Don de sperme – Dans le sac de Marianne (6)

Posté par corto74 le 7 septembre 2010

Don de sperme - Dans le sac de Marianne (6) dans zOne Le sAc de Marianne wikio4 Voter !

5047885(3) dans zOne Le sAc de MarianneCe soir-là, chez Paul Amar, deux protagonistes se font face.

D’un côté, Arthur, un beau jeune homme pétulant d’une vingtaine d’années. De l’autre un médecin dont je n’ai pas retenu le nom, entre deux âges, souriant et débonnaire.

Arthur est très volubile. Il explique : il est né grâce à un don de sperme. A dix-huit ans il s’est rendu au Centre d’Etudes et de Conservation des Oeufs et du Sperme (CECOS), pour connaître l’identité de son géniteur. Or bien qu’on lui ait confirmé qu’il existait un dossier, on lui a appris qu’il n’y aurait pas accès, parce qu’en France, les dons de sperme sont anonymes.

Le voilà outré, scandalisé. Il monte un association, il écrit un livre.

Le médecin tente d’expliquer que l’anonymat est une des conditions des dons de sperme, dans l’intérêt, et du donneur, et du receveur.

Mais Arthur ne veut rien entendre : c’est dégueulasse ! dit-il. 

Le médecin argue qu’il y a seulement une quinzaine de…

Arthur l’interrompt : Rien que dans mon association nous sommes soixante-dix !

Le médecin conciliant accepte ce chiffre : Bon ! Soixante dix, face aux 50 000  naissances grâce au don de sperme aujourd’hui ! On peut raisonnablement en conclure que c’est un système qui fonctionne ! 

Arthur est hors de lui : Mais la majorité d’entre eux ne sont pas au courant !

Où est donc le problème ? ose le médecin. Nous avons l’expérience de pays européens qui ont levé l’anonymat des dons et où ils ont été divisés par deux. Dans ces conditions il est clair que nous n’aurions plus assez de dons. 

Arthur fulmine : ce n’est pas parce que vous n’avez pas assez de dons, mais c’est parce que vous triez les gamètes pour trouver des donneurs, bien blancs, qui ressemblent aux parents.

L’argument a l’air de porter. Peut-être pendant un instant, le médecin imagine-t-il ces parents découvrant à la naissance, que par la grâce du plus pur des hasards, leur enfant est noir ?

Le terrain devient glissant, aussi le médecin essaie-t-il d’orienter le débat dans une autre direction.

Le problème, dit-il, est surtout celui des parents qui ne savent pas comment présenter à leur enfant les circonstances de leur naissance. Il n’est pas rare que cette révélation se fasse à l’occasion de la rupture des parents...

Ah !  hurle Arthur, je vous attendais là ! Moi j’ai toujours su comment j’étais né. Et mes parents sont un couple uni de catholiques pratiquants !

A bout d’arguments, le médecin risque : Quelle est la réaction de vos parents devant votre acharnement à connaître votre donneur ?

Eh bien ! répond Arthur avec un petit sourire narquois, mon père se verrait bien boire un verre avec  mon géniteur pour le remercier de lui avoir permis d’avoir un fils tel que moi !

Le temps qui leur était imparti était écoulé, mais le débat est, quant à lui, bel et bien lancé.

Marianne A.,

AnonymatD’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

Marianne, fidèle de ce blog nous livre sa version des faits, sa vision du biniou et du monde. Chaque mardi, elle vide son sac !

38 Réponses à “Don de sperme – Dans le sac de Marianne (6)”

  1. Christophe dit :

    Après le débat sur les naissances sous X. C’est maintenant le tour des dons anonymes. C’est à la mode la recherche de ses origines. il y a qu’à voir en ce moment les médias nous parlent de généalogie et font même des émissions sur la recherche des origines de certaines personnes connues. Mais pour en revenir au sujet de ton article, le médecin n’a pas tort, le don de sperme fonctionne car l’anonymat est là. D’une part le donneur n’a pas forcément envie qu’un jour on vienne frapper à sa porte et inversement les couples qui font la démarche de concevoir un enfant par don de sperme n’ont pas forcément envie de voir un jour débraqué chez eux le donneur et de réclamer la garde et la paternité de l’enfant. L’anonymat protège le donneur et le « receveur ». Maintenant je comprend le jeune Arthur mais il a une vision idillyque aisni que son père qui aimerait boire un verre avec lui, s’il retrouvait le donneur. Car comment réagirait-il si ce dernier lui fermait la porte au né en lui disant ton père ce n’est pas moi. J’ai juste donné mon sperme mais je ne t’ai pas élevé. Je ne veux rien avoir à faire avec toi. Et puis c’est la définition m^me du don. Lorsque l’on donne, on n’attend rien en retour. Et ce débat pourrait être extrapoler sur tous les dons d’organes aussi. Et à titre personnelle, la science m’a permi d’avoir une tête blonde à la maison sans faire appel a un donneur mais c’est une solution que nous avions évoquée et étudiée au cas où. Nous ne l’aurions pas fait sans anonymat.

  2. Marianne ARNAUD dit :

    Merci pour ce commentaire. Et si j’osais, je vous sugèrerais d’aller au bout de votre réflexion : puisque vous aviez envisagé de faire appel à un don de sperme « au cas où » et puisque vous n’en avez pas eu besoin, vous pourriez vous poser la question de savoir si ce n’est pas à votre tour le moment de faire un don de sperme.
    J’espère que je ne vous ai pas choqué.

  3. Didier Goux dit :

    « Don du sperme dans le sac de Marianne » : pour le coup (!), je trouve votre titre vraiment limite…

    Sinon, je pensais naïvement que nous étions tous plus ou moins issus d’un don de sperme.

    (Rangez le nerf de boeuf, je sors !)

  4. Marianne ARNAUD dit :

    @ Didier Goux
    Je suis très heureuse que vous me donniez l’occasion de m’expliquer sur ce titre, qui n’est pas de moi mais mon rédac chef.
    J’ai eu beau pleurer et supplier pour qu’il garde mon titre original : « Ce soir-là, chez Paul Amar », lui expliquer que c’était aussi beau que « L’année dernière à Marienbad ». Rien à faire. Il m’a imposé ce don de sperme qui, je le confesse, m’agresse au plus profond de moi !

  5. boutfil dit :

    Cet Arthur doit être un petit prétentieux borné et je suis sûr que le père putatif ne le reconnaitrait pas comme le sien…
    ceci dit, j’ai un petit fils né d’une manipulation en tube..comme la mayonnaise, ça n’a pas perturbé ni les parents, ni les grands parents et j’espère bien qu’il aura l’intelligence ne pas aller faire la révolution pour savoir les tenants des aboutissants…..
    toutes ces choses là sont AUSSI une question d’éducation au même titre que l’adoption et autres moyens d’arriver dans une tribu, qui au départ, n’était pas programmée pour recevoir l’engeance naissante……
    Arthur devrait plûtot dire merci à ces gens qui ont tant fait pour l’accueillir……

  6. Marianne ARNAUD dit :

    Oui Boutfil, vous avez raison, et d’ailleurs tout au long de cette émission, le médecin a dit plusieurs fois à cet Arthur qu’il était bien heureux d’avoir les parents qu’il avait eus.
    Je pense qu’il est dommage qu’il mette tant d’énergie à découvrir quelque chose qui sera loin d’être la pierre philosophale.

  7. corto74 dit :

    @marianne: ne vous plaignez pas , a propos du titre, même si je comprends votre désarroi, j’avais prévu soit  » une trace de sperme  » soit « une goutte de sperme  » par égard pour vous et vos fans , je me suis contenté de ce « don » ! Saurez-vous m’en remercier ? :)

    Cela étant, je ne comprends pas bien la position du Arthur. Pkoi aller chercher a savoir qui a donné trois gouttes pour faire le bonheur de ses vrais parents et la joie dont il devrait se contenter: vivre ! qui plus est apparemment avec des parents aimants. Enfin, est-ce un vrai débat de fond cet appel à la levée d’anonymat ou bien un débat fabriqué par les médias: sperme = sexe = intimité = audience ?
    Enfin, j’avoue que j’ai du mal a comprendre les motivations de ceux qui vont donner leur sperme même si la démarche semble etre la meme qu’aller donner son sang ! n’empêche…

  8. Christophe dit :

    @ A tous et à Corto : Je viens de relire mon commentaire. J’ai honte. Désolé pour toutes les fautes d’orthographes et de syntaxe.
    @ Marianne : Vous ne me choquez pas le moins du monde. Il m’en faut beaucoup pour me choquer. Et pour répondre à votre question, si je pouvais je ferai un don mais justement la médecine m’a permis d’avoir une tête blonde avec le peu me permettant de féconder une petite graine.

  9. Didier dit :

    C’était prévisible. Il est assez difficile de savoir sur quel plan il va falloir placer le débat dans ce genre d’histoire. Comme c’est parti on va voir fleurir des procès pour abandon de sperme, ce qui ne manquera pas d’exciter les ligues anti-avortement et compagnie. C’est de l’humour hein! :D

  10. eusebeetcie dit :

    Une occasion de plus pour se masturber Corto… et que le tout ne soit pas gaspillé…

    Oups désolé… J’aurais peut-être pas du … xd

  11. Marianne ARNAUD dit :

    Je ne reviendrai pas, mon cher Corto, sur ce titre désolant !
    Pourquoi certains enfants – dont moi – cassent leurs jouets pour voir ce qu’il y a à l’intérieur ? Par curiosité. Je crois que la démarche est de cet ordre là ! Un instinct irrépressible pousse ces personnes à vouloir voir la tête de leur géniteur.
    Et quant à comprendre ce qui pousse les hommes à donner leur sperme, je crois que c’est de l’altruisme, effectivement.
    @ Christophe
    Mais je me suis laissée dire qu’il en fallait si peu !
    @ Didier
    « Procès pour abandon de sperme ». Ah oui ! je vois bien que ça pourrait arriver !
    @ eusebe
    Finalement, si je vous comprends bien, vous n’êtes qu’un petit branleur ?
    Dans ce cas ne regrettez rien, vous seriez capable de toujours rater la soucoupe pour pouvoir recommencer !
    C’est quoi ce xd ?

  12. Marianne ARNAUD dit :

    Au fait, mon cher Corto, c’est quoi cette vision du biniou que je suis censée livrer au monde ?

  13. Didier dit :

    @ Marianne en réponse à Eusèbe, XD est un smiley (rire façon South Park, l’animation télévisée américaine).

  14. corto74 dit :

    @eusèbe: ayant toujours considéré la masturbation comme un pis-aller … faut vraiment etre à bout ! :)

    @christophe: pas grave pour les fôtes, tu es pardonné sasn problèmes, le tou c’est que l’on ai compris !

    @marianne: oui, casser ses jouets pour voir ce qu’il y a dedans, j’aime bien cette comparaison en ce cas !
    Altruisme ? oui , c’est beau !

    la vision du biniou , c’est une expressiona moi pour dire votre façon de voir les choses, ce qui se passe, sans concessions !

  15. Marianne ARNAUD dit :

    @ Didier
    Et en plus ce petit branleur connaît un tas de chinoiseries informatiques !
    South Park ? Inconnu au bataillon ! Mais incessamment je vais commencer une formation de Brigade mondaine. Après on verra !

  16. Marianne ARNAUD dit :

    Ah bon ! mon cher Corto, tout à coup ce « biniou » m’a fait peur !
    Il n’y avait donc pas de raison, tant mieux !

  17. Suzanne dit :

    « ce don de sperme qui, je le confesse, m?agresse au plus profond de moi ! »

    « voir les choses, ce qui se passe, sans concessions ! »

    ….

    (non, rien).

    Allons… qui, né de géniteur(s) inconnu n’a pas la curiosité d’essayer de savoir qui, de voir qui , partage son héritage génétique ?

    On considère comme allant de soi qu’un p’tit spermatozoïde, comme ça, ce n’est rien, et que le véritable père, la véritable mère sont ceux qui veulent, qui désirent, qui élèvent l’enfant. Billevesées que le reste ? Et s’il y en a que chagrine la pensée d’avoir été désiré au point d’avoir commencé son existence par une branlette sur des images pornos dans la salle d’attente d’un laboratoire, giclé par un inconnu dont il ne saura jamais rien ? Quelle que soit la façon dont on le tourne et retourne, c’est un peu ça aussi.

  18. Marianne ARNAUD dit :

    @ Suzanne
    Merci d’être passée par ici.
    Pour tout vous dire, je n’ai aucune expérience de ce dont je parle, je relate simplement une émission de télévision.
    Cependant j’ai une amie qui a deux enfants adoptés, qui sont donc et de père et de mère inconnus. L’un a essayé de savoir qui était sa mère biologique, sans d’ailleurs y parvenir, et l’autre pas du tout.
    On peut voir les choses différemment suivant le point de vue ou on se place. Je plains le politique qui devra trancher sur la levée de l’anonymat ou pas.

  19. strauss.yvette dit :

    @ Suzanne,

    Je partage votre analyse, uen personne conçue de cette façon ne peut éviter de se poser des questions sur la personne de son père bioligique. Et d’évoquer les images que vous avez mentionnées Il y a quelquechose d’impossible dans l’ identification à ce père là. Cependant
    le désir d’enfant est si fort chez les parents dont un des deux ne peut pas procréer que
    c’est une solution qui a de beaux jours devant elle, avec tous les abus à envisager, le commerce en faisant partie. Il reste que l’anonymat reste une solution incontournable,
    je vois assez mal les donneurs aller remplir une fiche d’identité après avoir fait
    leur bonne action. Pardon, avant.

  20. Suzanne dit :

    « le désir d?enfant est si fort chez les parents dont un des deux ne peut pas procréer »
    Oui.Mais on ne se place pas du point de vue de l’enfant. On suppose que si on lui dit que s’il a été puissamment désiré, attendu, choyé, submergé d’amour, tout passera, tout balaiera les petits détails techniques. ça passe pour les bébés éprouvettes conçus par les parents, mais moins quand il y a substitution de gamètes, donneur anonyme. L’enfant, quand il comprend, ne peut même pas dire son malaise sous peine de culpabiliser le père qui l’a élevé, et de risquer la perte de son amour. On touche à des choses profondes. Je ne sais pas où on en est pour l’IA pour les célibataires.

  21. romain blachier dit :

    Avoir un enfant qu’on ne connait pas à cause d’un don de sperme, ça m’angoisse. Je sais que certains en on besoin mais ça me ferait bizarre de penser à ça.

  22. Didier Goux dit :

    @ Marianne : à propos de sperme gaspillé, vos deux livres partent aujourd’hui…

  23. strauss.yvette dit :

    à Marianne,

    Quest-ce qu’il raconte? Il est dégoûtant ce Didier Goux !

  24. Marianne ARNAUD dit :

    @ Romain Blachier
    Il y en même que ça angoisse d’avoir un enfant, tout court !
    Serait-ce une raison suffisante pour ne pas en avoir ?
    @Yvette
    Didier Goux est un coquin ! Il écrit des bouquins de la série Brigade Mondaine et il va m’en envoyer deux prochainement. Vous avez raté un épisode : il faut suivre.

  25. strauss.yvette dit :

    Didier Goux, Je vos ai démasqué, le don de sperme doit être ANONYME, alors vos simulacres
    d’envoi de livres à Marianne, ça ne prends pas !

  26. Marianne ARNAUD dit :

    @ Yvette
    Vous me faites peur ! Vous croyez vraiment que je vais recevoir deux livres de sperme ?
    Au secours, parce que deux livres ça fait quand même un kilo !

  27. strauss.yvette dit :

    @ Suzanne,

    Je comprends bien vos arguments mais je doute q’il soient convaincants pour les couples
    concernés. Il me semble que l’IA n’est pas possible en France pour une célibataire mais en
    Espagne ou en Belgique, certaines cliniques spécialisées semblent faire de bonnes affaires.
    D’ou la nouvelle question qui se pose : comment va t-on expliquer à l’enfant qu’il y eu
    transaction avec de l’argent ? Il y a dans ce désir quelquechose de l’ordre de réaliser
    un fantasme : celui de l’amour total et parfait qu’on va donner à cet enfant et qui
    compensera la démarche de départ. Mais ça ne se passe pas toujours ainsi, et l’adoption
    aussi peut-être difficile à vivre pour l’adopté, bien qu’une reconstruction du passé de
    ses géniteurs puisse se faire. Dans le cas présent, il y a un trou dans l’ascendance qui
    pose des questions bien réelles.

  28. corto74 dit :

    @marianne,yvette: ça fait du bien de rire ! biz

  29. strauss.yvette dit :

    @ Marianne et Corto,

    Pour terminer sur une note facétieuse, proposons à Marianne d’ouvrir une banque …

  30. LiKa dit :

    @ Suzanne : Ce que vous avez dit m’a paru remarquable. Le jeune Arthur aurait eu de la chance d’avoir en face de lui une interlocutrice comme vous, à la fois raisonnable et capable d’empathie.

  31. Tambour Major dit :

    C’est marrant, je discutais justement cet après midi avec une amie Maître de Conf’, non pas de don de sperme, mais du caractère passionné que peuvent avoir certains débats lorsque l’un des interlocuteurs agit sur la corde d’un viscéral « c’est pas juste ».
    En l’occurrence il m’était conté le cas d’une étudiante qui ayant rédigé un mémoire de fin d’étude sur un sujet hautement passionnant qui la concernait plus ou moins directement, a sensiblement fait évoluer son point de vue après avoir (osons le terme) réfléchi à la question pendant de longs mois et sous des angles auxquels elle n’avait pas pensé de prime abord.

    L’argument du « c’est pas juste » est le pire d’entre tous. Car il est facile à comprendre et touche à l’émotion, au pathos (apitoiement, larmoiements… je vous passe la litanie). Il fait pourtant l’impasse sur une question fondamentale : la situation est-elle faite pour être juste erga omnes ? Cela demande bien entendu une dose d’esprit critique et de rationalité. Gageure pour certains !

    Le débat entre ce jeune homme et ce médecin – ici relaté – en est une nouvelle (et triste) illustration… Car, pour rebondir sur ce qui a déjà été déjà dit par Christophe : et les donneurs là dedans ? Sont-ils prêts à voir leur vie envahie par toute leur ‘descendance’ ? Et les enfants du donneur, verront-ils d’un bon oeil ces étrangers qui se prétendent leur frère et soeur ? Sont-ils prêts à voir leur sphère intime piétinée par des inconnus ? Autre question : si l’enfant est atteint d’une maladie génétique indépistable avant mais que l’on sait transmise par le donneur, va-t-il se retourner contre ce dernier pour obtenir indemnisation de son préjudice ?

    En voilà de vraies questions me semble-t-il auxquelles le « c’est pas juste » ne donne aucune réponse. Qui a dit « c’est pas juste » ? :-)

  32. Marianne ARNAUD dit :

    Tout ce que vous dites, Tambour Major, est frappé au sceau du bon sens.
    Et les questions que vous vous posez quant au donneur sont tellement évidentes qu’on se demande si, les donneurs potentiels, se les posant, ils persisteraient dans leur démarche. L’altruisme pourrait ici, trouver ses limites.
    J’ajouterai une autre question, celle-ci concernant les parents.
    Les parents sont-ils tenus à la transparence totale de leur vie intime vis-à-vis de leurs enfants ?
    N’est-ce pas une certaine sagesse qui fait que d’après ce qui a été dit lors de cette émission, un grand nombre de parents ne révélaient pas les circonstances de leur conception à leurs enfants.
    Est-il souhaitable, en règle générale, que les parents racontent à leurs enfants les circonstances de leur conception ?
    J’avoue que cette histoire de petite graine du papa qui ne fonctionnait pas et remplacée par la petite graine d’un autre monsieur, qui a été susurrée à l’oreille d’Arthur depuis ses un mois, m’a paru assez troublante.
    Et voilà que maintenant se pose la question de la transparence et du secret.
    Finalement cette histoire nous entraîne bien plus loin que je ne l’imaginais en écrivant ce billet.

  33. corto74 dit :

    @marianne: N’est ce pas : on est bien souvent surpris en ecrivant un billet de voir ou celà nous amène, c’est selon moi, une bonne raison de continuer à bloguer ! bisous

  34. strauss.yvette dit :

    @ Marianne,

    Dans le cas de ce jeune homme, qui soit dit en passant me paraît plutôt bien dans sa peau,
    il n’y a pas de secret puisque ses parents lui ont toujours dit la vérité sur sa conception. Sa démarche semble plutôt de l’ordre d’une revendication pour connaitre
    le donneur à l’origine de sa conception. Il faut donc bien entendre son discours : il
    dit « c’est pas juste » et ceci est de l’ordre d’une souffrance à décrypter par un quelqu’un qui s’y entend. Peut-être a-t-il un deuil à faire sur le fantasme de « parents parfaits »
    qui l’auraient engendré comme le font la plupart des couples. Il dit ceci m’appartient,
    ( mon origine), et on me le vole. Il a raison mais il ne tient absolument pas compte
    des exigences du donneur qui a agi sous condition d’anonymat et qui n’a pas prévu de
    rencontrer un enfant adulte pouvant le déstabiliser.

  35. Marianne ARNAUD dit :

    @ Yvette
    Vous avez tout à fait raison : ce jeune homme avait l’air particulièrement bien dans sa peau, et si on peut comprendre sa quête il aurait suffi qu’il fasse un petit travail sur lui-même, pour admettre que son donneur, grâce à qui, il était là avait aussi des droits, qu’il se devait de respecter.
    Au lieu de cela, profitant de son très haut niveau d’intégration dans la société, il a monté cette association, entraînant à sa suite des gens qui peuvent être beaucoup plus fragiles que lui et à qui il ne va pas faire du bien en les ancrant dans ce qu’il estime être leur bon droit.
    Je pense, par exemple, à cette jeune fille dont parlait le médecin, sur le plateau de Paul Amar, dont la mère à l’occasion de sa rupture avec son mari, dit à sa fille : « Tiens ! Il faut que je te dise, ton père n’est pas ton père ! »

  36. strauss.yvette dit :

    @ Marianne,

    Le jeune homme finira par avoir satisfaction puisqu’il est prévu que le texte de loi soit réexaminé en novembre et qu’un accès au dossier du donneur sera accessible sous dans
    certains cas.Souhaitons que ces informations lui donne satisfaction, j’en doute car je crois que les pères satisfaisants ça n’existe pas.

  37. strauss.yvette dit :

    @ Tambour Major,

    « C’est pas juste » c’est un cri d’enfant, le même qui dit souvent « c’est pas de ma faute »,
    on est dans le registre de l’émotion difficilement accessible à la logique et au
    raisonnement. Les média jouent beaucoup dans ce registre ce qui explique su^rement
    la surenchère procédurière de notre époque qui nous vient des US. C’est très à la
    mode de crier à l’injustice pur un oui ou un non…

  38. Marianne ARNAUD dit :

    @ Yvette
    Vous avez raison : si c’était la fin des problèmes que de savoir à qui exactement appartenait « la petite graine », ça se saurait.
    Il y en a déjà qui pensent que cette nouvelle loi inciterait d’avantage les gens à faire des recherches biologiques pour prouver la paternité ou la filiation, puisqu’il est à peu près reconnu que 10% des enfants ne sont pas les enfants biologiques de leur père légal.
    Il va encore y avoir un peu plus de rumba dans les familles !

Laisser un commentaire

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin