Le coeur du Pélican – Le texte du dimanche (16)

Posté par corto74 le 9 mai 2010

Le coeur du Pélican - Le texte du dimanche (16) dans zOne Dimanche cuLture ! wikio4 Voter !

pelican_barthelemy dans zOne Dimanche cuLture !Selon Alfred de Musset:   »Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie ». Une illustration de la thèse de la souffrance sanglante à la base de la création artistique. A découvrir ou à relire, l’Allégorie du Pélican:

 » Quel que soit le souci que ta jeunesse endure,
Laisse-la s’élargir, cette sainte blessure
Que les noirs séraphins t’ont faite au fond du cœur:
Rien ne nous rend si grands qu’une grande douleur.
Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète,
Que ta voix ici-bas doive rester muette.
Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots.

Lorsque le pélican, lassé-d’un long voyage,
Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux,
Ses petits affamés courent sur le rivage
En le voyant au loin s’abattre sur les eaux.
Déjà, croyant saisir et partager leur proie,
Ils courent à leur père avec des cris de joie
En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux.

Lui, gagnant à pas lents une roche élevée,
De son aile pendante abritant sa couvée,
Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.
Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte;
En vain il a des mers fouillé la profondeur;
L’Océan était vide et la plage déserte;
Pour toute nourriture il apporte son cœur.

Sombre et silencieux, étendu sur la pierre
Partageant à ses fils ses entrailles de père,
Dans son amour sublime il berce sa douleur,
Et, regardant couler sa sanglante mamelle,
Sur son festin de mort il s’affaisse et chancelle,
Ivre de volupté, de tendresse et d’horreur.

Mais parfois, au milieu du divin sacrifice,
Fatigué de mourir dans un trop long supplice,
Il craint que ses enfants ne le laissent vivant,
Alors il se soulève, ouvre son aile au vent,
Et, se frappant le cœur avec un cri sauvage,
Il pousse dans la nuit un si funèbre adieu,
Que les oiseaux des mers désertent le rivage,
Et que le voyageur attardé sur la plage,
Sentant passer la mort, se recommande à Dieu.

Poète, c’est ainsi que font les grands poètes.
Ils laissent s’égayer ceux qui vivent un temps;
Mais les festins humains qu’ils servent à leurs fêtes
Ressemblent la plupart à ceux des pélicans.

Quand ils parlent ainsi d’espérances trompées,
De tristesse et d’oubli, d’amour et de malheur,
Ce n’est pas un concert à dilater le cœur.
Leurs déclamations sont comme des épées:
Elles tracent dans l’air un cercle éblouissant,
Mais il y pend toujours quelque goutte de sang. »

Alfred de Musset (1810 – 1857) – La Nuit de mai (extrait)

47082152albatros-jpgD’accord, pas d’accord: proposez votre texte du dimanche à atoilhonneur@voila.fr

24 Réponses à “Le coeur du Pélican – Le texte du dimanche (16)”

  1. Marianne ARNAUD dit :

    Je passe toute la matinée du dimanche à attendre que ces messieurs et dames veuillent bien se réveiller, à peine l’ont-ils fait, qu’ils déclarent disparaître pour faire la sieste, et, enfin sortant moi-même d’une certaine torpeur, voilà ce que je découvre : le pélican !
    Là je peux dire que mon dimanche est bel et bien gâché, malgré tout le respect que je porte à Musset, à son théâtre et particulièrement à sa Marianne et à ses caprices.

  2. corto74 dit :

    @marianne: vous etes « gonflée » marianne, ce texte n’est-il pas suberbe ?
    C’est en cherchant qui était l auteur de cette phrase: »Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
    Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots » que je suis remonté jusqu a ce pelican. J ai eu un petit coup de coeur!

  3. Didier dit :

    Il fut une époque où humanité rimait avec coeur. Celle-là même que l’on voit si terrible et dont on croit être définitivement guéri.

  4. Vlad dit :

    Merci Corto, ce texte est magnifique.

  5. boutfil dit :

    ah lalala… au reveil et encore une petite gueule de bois que je passe avec du thé des amants, c’est dur , c’est triste, c’est larmoyant!!!! pfuffffuuuuuuuf, j’suis comme Marianne, Musset…..
    bon, enfin, je te pardonne ..t’as fait un effort!!!!

  6. corto74 dit :

    @didier: c’était quand le temps ou humanité rimait avec coeur ? J ai pas connu !

    @vlad: merci. je ne connaissais pas ce texte, l’ai retrouvé en cherchant une rime entendu a la radio ( voir le com a marianne ) et si ce texte est assez sombre, il n ‘en demeure pas moins superbe ( n en déplaise a Marianne :) ), des cops de coeur comme ça, c’est chouette non?

  7. corto74 dit :

    @boutfil: vous etes terrible, les filles, je ne peux pas vous servir de l’eau de rose tous les dimanches, tout de même ! j ai fait un effort qu’elle dit la Boutfil, j’y crois pas, tous les jours je fais des efforts pour contenter le visiteur ! je suis desespéré ( soupirs…) par tant d’ingratitude ! na ! privée de bisous, Boutfil !

  8. Marianne ARNAUD dit :

    Je vous demande pardon, mon cher Corto, de ce mouvement d’humeur, mais contrairement à vous, je connaissais très bien ce texte. Je peux même dire que cette symbolique christique a baigné toute mon enfance.
    Il a donc fallu que je lutte pour surnager et ne pas être noyée dans ce romantisme complaisant dans le sanguinolent.
    C’est pourquoi définitivement, je préfère le Musset du théâtre qui, loin de manquer de profondeur, correspond mieux à mon esprit primesautier.
    Oserai-je ajouter que d’un point de vue économique c’est complètement idiot. Parce que si les enfants l’avaient sauté un soir, peut-être que le lendemain notre pélican aurait eu la chance de ramener du poisson. Tandis que mort, ses enfants n’ont plus qu’à crever aussi.
    Mais là je crois que je suis allée trop loin ! Comme dirait Eusebe, que celui qui veut me battre se saisisse du bâton.

  9. eusebeetcie dit :

    Moi je ne vois pas le bâton :)

  10. eusebeetcie dit :

    J’ai relu plusieurs fois… décidément la poésie ne me réussira jamais … je décroche au bout de trois vers. Et aucun (les poètes) pour en rattraper un autre :( . Je ne dois pas être assez romantique pour ça :( .

  11. boutfil dit :

    Ah bah non!!! c’est pas juste crierait Kaliméro……
    je bat ma coulpe..j’avais qu’à pas picoler et j’aurai eu l’esprit ouvert….
    bisous quand même NA!!!!!

  12. eusebeetcie dit :

    C’est pour moi Boutfil le message ? lol

  13. boutfil dit :

    eusebe..si tu te prends pour kaliméro…oui..mais c’était aussi pour Corto ……

  14. eusebeetcie dit :

    Parce qu’une fois vous m’avez appelé comme ça! Et mon copain m’appelle régulièrement comme ça aussi :(

  15. corto74 dit :

    @marianne:pourquoi aller chercher des explications christiques, ou economiques, faites comme moi, prenez ce texte pour ce qu’il est: super bien écrit. Bon, ok la symbolique est forte on appelle cela une allégorie, qu’ils disent chez wikipedia. peu importe. Moi j aime bien, ok ? bises a vous et pas de panique , je ne pratique pas le baton.

    @boutfil et eusebe: dites moi les enfants, c’est pas un peu fini vos chamailleries calimeresques !

    @eusebe: t’inquietes moi il m a fallu attendre les premieères pousses discrètes de cheveux gris pour commencer a apprecier la poésie, alors t affoles pas, ça va viendre !

    @boutfil: picole et esprit ouvert c’est pas forcément contradictoire, hips ! bises

  16. Marianne ARNAUD dit :

    Vous aimez bien, OK, mon cher Corto, mais convenez que vous ne risquez pas que vos enfants vous bouffent le coeur !
    Je n’ai jamais critiqué la forme du poème qui est parfaite, ce qui d’ailleurs lui donne une place de choix dans la plupart des anthologies aux côtés de : « O temps ! suspends ton vol » de « Mon père ce héros au sourire si doux » et de « L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn ».
    Brrrr !

  17. Marianne ARNAUD dit :

    Et puis n’oubliez pas, mon cher Corto, qu’il n’y a pas si longtemps, un gros, méchant Pélican m’a volé dans les plumes !
    Cela peut laisser des traces, non ?
    Tiens ! Ils sont mignons ces deux à droite ! Mais comment avoir l’idée de se faire photographier à des moments pareils ?

  18. boutfil dit :

    bon, puisque Marianne me tends la plume ( du pélican..) je reprends:
    l’oeil dans la tombe regardais Cain
    pour ne plus le voir, il s’assieds dessus
    et l’oeil ne vit plus qu’un cul

    Eusèbe,c’est mignon Kalimero..alors comme ça votre copain aussi??? mdr……

  19. corto74 dit :

    @marianne: certes je ne risque pas grand chose coté descendance mais bon, j en connais qd même qui ont essayé de me bouffer le coeur.J y ai laissé quelques gouttes mais, a la difference du pelican, j ai repris mon vol.
    Je dois ne pas etre encore reveillé, quel pelican a eu l’outrecuidance de vous voler ds les plumes ?

    @boutfil:Ah ben c’est élégant ça ! mais j aime bien !:)

  20. Marianne ARNAUD dit :

    Pour le gros, méchant Pélican, mon cher Corto, il faut retourner à la Folie Passagère 333 !
    Vous savez bien, celui dont votre copain Yoplaboum Hantigel a salué l’envol !

  21. corto74 dit :

    @marianne: Vous avez un problème avec le Docteur Nau ? Be quiet, je vais chercher James ! :)

  22. LiKa dit :

    Boutfil m’a fait rire. Autrefois, il y avait des pots de chambre au fond desquels était peint un oeil… si j’en trouve un je l’achète pour quand nous serons encore plus vieux en Bretagne (rapport aux escaliers…)
    Mais revenons à Musset. N’ayant pas eu des parents de ce genre, ce pélican n’en a toujours bouché un coin. Enfant, j’aurais mieux compris un poème où des parents affamés mangeaient leurs petits…
    J’ajoute qu’en cas de trop grande douleur, il existe un phénomène sur quoi les psy se sont toujours cassé les dents : le trauma enkysté – enfermé à jamais dans une crypte, et qui ne se laisse qu’entr’apercevoir par certaines paroles délirantes et comportements étranges – (Artaud…) Bref, la santé psychique de ce Pélican désespéré me remplit d’admiration.

  23. corto74 dit :

    @lika: avoues que ce poème est joliment tourné et je comprends ton admiration, la même que la mienne, devant ce Pelican qui se sacrifie sur l’hotel de l’amour de ses enfants ! :) bises

Laisser un commentaire

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin