» Chez Jiji  » – Le texte du dimanche (20)

Posté par corto74 le 6 juin 2010

Voter !

french-routier-stop dans zOne Dimanche cuLture !Extrait d’un recueil d’une dizaine de nouvelles d’auteurs différents, dont Lika Spitzer, Pas de travail qui vaille,  » Chez Jiji « , de Jean Pezennec, ou la logorrhée d’un routier pas très sympa …

 » Tu prendras bien encore un demi ? Allez, je te le paye… Si, si, je te le paye… Comment c’est, ton prénom ? Jean-Jacques ? Allez Jean-Jacques, je te paie un demi… Jiji ! Tu nous mettras deux demis ! Qu’est-ce que tu disais ? Ah oui… T’as des tas de gonzesses dans les relais routiers… Enfin pas ce soir chez Jiji… Ce soir, je sais pas ce qui se passe, c’est le désert… T’as celles qui vont n’importe où… Où tu vas elles te suivent du moment que tu leur paies la bouffe… Puis t’en a d’autres… à moitié étudiantes… Des espèces de hippies plus ou moins nymphomanes… Celles-là, elle font un bout de route avec toi, tu les tringles et puis elles vont voir ailleurs… Le seul problème, c’est que les gonzesses elles choisissent les camions… Le mec qu’a un 38 tonnes tout neuf, il a qu’à claquer des doigts, elles ont déjà les cuisses qui font bravo… Mais le mec dans mon genre qu’a un Volvo pourri de presque quinze ans, il rentre chez lui la bite sous le bras… Ouais, la bite sous le bras il rentre le mec… En plus moi en ce moment je suis tout seul… J’avais une greluche avec moi… Il y a six mois je vais faire une livraison au Luxembourg… de Toulouse, t’as qu’à voir… Quand je suis revenu, la greluche était plus là… elle s’appelait Marie, comme la Vierge… Elle était pas vierge, j’aime mieux te dire… … Là je viens de Bordeaux…. …

A Bordeaux c’est sympa, il y a un parking spécial pour les pédés… On peut rencontrer des copains…

Toi, les mecs t’as jamais essayé ? Et t’as jamais eu envie ? C’est habituel ça, tu sais, les mecs qui bandent pour leur copain et qu’osent pas le dire… On dit tout le temps que les pédales c’est des artistes… C’est pas vrai… Moi par exemple je suis pas un artiste… Cela dit, moi mon truc… – je parle pas trop fort parce que Jiji, ça a beau être une ancienne pute, dès qu’on parle trop fort de cul chez elle, elle hurle, sous prétexte que les longues oreilles des flics traînent partout… – Moi mon truc, tu veux que je te dise… depuis que je suis tout petit… enfin tout petit… quinze balais quoi… moi, mon truc c’est les gamins… J’aime bien les gamins… J’aime bien les femmes… Oui c’est agréable, les femmes… enfin ça dépend des baiseuses… J’aime bien les mecs de temps en temps… mais j’aime bien les gamins… J’ai jamais baisé avec des gamins parce que je trouve ça dégueulasse, mais j’achète des revues… des livres… Comme je vais un peu partout… en Hollande, en Allemagne… Ca fait longtemps que ça me tracasse, les branleurs… J’aime bien les branleurs…

Chaque fois que je passe à Nantes je m’arrête chez Jiji… Des fois même je fais un petit détour… Parce que je te l’ai pas dit mais je suis né à Nantes… quai de la Fosse… Mon père travaillait aux chantiers Dubigeon… Et Jiji, le quai de la Fosse elle y a longtemps travaillé… dans les bars à putes… Je l’ai pas connue à l’époque, mais c’est quand même un peu comme une payse… On se comprend tous les deux… On est sur la même longueur d’onde…

J’ai pas choisi la route, tu sais… Pratiquement personne choisit la route… La vie, elle décide pour toi, et toi tu te démerdes comme tu peux… La route en plus, tu veux que je te dise, plus ça va pire c’est… Avec tous ces camionneurs étrangers… tous ces Polonais, ces Russes, ces je ne sais pas quoi encore qu’acceptent de travailler pour trois fois rien… Faut voir la concurrence… Les patrons se bouffent la gueule entre eux… Et qui paie la note après ? Les gros cons de camionneurs… Les patrons, les clients, tout le monde te prend pour un esclave… Départ à telle heure, arrivée à telle heure… comme les avions… Pluie, brouillard, encombrements, le patron et le client s’en foutent… Roule routier, roule, bousille-toi la santé mais démerde-toi… Et toi tu accélères, tu prends des risques, tu dépasses les temps de conduite, les charges, les limitations de vitesse, tu dépasses les lignes blanches… C’est ça ou la porte… Et à l’arrivée, décharge esclave… Mets-toi ici, pousse-toi de là… Tu roules toute la nuit et à l’arrivée les mecs ils te regardent vider le bahut en grillant une clope… C’est tout juste si c’est pas à toi de mettre la marchandise en rayon… Tu sais qu’y a des fois, t’as envie de prendre le fusil et de tirer dans le tas… »


Jean PézennecPas de travail qui vaille – (Editions Atelier du Gué, avril 2010)

.Couverture_PAS_DE_TRAVAIL_QUI_VAILLE_mD’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

( provided by Marianne )

29 Réponses à “ » Chez Jiji  » – Le texte du dimanche (20)”

  1. Marianne ARNAUD dit :

    Voilà un texte, mon cher Corto, qui clôt bien toutes les polémiques de la semaine.
    Là on n’est plus ni chez les politicards, ni chez les journaleux : on est chez des êtres humains, de ceux que souvent on préfèrerait ni voir, ni entendre. Mais voilà qu’on lit, qu’on réfléchit et on se rend compte que « Chez Jiji », c’est comme partout, il y a des hommes qui souffrent et qui vivent une vie qu’ils n’ont pas choisie. S’ils ont eu des rêves, ils y ont renoncé et ne leur reste que les clients de chez Jiji pour les écouter un moment.
    C’est bientôt les vacances, je ferais moins la gueule quand j’aurais à remonter ces files de camions pour aller dans le Midi.
    Merci monsieur Pézennec de nous avoir parlé de… mais au fait, comment s’appelle-t-il donc ce camionneur ?

  2. boutfil dit :

    c’est un texte qui me touche parce que mon frère a été routier pendant près de 35 ans…35 ans de route, de galères, de vie entre parenthèse partout toujours au 4 coins de l’europe….il a pris sa retraite en 2008 après tout ce temps, le dos en compote, la vessie usée par les rétentions, son salaire était assez minable pour les heures, alors, les week end de repos, il prenait un car pour transporter des touristes en Italie, en Espagne où ailleurs, ça améliorait l’ordinaire..et personne ne lui demandait quand il s’était reposé de cette foutue route…..et pourtant, il aimait ça..il parlait de son camion comme d’une personne, il le chouchoutait, c’était son compagnon……je regarde toujours ces forçats du bîtume avec une grande tendresse……

  3. corto74 dit :

    @marianne: j’aime beucoup ce commentaire, si vrai. »S?ils ont eu des rêves, ils y ont renoncé et ne leur reste que les clients de chez Jiji pour les écouter un moment. » et il y a tellement de gens qui vivent ainsi leur solitude. Et avec un brin de cynisme, peu importe son nom, qui se soucie de connaitre le nom des gens qui sont seuls ?

    A part ça, la finale était décevante pour le duel, Nadal, mon chouchou ( après federer ) est décidément trop fort ! bises

    @boutfil:Drôle de vie tout de même, seul, danger pour eux et pour les autres, fatigue, usure…Pas une vie favorisant la vie de famille, il me semble. Un metier dur, sans aucun doute.

  4. Didier dit :

    Plutôt intriguant ce récit. La photo fait un peu cliché, j’ai vu changer le stéréotype du routier en quelques années de cerceau, c’est pas pour dire mais nous n’avons pas perdu au change. :P

  5. corto74 dit :

    @didier: bien sur que le stéréotype a changé, aujourd’hui ce gars généreux en bière pourrait etre n’importe quel poivrot tel qu’on peut en voir accoudé au zinc dès potron minet !
    ceci dit, je me rappelle de certains routiers ou nous nous arretions dejeuner sur la route des vacances, il y en avait des prototypes de ce genre . Biz

  6. Marianne ARNAUD dit :

    Je pense, mon cher Corto, que Didier a raison. L’homme de la photo, même avec un trente-huit tonnes tout neuf, je doute que ça se bouscule au portillon du camion !
    Je suis très contente pour Nadal, le pirate, et aussi pour son tonton Tony que je trouve super !
    Et sur ce, je dis bonsoir à toute la compagnie.

  7. corto74 dit :

    @marianne: j’aime bien cette phrase que l on aurait pu entendre au café du coin ou chez les cons: « On dit tout le temps que les pédales c’est des artistes? C’est pas vrai? Moi par exemple je suis pas un artiste » Moi non plus je ne suis pas artiste et pourtant ! :)

  8. vincent dit :

    Il y a un bar-club gay à Paris où on rencontre ce genre de prototype routier, le Bearsden, rue des Lombards, assez énorme à tous points de vue

  9. corto74 dit :

    @vincent: ben mazette, t’en connais des coins toi ! dois-je investiguer ? :)

  10. LiKa dit :

    @ Boutfil Ce que tu dis, Boutfil, me touche plus que le texte. N’est pas Céline qui veut (quelle pimbêche, cette Lika). Car il y a un petit quelque chose qui cloche dans ce texte, voilà. J’ai le sentiment que l’auteur s’est déguisé en camionneur et en a profité pour nous raconter ses fantasmes. (J’espère que le camionneur, ce n’était pas son père…)
    @ Didier En somme, des goûts et des couleurs, hein… Moi, il me plaît bien, ce type de la photo, attablé derrière sa bouteille de rouge. Sa casquette lui va trop bien ! S’il tenait un bar pas trop loin de ma maison, de temps à autre j’irais bien boire un coup chez lui. Il s’appellerait Jeannot (et pas Jean, comme le prof de maths qui a écrit la nouvelle) et peut-être qu’il aurait été camionneur, et lui, je le respecterais.

  11. Marianne ARNAUD dit :

    @ Lika
    Je ne crois pas que l’auteur de « Chez Jiji » ait eu l’ambition de nous faire oublier Céline. Si c’est le cas c’est bien raté. J’avoue qu’en le lisant je n’y ai même pas pensé.
    Comme Corto, comme Boutfil, je n’ai vu qu’un pauvre type de camionneur.
    Pour moi, la nouvelle s’arrête là où elle s’arrête chez Corto, comme quoi il y a plusieurs pimbêches sur ce blog.
    Cela dit, Céline est mort, qui a eu en son temps, maille à partir avec pas mal de pimbêches, lui aussi.
    Et la vie continue !

  12. boutfil dit :

    Coucou..bonjour à tous et bonne journée…..

  13. vincent dit :

    @corto74 Si tu aimes ce qu’on appelle les bears, oui, c’est un lieu immanquable, mais à voir les mignons exposés ici, tu ne dois pas être un accro du poil… Mais ça vaut le déplacement, déjà pour le fun

  14. le gaga gaspard dit :

    Céline est mort !?!

  15. corto74 dit :

    @vincent: pour le fun alors !

    @gaga: quoi ? Céline est mort ? et personne ne me l’a dit !

    @lika: je te trouve bien sévère avec l’auteur. Moi dans ce texte, je n’ai vu que la relation quasi- réelle d’une conversation de bistrot, conversation à sens unique, bien sûr, comme souvent savent en faire les personnages tels que décrit ici… C’est en ce sens que ce texte est interressant, on s’y croirait presque. bisous

    @boutfil: kikoo !

    @Avis ! étonnant mais 145 personnes ont voté pour ce texte sur Wikio, du jamais vu pour un texte du dimanche !

  16. eusebeetcie dit :

    Bon je sais que j’ai aucune chance avec Corto alors j’arrête de le draguer XD !!

    Bon euh ceci dit: ou je n’ai pas compris le texte même après relecture (ce qui est fort possible!) ou bien il y a vraiment un passage qui me dérange au milieu de ce texte !

    « me bien les mecs de temps en temps? mais j’aime bien les gamins? J’ai jamais baisé avec des gamins parce que je trouve ça dégueulasse, mais j’achète des revues? des livres? Comme je vais un peu partout? en Hollande, en Allemagne? « 

  17. LiKa dit :

    Et combien de lecteurs votent ? Moi, je déteste voter.
    Et merci Eusèbe…

  18. eusebeetcie dit :

    @ Lika: de rien. J’ai relu le texte hier aprem, hier soir et ce matin pour voir si c’était moi qui ne me suis pas trompé… Et finalement c’est la seule chose que je retiens du texte avec la photo sympatoche du dit Monsieur pour illustration!

  19. Marianne ARNAUD dit :

    @ eusebe
    Que voulez-vous dire ? Que ces revues n’existent pas et que personne ne les achète ?
    Ou bien ça froisse vos petites oreilles d’en entendre parler ?
    Qu’il faudrait que règne en littérature une sorte de moralement correct, le pendant exact du politiquement correct ?
    Que voilà bien des délicatesses alors que les nouvelles de ce recueil ont été choisies par les élèves de l’Ecole Estienne !
    Je pense que la bonne question à se poser serait plutôt, pourquoi les élèves ont choisi cette nouvelle et pourquoi a-t-elle été plébiscitée par les lecteurs du blog ?
    Il doit bien y avoir une raison, non ?

  20. corto74 dit :

    @eusebe: comment cela tu n as aucune chance ? :) A l’occasion, une explication de ce texte à 4 mains yeux ? :) Parce que pour n’y rien comprendre, mon ami, là , il faut le vouloir, n’est-il pas !

    @lika: bon visiblement ce texte n’a pas eu l’heur de te plaire, j’en suis tout retourné lol ! , on fera mieux semaine prochaine

  21. Marianne ARNAUD dit :

    @ Gaga
    Pour beaucoup, oui, Céline est bien mort.
    Ainsi, si on écrit « Céline » sur Google, on tombe automatiquement sur toute une page consacrée à une Céline Je-ne-sais-trop-quoi, qui est la nouvelle compagne de Patrick Bruel.
    Il faut insister pour trouver Louis-Ferdinand coincé entre un fabricant de sacs et de fringues et une chanteuse enceinte de deux jumeaux.
    Un enterrement de première classe, non ?
    Les mêmes diront qu’il l’a bien mérité puisque, lui, était carrément politiquement incorrect et laissait beaucoup à désirer sur le plan de la moralité aussi.

  22. vincent dit :

    Pan sur le bec ! Dans le chiffre du jour, prière d’écrire Rafael (Nadal) et non Raphaël. Cela fait amateur pour un amateur de tennis…

  23. Marianne ARNAUD dit :

    @ Vincent
    Ah, le méchant homme ! comme dirait Molière.
    Heureusement que mon honneur est sauf car je n’ai écrit que « Nadal », moi !
    Mais j’ai eu chaud !

  24. corto74 dit :

    @vincent: d’abord, j’écris comme je veux,na ! je francise, point c’est tout. :)

  25. Jean-Charles Rey dit :

    op op op moi jsuis artiste…Enfin c’est ce qu’on dit…mais jsuis pas Homo…
    enfin en tout cas j’ai rigolé 5 mn et j’achete rapido les dite nouvelles!
    bises a todos

  26. boutfil dit :

    M’enfin monsieur Rey!!!! on vient de vous dire qu’il faut  » franciser » donc, on ne dit pas bises à todos…….^^

  27. vincent dit :

    il règne comme un parfum de dictature ici

  28. corto74 dit :

    @jc Rey:it’ll be a great idea to buy these novels. When you’ll have read them, please let us know what you think about ! okay ?
    Biz

    @vincent: ah que non, ici c’est un espace de liberté , de débats et d’analyses :) pas une …une quoi ? biz

  29. eusebeetcie dit :

    @ Marianne: ma chère ce n’est pas une question de politiquement correct ou pas mais moi j’ai lu ça comme j’aurais lu quelqu’un qui fait l’apologie de la pédophilie, comme le fit un homme politique bien connu aujourd’hui en son temps. Est-ce acceptable ou pas ? Je me pose la question. Ceci dit, si ce n’est pas le cas et bien tant mieux et ce texte reste sympathique à bien des égards même si il ne me parle pas des masses :)

    @ Corto: ce n’est pas que je n’y comprends rien (terme quelque peu excessif) c’est juste ça ne me parle pas. Pour la suite cf le mot à l’amie Marianne!

Laisser un commentaire

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin