, ça va chauffer. Parce que là, en plus des têtes blondes, va falloir réformer motiver les profs sur un raccourcissement éventuel de leurs vacances.

Qu’entends-je à nouveau ce matin ? Les fumeurs à nouveau dans le collimateur des anti-tabacs. Une reflexion est engagée, là-haut, dans les sphères technocratiques, pour envisager une hausse annuelle de 10% du prix des cigarettes. Un moyen de décourager les fumeurs de fumer ? queue-de-chie, ça ne les découragera pas,  juste les motiver un peu plus pour aller sur les marchés parallèles (25% des achats de cigarettes aujourd’hui) et, accessoirement à faire rentrer un peu plus de pognon dans les caisses de l’Etat. La chasse aux fumeurs, vaches à lait bien involontaires, continue de plus belle et ça m’énerve. Et tant pis pour les accros qui ont déjà du mal à joindre les 2 bouts. Et qui c’est qui a eu cette idée géniale, c’est Roselyne. Ou elle a fumé la moquette, ou bien a-t-elle encore été séduite par les conseils avisés de l’OMS ! Souvenez-vous d’H1N1 !

Qui va piano va sano… Le gouvernement, enfin, vient de lacher la bombe à manifs: l’âge de départ à la retraite sera repoussé ! 61, 62, 65 ans, on ne sait encore, ça va viendre. Prudence, chauffons lentement les esprits, préparons nous à faire comme partout ailleurs. On savait la chose inéluctable et logique, seules les forces de gauche préféraient s’emburquiner la face; enfin, c’est dit ! Tiens, dans 2 jours, il paraît qu’il y a grôsses manifs pour défendre le dogme des 60 ans. Je suis curieux de voir si monde il y aura, Aubry en tête ?

Bon, c’est pas le tout, mais mon poteau de toujours va arriver. Ce soir, cela va être fête, on va fumer comme des troupiers à refaire le monde, on va tâter de la dive bouteille, en se moquant des bleus, de Roselyne, des syndicalistes, des profs, et certainement un peu de nous-mêmes…

file_2_29D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

 

Publié dans zoNe à  mOi | 33 Commentaires »

La conduite du pape – Folie passagère 359

Posté par corto74 le 24 mai 2010

La conduite du pape - Folie passagère 359 dans zoNe à  mOi wikio4 Voter !

benoit_XVI dans zoNe à  mOiLes neurones en ébullition, écrasé par la chaleur, désolé, en ce lundi pentecôtesque, je n’ai pas trouvé mieux …

Après avoir rangé les bagages de Benoit XVI dans le coffre de la limousine, le chauffeur réalise que le Pape reste sur le trottoir.
- Excusez-moi, Votre Sainteté, dit le chauffeur, Voudriez-vous, je vous prie, vous asseoir pour que nous puissions partir ?
- En vérité je vous le dis, murmure le Pape, ils ne veulent pas me laisser conduire au Vatican, et j’aimerais beaucoup pouvoir le faire aujourd’hui.
- Je suis désolé, mais je ne peux pas vous laisser faire cela. Je perdrais mon job ! Et que faire s’il arrive quelque chose ? Proteste le chauffeur, qui aurait aimé être ailleurs ce matin là.
- Je prierai spécialement pour vous, 3 Pater et 2 Ave, dit le Pape.
De mauvaise grâce, le chauffeur passe à l’arrière et Benoit s’installe derrière le volant.
Très vite le chauffeur regrette sa décision, quand après avoir quitté l’aéroport, le souverain pontife met la pédale au plancher accélérant jusqu’à 180 Km/h.
- Je vous en supplie, votre Sainteté, ralentissez ! implore le chauffeur très inquiet.
Mais le Pape continue jusqu’à ce que les sirènes de police retentissent.
- Mon Dieu, je vais perdre mon permis, s’écrie le chauffeur.

Le Pape se range sur le côté et baisse sa vitre quand le policier s’approche.
Mais dès qu’il voit Benoit XVI, il retourne à sa moto, ouvre sa radio et dit à son chef qu’il a arrêté une limousine roulant à 180.
- Où est le problème ? Bouclez-le ! dit le chef.
- Je ne pense pas qu’on puisse faire ça, c’est quelqu’un de très important, dit le policier.
Le chef s’exclame :
- Il n’y a pas de raison !
- Non, je veux dire réellement important, dit le policier.
- Qui avez-vous coincé ? Le maire ?
- Plus gros.
- Un député ?
- Beaucoup PLUS GROS.
- Le président ?
- Plus GRAND.
- Bien ! Dites-moi qui c’est !
- Je pense que c’est Dieu lui-même !
- Vous vous foutez de ma gueule ???? Qu’est-ce qui vous fait croire que c’est Dieu ?????
- Il a le Pape comme chauffeur….

n56656548729_5896D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

Publié dans zoNe à  mOi | 25 Commentaires »

Kitsch à souhait – Le texte du dimanche (18)

Posté par corto74 le 23 mai 2010

Kitsch à souhait - Le texte du dimanche (18) dans zOne Dimanche cuLture ! wikio4 Voter !

ST-Rogers-05G dans zOne Dimanche cuLture !Le kitsch qualifie habituellement le mauvais goût populaire, genre bariolé et pimpant, un peu toc. Mais ce terme prend des sens plus précis chez les philosophes. Par exemple pour Schopenhauer il désigne l’art qui vise à stimuler la volonté (et le désir) plutôt qu’à l’apaiser : l’image érotique est kitsch tandis que la Vénus de Botticcelli est belle… Chez l’écrivain Milan Kundera, ce concept prend encore un autre sens :

« Le débat entre ceux qui affirment que l’univers a été créé par Dieu et ceux qui pensent qu’il est apparu tout seul concerne quelque chose qui dépasse notre entendement et notre expérience. Autrement réelle est la différence entre ceux qui doutent de l’être tel qu’il a été donné à l’homme (peu importe comment et par qui) et ceux qui y adhèrent sans réserve.
Derrière toutes les croyances européennes, qu’elles soient religieuses ou politiques, il y a le premier chapitre de la Genèse, d’où il découle que le monde a été créé comme il fallait qu’il le fût, que l’être est bon et que c’est donc une bonne chose de procréer. Appelons cette croyance fondamentale accord catégorique avec l’être.
Si, récemment encore, dans les livres, le mot merde était remplacé par des pointillés, ce n’était pas pour des raisons morales. On ne va tout de même pas prétendre que la merde est immorale ! Le désaccord avec la merde est métaphysique. L’instant de la défécation est la preuve quotidienne du caractère inacceptable de la Création. De deux choses l’une : ou bien la merde est acceptable (alors ne vous enfermez pas à clé dans les waters !), ou bien la manière dont on nous a créés est inadmissible.
Il s’ensuit que l’accord catégorique avec l’être a pour idéal esthétique un monde où la merde est niée et où chacun se comporte comme si elle n’existait pas. Cet idéal esthétique s’appelle le kitsch.
C’est un mot allemand qui est apparu au milieu du XIXe siècle sentimental et qui s’est ensuite répandu dans toutes les langues. Mais l’utilisation fréquente qui en est faite a gommé sa valeur métaphysique originelle, à savoir : le kitsch, par essence, est la négation absolue de la merde ; au sens littéral comme au sens figuré : le kitsch exclut de son champ de vision tout ce que l’existence humaine a d’essentiellement inacceptable. « 

Milan Kundera, L’Insoutenable légèreté de l’être (1984), VI, 5

D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

Publié dans zOne Dimanche cuLture ! | 37 Commentaires »

Nostalgie algérienne – Folie passagère 358

Posté par corto74 le 22 mai 2010

Nostalgie algérienne - Folie passagère 358 dans Zone c'eSt chez noUs! wikio4 Voter !

 dans Zone meDiasVous me faites braire avec votre nostalgie algérienne. Que de mélancolies glauques, que de nostalgies mal-placées dès que l’Algérie, par la porte, la fenêtre ou, en l’occurence, par le grand écran, ressurgit dans vos mémoires. Un film sort, libre expression de son réalisateur, sans doute un brin provoc’, et aussitôt, un vent mauvais se lève, comme un petit air perverti de « l’Algérie, avec ou sans fusil, c’était un beau pays. » On sait que Bouchareb, un nom bien d’ici, a pris quelque liberté avec l’histoire et alors ? Jusqu’à hier, personne n’avait vu le film que déjà les amoureux de l’Histoire de France crient au scandale: révisionnisme, négationnisme… des mots avec une drôle d’odeur. Aussitôt des placards, on fait sortir les porte-drapeaux et les poitrails médaillés d’une époque coloniale révolue, le Bleu-Blanc-Rouge en tête de cortège au son de Marseillaises revanchardes. Il est fini le temps des colonies, il vous faudra bien vous en faire une raison.

Alors, pendant des années, des Français ont squatté un pays qui n’était pas le leur. Des Français, aidés par une population forcément docile, ont travaillé la terre algérienne, ont fait entrer ce territoire dans une époque moins archaïque, ont bâti des écoles et des lycées pour tous (?), se sont enrichis. Certains, des deux sangs, ont perdu la vie pour s’être escrimés à construire quelque chose. Oui, ben, c’est la vie, c’était ainsi l’Algérie, nous n’étions pas chez nous, un beau jour, ils nous ont mis dehors. Juste retour des choses; ne jette-t-on pas ceux qui n’aiment pas, ceux qui spolient, ceux qui ne savent pas partager, la preuve que si. Car, si les Français de l’Algérie d’alors ne s’étaient pas comportés avec les indigènes comme des conquistadors, sans doute les choses auraient-elles suivi un cours différent. Avec Sétif, il prenait fin, peu à peu, le temps des nababs, des coloniaux, des pas-chez-eux.

Nos pères, nos grands-pères sont partis là-bas combattre une illusion: ce pays n’a jamais été France. L’indépendance – mot étrange en ce cas – ne s’est pas faite sans cris, larmes et douleurs. Les 2 camps se sont affrontés violemment, envoyant à la torture et à la mort leurs propres enfants. L’Algérie est redevenue ce qu’elle n’aurait jamais du cesser d’être: elle-même. Nous n’avions rien à y faire, nous y sommes allés, ils nous ont jetés. C’est ainsi. Est-ce si dur à admettre ?

Alors, devoir de mémoire, je veux bien, au nom de quoi, au nom des Français morts pour…la France en Algérie ? Oui, respect et mémoire pour ceux qui ont obéi en partant au combat, ils n’avaient pas le choix. Respect et devoir de mémoire pour une nostalgie mal placée et désuette, non pas envie. Curieux, ce sont souvent les mêmes qui crient au scandale, les nostalgiques d’une époque coloniale révolue, des regrets plein la tête, mais aucun remords.

L’Algérie
Ecrasée par l’azur
C’était une aventure
Dont je ne voulais pas
L’Algérie
Du désert à Blida
C’est là que j’étais parti jouer les p’tits soldats
Un beau jour je raconterai l’histoire
A mes petits enfants
Du voyage où notre seule gloire
C’était d’avoir vingt ans
L’Algérie
Avec ou sans fusil
Ca reste un beau pays
L’Algérie

(Serge Lama)

APRachidBouchareb3D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

Publié dans Zone c'eSt chez noUs!, Zone meDias | 22 Commentaires »

Le tacle de DSK – Folie passagère 357

Posté par corto74 le 21 mai 2010

Le tacle de DSK - Folie passagère 357 dans Zone PolititruC wikio4 Voter !

822277 dans Zone PolititruCPris sans doute d’une folie passagère, j’ai été, hier soir, voir le Touzet nouveau plutôt qu’Arlette. Mal m’en a pris, j’ai donc loupé un grand moment de notre histoire politique à la TV. DSK tacle Martine par Chabot interposée. Il y a 2 jours Cheftaine Martine enfonçait à nouveau le clou: non, le PS ne négociera jamais sur l’âge de départ à la retraite; les 60 ans sont inscrits dans le marbre des certitudes socialistes, rue de Solferino. Et voilà t-y pas que DSK, le dictateur directeur du FMI, ex-candidat à la candidature du PS aux dernières élyséennes, réfute ce dogme passéiste des « 60 ans ». Crénom la Martine, sûr qu’elle regardait la télé, sûr qu’elle en a bouffé sa culotte; me dis pas le contraire, Martine, je le sais. Il faut dire qu’un des piliers de la vie socialiste à la française depuis 30 ans qui prend l’exact contrepied du premier-secrétaire-résident, ça la fout plutôt mal question cohésion. Je ne sais pas si DSK ira au charbon en 2012 et nul ne le sait: « personne n’est autorisé à parler en son nom ». Mais vertes couilles, s’il y va, qu’est-ce qu’on va rigoler, la guerre des Roses, bis repetita. Pour un peu, je lui ferai la bise au DSK.

Parce que ce qui est encore plus drôle, c’est la déclaration de Cheftaine Martine, Mercredi, soit 24h avant le tacle. Sur France Inter, interrogée à propos de sa proximité avec le chef du FMI, elle déclare benoîtement (?) : « Je pense que nous sommes sur la même ligne politique et ça, c’est pour moi extrêmement important, nous sommes d’accord sur l’essentiel ! ». J’en conclus qu’un dogme, au PS, ce n’est pas l’essentiel, sans doute le superflu ? Alors, Martine, si les « 60 ans » sont du superflu, fais comme nos voisins, sois réaliste et ne t’accroches pas à des certitudes dont même le Maître du monde ne veut plus.

Alors, étrange cependant, m’en allant quérir les réactions de la gauche ou des blogueurs de gauche, je n’ai pas bien vu grand monde manifester son soutien au dogme d’hier, au superflu d’aujourd’hui. Ainsi va la vie, en politique, les certitudes des uns font les remises en causes des autres. Rassurons-nous cependant, il y a fort à parier, qu’en 2012, rue de Solferino, ils sauront, une fois les dogmes sous les mouchoirs, bien au fond des poches, faire front commun pour dégommer celui qui, finalement aujourd’hui, n’est pas si loin que cela des avis autorisés du Directeur.

Sans transition, comme dirait la Ferrari du 20 heures, amis blogueurs, un sénateur Ump (nul n’est à l’abri des esprits petits) désoeuvré a décidé de s’attaquer à votre espace de liberté: votre anonymat l’insupporte. Sa connerie, itou, m’insupporte. Restez vigilants !

photo_39D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

Publié dans Zone PolititruC | 26 Commentaires »

123
 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin