Nostalgie algérienne – Folie passagère 358

Posté par corto74 le 22 mai 2010

Nostalgie algérienne - Folie passagère 358 dans Zone c'eSt chez noUs! wikio4 Voter !

 dans Zone meDiasVous me faites braire avec votre nostalgie algérienne. Que de mélancolies glauques, que de nostalgies mal-placées dès que l’Algérie, par la porte, la fenêtre ou, en l’occurence, par le grand écran, ressurgit dans vos mémoires. Un film sort, libre expression de son réalisateur, sans doute un brin provoc’, et aussitôt, un vent mauvais se lève, comme un petit air perverti de « l’Algérie, avec ou sans fusil, c’était un beau pays. » On sait que Bouchareb, un nom bien d’ici, a pris quelque liberté avec l’histoire et alors ? Jusqu’à hier, personne n’avait vu le film que déjà les amoureux de l’Histoire de France crient au scandale: révisionnisme, négationnisme… des mots avec une drôle d’odeur. Aussitôt des placards, on fait sortir les porte-drapeaux et les poitrails médaillés d’une époque coloniale révolue, le Bleu-Blanc-Rouge en tête de cortège au son de Marseillaises revanchardes. Il est fini le temps des colonies, il vous faudra bien vous en faire une raison.

Alors, pendant des années, des Français ont squatté un pays qui n’était pas le leur. Des Français, aidés par une population forcément docile, ont travaillé la terre algérienne, ont fait entrer ce territoire dans une époque moins archaïque, ont bâti des écoles et des lycées pour tous (?), se sont enrichis. Certains, des deux sangs, ont perdu la vie pour s’être escrimés à construire quelque chose. Oui, ben, c’est la vie, c’était ainsi l’Algérie, nous n’étions pas chez nous, un beau jour, ils nous ont mis dehors. Juste retour des choses; ne jette-t-on pas ceux qui n’aiment pas, ceux qui spolient, ceux qui ne savent pas partager, la preuve que si. Car, si les Français de l’Algérie d’alors ne s’étaient pas comportés avec les indigènes comme des conquistadors, sans doute les choses auraient-elles suivi un cours différent. Avec Sétif, il prenait fin, peu à peu, le temps des nababs, des coloniaux, des pas-chez-eux.

Nos pères, nos grands-pères sont partis là-bas combattre une illusion: ce pays n’a jamais été France. L’indépendance – mot étrange en ce cas – ne s’est pas faite sans cris, larmes et douleurs. Les 2 camps se sont affrontés violemment, envoyant à la torture et à la mort leurs propres enfants. L’Algérie est redevenue ce qu’elle n’aurait jamais du cesser d’être: elle-même. Nous n’avions rien à y faire, nous y sommes allés, ils nous ont jetés. C’est ainsi. Est-ce si dur à admettre ?

Alors, devoir de mémoire, je veux bien, au nom de quoi, au nom des Français morts pour…la France en Algérie ? Oui, respect et mémoire pour ceux qui ont obéi en partant au combat, ils n’avaient pas le choix. Respect et devoir de mémoire pour une nostalgie mal placée et désuette, non pas envie. Curieux, ce sont souvent les mêmes qui crient au scandale, les nostalgiques d’une époque coloniale révolue, des regrets plein la tête, mais aucun remords.

L’Algérie
Ecrasée par l’azur
C’était une aventure
Dont je ne voulais pas
L’Algérie
Du désert à Blida
C’est là que j’étais parti jouer les p’tits soldats
Un beau jour je raconterai l’histoire
A mes petits enfants
Du voyage où notre seule gloire
C’était d’avoir vingt ans
L’Algérie
Avec ou sans fusil
Ca reste un beau pays
L’Algérie

(Serge Lama)

APRachidBouchareb3D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

22 Réponses à “Nostalgie algérienne – Folie passagère 358”

  1. Didier Goux dit :

    C’est vrai que c’est pas beau, de s’installer par centaines de milliers dans un pays qui ne veut pas de vous et de prétendre y faire la loi. Pas beau du tout. si seulement tout le monde pouvait en être persuadé…

    Cela étant, vous caricaturez vraiment à l’excès : il y a eu des colons excessivement riches, c’est vrai, mais la plupart ne l’étaient nullement. Et de toute façon, les Français n’ont jamais été un peuple colonial, colonisateur, au sens strict du terme. Mais, là, je sens que je m’engage dans une discussion sans fin et j’en suis fatigué d’avance…

  2. corto74 dit :

    @didier goux: pour votre première partie de commentaire, tt a fait d accord. Pour la seconde evidemment que je caricature a l’excès. Riches ou humbles les français d’algerie n’étaient de tte façon pas chez eux, il fallait donc bien qu un jour ou l autre, ils soient amenés à rentrer chez eux. Sans doute cela aurait-il pu se faire moins brusquement, peut etre plus tard, mais c’était écrit inéluctablement compte tenu des comportements des mêmes français. Si vous le permettez , je vais vous envoyer par email un livre assez éloquent daté de 1948.
    Enfin, ce que je condamne ici, c’est surtout cette nostalgie mal placée des gens plus ou moins matinés avec le FN, toujours prompta a sortir le drapeau enoubliant de regarder avec objectivité l’Histoire et les exactions commises ( des 2 cotés ).

  3. boutfil dit :

    Eh Eh..c’est vrai que c’est pas beau de s’installer par centaines de milliers dans un pays ect…pour la suite du commentaire de Didier Goux…..
    C’est vrai, c’est donc sans doute pour nous rendre la pareille qu’ils s’installent chez nous pour y faire la loi, sans trop bosser……
    moi, je croyais qu’ils allaient faire de leur terre un beau pays……une terre de liberté…non, ils préfèrent venir chez nous…..pourquoi nous ont-ils dont foutu dehors???hein????

    Ceci dit, bon, les anciens drapeaux en tête et tutti quanti…c’est les nostalgiques d’une époque qu’ils n’ont pas encore bien digérés…il faudras une autre génération pour oublier….

  4. Didier Goux dit :

    Bien entendu que ce sont des caricatures. Tellement qu’ils en deviendraient presque touchants, à force. Et puis, vous aurez beau dire, mais je trouve moins choquantes leurs trois couleurs que les drapeaux algériens que l’on brandit maintenant à la moindre occasion. Ou que les hommages rendu récemment à Francis Jeanson, ce larbin supplétif du FLN, lequel FLN torturait et tuait dans le même temps de jeunes Français de 20 ans, envoyés de force en Algérie.

    Mais, comme vous le dites : quand on n’est pas chez soi, tôt ou tard il faut repartir. Et ça se passe rarement dans la douceur, malheureusement. La valise ou le cercueil, n’est-ce pas…

    Et merci pour le livre !

  5. Marianne ARNAUD dit :

    Voilà bien le billet d’un francaoui, mon cher Corto, qui a décidé de faire dans l’analyse primaire.
    La colonisation c’est mal. Les indigènes c’est bien. Les Français c’est mal. Les Algériens c’est bien. La France c’est mal. L’Algérie c’est bien. Mais si la France c’est si mal et que l’Algérie c’est si bien, pourquoi tous les jeunes algériens ne pensent qu’à obtenir un visa pour la France.
    Pourquoi le peuple algérien est dans la misère dans le pays MAGNIFIQUE que la France leur a laissé. Le pétrole en plus.
    Vous, vous dites que l’Algérie n’a jamais été la France, or, je me souviens d’un voyage en train où le maître-d’hôtel du wagon-restaurant m’avait placée à la table d’un étudiant d’Algérie. A un moment de la conversation, le jeune homme me demande : « C’est quoi pour vous l’Algérie ? » Et je lui réponds : « C’est une colonie française. » « Non, me dit-il, l’Algérie c’est la France, mademoiselle. »
    J’étais honteuse et je ne l’ai jamais oublié.
    Mais ne vous inquiétez pas, je sais bien que l’Algérie ce n’est plus la France, mais il faut comprendre que ceux qui y sont nés, ainsi que leurs pères et les pères de leurs pères depuis 1830, ne voient pas les choses de la même manière que vous. La manière trois coups de cuillère à pot.
    Eux ils ont perdu leur pays et cela mérite tout de même un peu de compassion ou tout au moins de compréhension.

  6. corto74 dit :

    @boutfil: les imigrés algériens de ces dernières années c’est un autre problème. C’est effectivement ces nostalgiques qui n ont pas su, qui ne veulent pas digérer le fait qu’ils aient été mis dehors qui me dérangent. La fin de l »algerie française » était logique en soi.

    @didier goux: ne melangeons pas tout je parle d’une époque révolue n’en déplaise à ces porte-drapeaux. Le drapeau algerien que l on brandit en France aujourd’hui, quitte a enlever le Francais comme a toulouse, c’est autre chose, une autre problématique que je n ai pas du tout abordé ds ce billet. Pour le reste: »quand on n?est pas chez soi, tôt ou tard il faut repartir »… nous sommes obligatoirement d’accord. De rien pour le livre, il est issu de mon e-amie, Marianne !

    @marianne: vous m’avez mal lu ! je n ai jamais dit l’Algerie et « ses indigènes » c’est bien, les français, c’est mal, ce n’est pas en soi l objet de mon billet. Par contre, oui , je dis l’Algérie n a jamais été la France. La France « s’est invitée » en Algérie, il ne fallait pas s’étonner que cela finisse mal. Je reproche juste, à l’occasion de ce film dont tt le monde parle sans l avoir vu, que certains devoirs de memoire sont mal placée. Que certains soient nostalgiques parce qu’ils ont perdu des biens, ok, mais, je crois savoir que la « débacle » française en Algérie etait ineluctable, c’était ecrit, logique. La lecture du livre que vs m avez fait parvenir, avec le recul, et vu comment l’auteur parle de ces années algériennes le prouve.
    Que l’on ait le devoir de memoire pour ceux qui sont morts la bas par devoir ou obéissance, ok, par nostalgie, non.

  7. Didier dit :

    J’ai eu vent de cette polémique naissante. C’est du cinoche, pas une reconstitution historique, faut avoir le cerveau bien ramolli pour ne pas s’en rendre compte.

  8. Marianne ARNAUD dit :

    On voit, mon cher Corto, que vous ne connaissez pas du tout le milieu « algérianiste », que j’ai eu l’occasion de fréquenter quelque temps, car j’ai des amis pieds-noirs.
    Contrairement à ce que vous imaginez à partir de manifestations dues à la sortie d’un film, ce sont des gens qui se réunissent UNIQUEMENT pour parler du pays et ils n’ont aucune « nostalgie » de ce qu’ils ont perdu, pour la bonne raison qu’ils ont, pour la plupart, très bien réussi en France grâce à leur travail acharné.
    On n’entend pas beaucoup parler de pieds-noirs tombés dans la misère en France.
    Leur combat concerne essentiellement la préservation de leurs cimetières où les leurs sont restés, et c’est loin d’être gagné !
    Pour ce qui est du reste, ils sont heureux de se retrouver entre eux et de pouvoir parler de la douleur d’avoir perdu leur pays puisque cette douleur n’a été prise en compte par personne.
    Votre billet, s’il était aussi évident que vous semblez le croire, devrait être transposable à la situation de ce qui se passe en France aujourd’hui, avec ces millions d’immigrés qui y ont fait souche et qui sont Français, plus tous ceux qui arrivent chaque année, avec l’intention de rester. Et cela ne dure que depuis 40 ans à comparer avec les 130 ans de la présence française en Algérie.

  9. Didier Goux dit :

    Entièrement d’accord avec Mme Arnaud.

  10. corto74 dit :

    @didier: c’est en partie de ces cerveaux ramollis dont je parle dans mon billet!

    @marianne: certes je ne suis pas un pro de ce milieu algérianiste qui ne me pose aucun problème: pieds noirs, harkis et cie ne me posent aucun souci, ils ont leurs douleurs comme bien d’autres. Je ne parle que de ces nostalgiques des combats algériens, un peu les Le Pen et confrères, qui si on leur redonnait 20 ans et des fusils, repartiraient au combat casser du bougnoule C’est uniquement ceux la qui m’insupportent.
    Et je ne vois pas en quoi mon billet devrait etre transposable a la situation des immigrés en France devenus français et qui ne me posent presque aucun souci non plus. Rien à voir entre ces nouveaux souchiens et mes nostalgiques de l’Algérie.

    @didier goux: mdr, pour une fois d accord avec marianne ! Sachez qu il me semble que vous avez beaucoup de points communs avec elle

  11. Marianne ARNAUD dit :

    Transposable, mon cher Corto, parce que si vous pouvez écrire : « l’Algérie ce n’est pas la France », vous devriez pouvoir aussi écrire : « la France ce n’est pas l’Algérie ».
    Et quant aux immigrés qui ne vous posent aucun souci, vous irez expliquer cela à la famille de la jeune policière qui vient de se faire abattre comme un chien.

  12. corto74 dit :

    @marianne: La France ce n’est pas l’Algérie, je peux l’écrire parce que je ne mélange pas 2 contextes totalement différents ce que vous semblez faire. Rien à voir entre la guerre d’Algérie et les nostalgiques dont je parle et la France de 2010.
    Aux immigrés qui ne me cause aucun souci, veuillez, Marianne bien reprendre ma phrase: « des immigrés en France devenus français et qui ne me posent presque aucun souci non plus ». L’histoire dramatique de cette jeune policière n a strictement rien à voir dans le contexte de mon billet, s’il vous plait ne cherchez pas, à moins quede vouloir me titiller, à amalgamer des trucs sans aucun rapport.

  13. boutfil dit :

    allez, je vais en rajouter une couche…on ne peut pas séparer ce qui se passe actuellement avec les immigrés d’algerie, français de fraiche date où non..ils méprisent la france et ne sont là que par intérêt, il n’aime pas notre pays, ce qui leur donnent sans doute le droit de circuler avec des drapeaux algériens et de nous insulter par tous les moyens….
    par contre, les pieds noirs, dont j’ai beaucoup autour de moi, aimaient l’Algérie, ils ont fait fructifier ce pays, l’on amené dans le progrès technique, médical, éducation et autres….
    il faut aussi se rappeler que l’Algérie n’existait pas en tant que telle avant l’arrivée des français, c’était une sous colonie des Turcs et un amalgame de tribus, et puis, devons nous aussi nous rappeler que les premiers colons étaient les révolutionnaires de la commune, envoyés là-bas pour échapper au bagne et qu’ils sont arrivés avant leurs idées humanistes….
    pour les pieds noirs c’était leur terre aussi puisqu’ils y étaient nés, peut-on leur refuser ce que nous accordons si benoitement chez nous, à savoir le droit du sol??
    ils maltraitaient les Algériens??ça reste à prouver!! sans doute les porteurs de valises Sartriens en ont-ils fait leur fonds de commerce, ceux que je connais étaient des petits commerçants, des petits artisans, des ouvriers, pas de gros nababs et ils ont laissé là-bas leurs cimitières, régulièrement profanés, sans que personnes viennent hurler au scandale comme ici….
    Que le FN récupère, drapeaux en tête, quelle importance?? il y en a qui étaient sincères dans ce défilé…
    Quand au film, foutaise dit l’un d’entre nous, c’est du cinéma…que nenni mon ami….
    voilà un film de propagande, payé à 70% par l’Algérie et le reste PAR DES FONDS PUBLICS FRANCAIS…. et qui, comme d’habitude, trahi l’histoire, et nous replonge dans cette satanée culture du repentir….à Sétif, c’était nous les assassins…les européens présents démentent…pensez à tout ceux, qui vont voir ce truc et qui n’ont aucune culture historique, le mensonge s’installe à nouveau……
    Et les conséquences, ce sont encore les quartiers qui vont se sentir confortés dans les haine des souchiens…..il faut y vivre pour le savoir!!!!!

  14. Marianne ARNAUD dit :

    Que voulez-vous, mon cher Corto, vous êtes un Français de souche, et chacun sait à quel point les Français de souche peuvent supporter les humiliations qu’on inflige à leur pays, quand ils ne les lui infligent pas eux-mêmes.
    Mais moi, je suis Française par amour, et je ne supporte pas qu’au prétexte d’un film et d’une manifestation pacifique (ce qui est loin d’être le cas de toutes les manifestations), on tombe à bras raccourcis sur mon pays en lui faisant honte de son passé, en comparant parfois l’action de la France en Algérie avec l’occupation allemande en 40. En glorifiant les porteurs de valises et les saboteurs des industries de l’armement.
    Sans doute n’avez-vous pas été vous-même jusque là, mais votre billet apporte tout de même de l’eau au moulin de tous ces gens, qui comme le dit Boutfil, n’ont que haine pour notre pays.

  15. eusebeetcie dit :

    Aïe… ce billet est un vrai panier de crabe. Comme d’habitude cher Corto, tu aimes les sujets à polémique. Comme d’hab ton billet évoque beaucoup de choses différentes et amènent beaucoup de questions.

    Revenons à la source.
    L’objet de la polémique est un film. De par sa nature un film ne peut jamais être »les événements ». Un film n’est jamais la vérité mais une vérité. Ca c’est si il se veut historique. Auquel cas il doit être soumis à la critique des historiens et être regardé avec beaucoup de pincettes. Après si le film se veut être une fiction mais qui utilise un événement réel pour raconter une autre histoire, alors là quelque soit le parti pris on n’a rien à dire sur les faits historiques car il ne se veut pas comme tel et ils sont secondaires. En revanche on peut très bien en critiquer la qualité cinématographique.

    Ce que je trouve ennuyeux c’est la critique alors que le film n’a pas encore été vu. Et pourquoi envoyer des anciens combattants en première ligne? C’est le meilleur moyen pour se ridiculiser. Comme quoi vieillesse ne rime pas avec sagesse… Après est-ce que ces gens là qui manifestent manifestent parce qu’ils considèrent que le film est une insulte à leurs camarades morts ou bien est-ce que se sont des vieux débris qui ne rêvent que de reprendre le fusil comme dit Corto et casser de l’arabe? Les extrêmistes de tout bord ne sont jamais à un « détail prêt »… surtout en Histoire. C’est ce qui fait le charme de ces gens là… leur côté grande gueule, excessif et je parle sans savoir…

    Pour ce qui est de la question algérienne.
    Corto sommes nous chez nous lorsqu’on vit dans un pays depuis près d’une centaine d’année ? Lorsqu’on y a beaucoup construit? Et même si on s’est invité?
    Si la réponse est oui alors les colons français y étaient chez eux. Si la réponse est non alors est-ce que les américains sont chez eux sachant que la conquête de l’Ouest s’est terminée il y a une grosse centaine d’année? Est ce que les immigrés de la 3e génération qui sont en France depuis une cinquantaine d’année sont chez eux ici.

    Bises

  16. eusebeetcie dit :

    @ Boutfil:

    « voilà un film de propagande, payé à 70% par l?Algérie et le reste PAR DES FONDS PUBLICS FRANCAIS?. et qui, comme d?habitude, trahi l?histoire, et nous replonge dans cette satanée culture du repentir?.à Sétif, c?était nous les assassins?les européens présents démentent?pensez à tout ceux, qui vont voir ce truc et qui n?ont aucune culture historique, le mensonge s?installe à nouveau?? »

    Ayons la naïveté de croire l’état a été financé pour la seule gloire de l’Art et non « pro patria »… Vous soulevez un énorme problème qui m’avait beaucoup inquiété et que je m’étais posé avec le film « Amen » de Costa-Gavras. Très bon film au demeurant d’un point de vue artistique je trouve, mais dont malheureusement les foules imbéciles (75% à vue d’oeil de la population) prennent au pied de la lettre… Combien de fois ais-je entendu des gens cracher sur l’Eglise comme si tout était noir ou blanc. Sans doute des gens qui n’ont jamais vu « au revoir les enfants » ou « le franciscain de Bourges » ou encore lu la biographie du Franck Stock… Comment un cinéaste pourrait énoncer une vérité quand les historiens ont du mal à voir clair 70 ans après?

    MOi je reste persuader qu’il faut juste voir ça comme une vision des choses mais pas la vérité. Et que je crois plus en la fabrique du cinéma en tant qu’art plus qu’en polémique politique.

  17. boutfil dit :

    oui.. bien sûr Eusebe, on PEUT voir ça comme une création artistique, mais cela reste des faits ayant réellement existés..donc sujet à caution….
    les personnes ayant vécu dans leur chair, dans leur vie ces évènements ne peuvent pas en rester au fait d’une seule création artistique…si elle déforme trop la vérité, surtout si peu de temps après les dit évènements..

  18. LoC dit :

    Bonsoir à toutes et à tous,
    Ah le cinéma… Cannes et sa palme d’or, ses quinzaines et ses prix annexes qui font tant découvrir le cinéma.
    Je rêve, un jour, d’entendre une si belle critique d’un film qui parlerait des séquences, de leur organisation étrange qui veut que chaque coupure s’ouvre sur une couleur identifiant la scène suivante. Un jour, entendrons-nous l’analyse du son qui annonce les scènes fortes et qui se répète afin que la bande-son implique plus encore le spectateur en s’harmonisant avec ses sensations?
    Mais peut-être n’est-il pas possible de voir le léger ralenti ou l’accélération d’une image devenant presque subliminale?
    Peut-être est-ce en vain que le réalisateur fasse le choix du bleu, couleur froide, pour les murs de l’attente et le rouge agressif pour le déferlement de la violence?
    Oui, c’est bien trop souvent en vain.
    Bien entendu, une oeuvre cinématographique a un sens, pas toujours, ceci étant dit…
    Alors, on s’attache au sens, au « message », dans la mesure où chacun recevra le même, ce qui est loin d’être évident. Et, on oublie bien facilement de perler de cinéma, de mise en scène ou même simplement d’images.
    Un film doit avoir un sens et doit avoir le sens commun de s’exprimer selon ceux qui ont choisi de lui donner sa direction. Mais voici que je mélange tout, on ne doit pas s’écarter du sens, de la direction, on ne doit jamais se prétendre spectateur, car ainsi on risque de flatter nos sens. C’est si secondaire dans une oeuvre, après tout, puisque qu’on ne doit flatter que la direction.
    Simple délire de quelqu’un qui n’a pas vu ce film, comme, d’ailleurs, la plupart des personnes qui en parlent.
    Je viens de m’apercevoir, avec horreur, que Lewis Carroll a tout inventé,
    Tim Burton s’en remettra-t-il?

  19. corto74 dit :

    @AVIS !: non je ne bifurque pas. Sans doute, à lire, chers amis, vos commentaires me suis-je pas ou mal fait comprendre! Je critiquais les défilés impromptus d’abrutis finis qui protestent contre un film qu’ils n’ont pas vu; je critiquais une certaine nostalgie mal placée de gens étiquetés tres tres à droite et voila que vous me transportez sur des thèmes sans veritable rapport avec mon billet: les immigrés, une policière abattue, que sais-je encore… Donc, par les pouvoirs de taulier auto-conférés, je sifle la fin de la récré ! J’ai dit !

    @loc: petite nuance, ton commentaire m’enchante, digne de figurer dans les textes du dimanche !

    bises a tous

  20. boutfil dit :

    Alerte!!!!! y’a un fayot!!!!!

  21. Didier Goux dit :

    Mon cher, je SAIS avoir beaucoup de points communs avec Mme Arnaud.

    Et je sais aussi qu’elle le sait.

  22. Marianne ARNAUD dit :

    Bon je suis d’accord, mon cher Corto, c’est la fin de la récré, on tire la chasse et on n’en parle plus !

Laisser un commentaire

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin