Angela et Nicolas sont dans un bateau

Posté par corto74 le 26 octobre 2010

Angela et Nicolas sont dans un bateau dans zOne Le sAc de Marianne wikio4 Voter !

 dans zOne Le sAc de MarianneToute l’Europe de la bien pensance abasourdie, ne bruisse que de cette nouvelle : le modèle d’une Allemagne multiculturelle où cohabiteraient harmonieusement diverses cultures a « totalement échoué ». Et qui a osé proférer ces paroles iconoclastes : madame Angela Merkel en personne !

Et voilà que le premier ministre de l’état de Bavière, Horst Seehofer, appartenant à la même coalition gouvernementale que madame Merkel, déclare à son tour : «  Nous en tant qu’Union, nous nous engageons pour la culture de référence  allemande et contre le multiculturel. Multikulti ist tot  ! » (Le multiculturel est mort).

Interrogé par le magazine Focus News, il dit : «Il est clair que les immigrants en provenance de milieux culturels différents, comme la Turquie ou les pays arabes, ont des difficultés. Ce qui m’amène à la conclusion que nous n’avons pas besoin de plus de migrants en provenance de ces milieux culturels. » 

Evidemment Horst Seehofer a été accusé de populisme et le parti Vert lui a demandé des excuses qu’il devra probablement attendre longtemps.

En France les choses sont  différentes. Ne sommes-nous pas le pays des Droits de l’Homme ?

Cinquante ans après la décolonisation nous sommes toujours incapables de traiter sereinement de notre passé, de ses ombres et de ses lumières. Nous ne savons reconnaître que des « coupables » et des « victimes ». Le peuple français est coupable de racisme, les immigrés sont ses victimes. C’est la doxa qu’on nous inflige. Elle est injuste envers le peuple français qui est un des plus accueillant du monde. Elle est dramatique pour les immigrés qui, à cause d’elle, ne se sentent responsables ni de leurs actes, ni de leur devenir. Nous avons tourné le dos à notre modèle d’intégration républicain ce qui ne nous empêche pas chaque année de recevoir pas moins de 200 000 nouveaux entrants, réguliers ou non, qui reconstituent sur notre sol, leur société d’origine, parce que personne ne leur demande de respecter les lois de la République que d’ailleurs ils ignorent.

Mais vous avez d’autres problèmes tout aussi graves, chère Angela et cher Nicolas.

Malgré le désir que vous avez de gouverner selon des critères démocratiques, le bateau prend l’eau de toute part. Vos peuples déboussolés ne vous suivent plus. Ils ne vous font plus confiance et tout devient prétexte pour défier votre pouvoir. Pourquoi tant d’ingratitude ? C’est que leur monde s’est dérobé sous leurs pieds avec la crise. Ils ont conscience que tout ce que notre civilisation occidentale a réussi à construire au cours des siècles risque d’être balayé par ce monde de la finance et de la spéculation qui est devenu la première puissance mondiale, devant laquelle vous mettez le genou à terre.

Si vous ne parveniez pas, aidés par les Américains, à tordre le cou à ce système de l’argent-roi et à le déclarer hors-la-loi, assailli par les tempêtes financières, sociales et finalement politiques, le bateau coulera,  pour le meilleur diront certains, pour le pire, penseront les autres.

Et vous n’y pourrez mais.

Marianne A., Dans le sac de Marianne (13)

D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

Marianne, fidèle de ce blog nous livre sa version des faits, sa vision du biniou et du monde. Chaque mardi, elle vide son sac !

41 Réponses à “Angela et Nicolas sont dans un bateau”

  1. Didier Goux dit :

    Excellent texte ! Rien à ajouter. Sauf peut-être ceci, qu’avant le naufrage définitif, on sera certainement passé par des épisodes de violence et de mort peu réjouissants.

  2. Marianne ARNAUD dit :

    J’espère que ce n’est pas votre nouveau statut d’homme embourgeoisé par le mariage qui vous rend aussi indulgent à mon égard ?
    Il est vrai que quand j’ai découvert tous les liens de Corto, je me suis fait peur à moi-même.
    Heureusement que Georges ne fréquente pas ce blog, sinon qu’est-ce que j’entendrais ?

  3. corto74 dit :

    @marianne: et encore vous n’avez pas tout vu, y en avait,Didier Goux a fait le ménage depuis, des mal intentionnés, qui voudraient bien nous passer à la moulinette…nous, « les monstres de droite ».

    Ceci dit, votre billet me va a ravir meme si je ne partage pas , encore, votre pessimisme par rapport à la titanique europe.
    Je dis bien « encore » car sauf un certain sursaut, nous pouvons parier, mais nous ne serons plus la , je pense, que cette vieille europe risque bien un jour de changer pour des choses qu’il est diffcile d’exposer ici sans se faire taxer de tous les vilains maux que la bien pensance et le politiquement correct nous interdisent d’évoquer :)

  4. boutfil dit :

    j’aime bien le réalisme allemand, ils s’enbarrassent pas de chichis…. leur économie remonte, leur chômage diminue et ils disent que certains leur bouffent la laine sur le dos…allez dire ça en france!!!!!

  5. boutfil dit :

    un autre qui s’est pas embarrassé de principes en faisant son ménage…c’est Didier Goux…j’ai éclaté de rire!

  6. corto74 dit :

    @boutfil: quand on dit ca en France, on est cloué au pilori, la mère Reding a Bruxelles nous compare à 1940 et qd les allemands font la meme chose ou presque, c’est no comment ! va comprendre…

    Moi aussi ça m a fait marrer , son billet est excellent !

  7. Marianne ARNAUD dit :

    @ Boutfil
    Mais de quel ménage parlez-vous ? Toutes les Carine, tous les Nicolas et toutes les Suzanne sont bien là !
    J’avoue que je n’y ai rien compris.
    Pourtant je me donne beaucoup de mal, je m’applique, j’aime la plupart des billets, mais je n’ai jamais compris grand chose aux commentaires. Surtout ne le dites pas à Georges il ferait de moi d’une crétine la peinture achevée.

  8. Martine dit :

    Effectivement, « on » ne peux etre qu’éblouit devant la puissance de telles analyses, le volet économique itou. :o ))

  9. Marianne ARNAUD dit :

    Aïe, aÏe aïe ! Seriez vous en train de galéger Martine ?
    Peut-être que votre :o )) devrait me mettre sur la voie, mais je ne connais rien à ces signes cabalistiques de l’internet !
    Merci d’être passée par là et peut être à plus tard.

  10. Stef dit :

    Au-delà de ce constat réaliste et pessimiste que dire et que faire puisque nos bulletins de vote sont démonétisés ? Droite ou gauche, même échec n’en déplaise à certains ici.

  11. Suzanne dit :

    Il y a des changements dans les discours de gauche en France qui deviennent plus critiques vis à vis des joyeusetés de l’islamisme.

  12. Marianne ARNAUD dit :

    @ Stef et Suzanne
    Mille regrets mais je ne fais plus confiance aux politiques qui ont pris l’habitude d’instrumentaliser les problèmes à des fins électorales.
    Il faut que les citoyens écoutent ce qu’ont à dire des personnes comme Malika Sorel, qui connaissent la situation de l’intérieur, et dont vous trouverez une interview ici :
    http://www.ripostelaique.com/Malika-Sorel-Longtemps-anesthesies.html

  13. Martine dit :

    Yep, le nez de clown vous concerne.
    Bon courage…

  14. Marianne ARNAUD dit :

    @ Martine
    Je ne sais comment je dois le prendre ? Peut-être bien que je vais le laisser.
    Merci quand même !

  15. corto74 dit :

    @suzanne: Il était temps, Ou peut-on trouver ce miracle ?

  16. Martine dit :

    @Marianne,
    Vot’ « mirette me semble très floue ». Mdr

  17. Marianne ARNAUD dit :

    @ Martine
    C’est la grosse rigolade, en somme ?
    Tant mieux, pourtant avec mes lunettes j’y vois super bien !
    C’est à ne rien y comprendre, mais peut-être que vous allez m’affranchir, ou bien ?

  18. LiKa dit :

    Un billet bien intéressant, Marianne.
    Et merci pour ces deux bateaux de Nicolas de Staël, un des tableaux de lui que je préfère. Dans notre monde étranglé par la spéculation, dans nos cerveaux toujours induits à plus de violence, de haine, de rancoeur, l’Art est l’un des havres où la liberté peut se réapprendre.

  19. Marianne ARNAUD dit :

    @ Lika
    Heureuse que vous ayez apprécié ce billet.
    En revanche , pour le Nicolas de Staël, c’est Corto qu’il faut remercier. Tout le travail des liens et des photos c’est lui qui le fait !
    A ma grande honte je n’avais pas encore remarqué la petite photo : Martine a sans doute raison, ma « mirette » doit être « très floue ».
    L’art !? La liberté !? Et on se jette par la fenêtre ?
    Même un grand artiste ne peut quelquefois échapper à ses démons intérieurs, alors nous !?

  20. Stef dit :

    Chère Marianne, j’ai bien lu l’interview de M. Sorel et l’ai trouvée intéressante, quoique radicale parfois, lorsqu’elle dénonce la Halde, qui a eu et a son utilité. Pour ce qui est du bien-vivre ensemble, il faut évidemment mélanger et non « ghettoïser ». Cela passe par le logement et l’école. Je suis toujours ému quand je vois dans les rues de Paris une ribambelle de gamins issus d’une école se tenir par la main derrière leur maîtresse. Il y a des blancs, des noirs, des jaunes et ces morpions s’en foutent bien de leur couleur de peau. Le sport et la culture sont des domaines où cette mosaïque existe avec une certaine harmonie. Mais en France, on parque, on colle des étiquettes. Ce bien-vivre ensemble n’est envisageable à long terme qu’à partir du moment où l’assemblée nationale sera un reflet relativement fidèle de la France d’aujourd’hui. Sarkozy a montré une certaine voie, mieux que la gauche. Il faut aller plus loin. S’il estime demain que R. Yade a le niveau pour être premier ministre, qu’il y aille! Il faut faire sauter le cadenas.

  21. Marianne ARNAUD dit :

    @ Stef
    Je vous remercie pour ce commentaire dont je partage les grandes lignes.
    Cependant à propos de l’école, que dire si la culture de l’école de la République, ramenée à la maison, est aussitôt rejetée car elle ne correspond pas à la culture d’origine ?
    Que dire si le fait de bien travailler à l’école est assimilé par les camarades de classe à une traîtrise ?
    D’autre part je pense que plus notre société sera déstructurée et plus les groupes mieux structurés auront la main mise sur ces populations, et plus elles seront tentés de défier toutes les lois de la République, alors que ces mêmes populations avec des conditions sociales nettement inférieures sont loin de se conduire ainsi dans leurs pays d’origine.

  22. corto74 dit :

    @marianne: Des artistes, finalement, je me contrefous un brin car lorsqu’ils ont rendu l’âme, il ne reste que leurs oeuvres. Et lorsqu’on les regarde, je suis d’accord avec Lika, adieu les soucis, il n’y a que du plaisir et la liberté de divaguer

    @stef: cela passe par le logement, l’école et… des parents présents.Faire sauter le cadenas, moi , je suis pour mais de la à mettre Rama Yade, 1er ministre :)

  23. Stef dit :

    C’est toujours le problème de minorités au sein de minorités qui font la loi. Un peu de cynisme hélas avec l’histoire suivante. Récemment, je demandais à un policier pourquoi il ne mettait pas un terme à des trafics de drogues au sein d’une cité alors qu’il connaissait les dealers. Réponse: on a la paix parce que les dealers, après avoir vendu leur came, se droguent à leur tour et sont donc inopérants pour « casser » ou mettre le désordre. Si on les arrête, on va mettre le feu, en fragilisant leurs clients et en rendant violents les copains des personnes arrêtées ainsi que ceux que l’on mettra en prison et qui en sortiront très vite. Et c’est bien connu, même au plus haut niveau, a-t-il précisé.

  24. corto74 dit :

    @stef: et bien , un flic qui dit cela est bon pour prendre 2 baffes et si c’est le cas, ses superieurs aussi

  25. Marianne ARNAUD dit :

    @ Stef
    Votre histoire ne fait que confirmer l’idée de Malika Sorel selon laquelle c’est notre société qui est un peu plus déstabilisée chaque jour. C’est notre cohésion sociale qui est maintenant en jeu, et, dit-elle : « Tout accepter met la France par-terre. »

  26. Marianne ARNAUD dit :

    Vous savez bien, mon cher Corto, qu’il y a des gens pour théoriser le fait que s’il n’y avait pas tous ces trafics illicites dans les banlieues leur misère sociale serait encore plus grande.

  27. boutfil dit :

    Marianne, pour répondre avec retard à votre question ( désolée, mais hier au soir, nous étions d’osso-bucco, par ailleurs excellent, chez ma fille…) Didier Goux a viré ce qu’il appelle  » le coin des aliènés » c’est à dire les gauchistes purs et durs qui passaient leur temps à l’insulter, je trouvais d’ailleurs qu’il était particulièrement gentil d’héberger cette bande de mal-éduqués, mais bon, chacun à ses pauvres d’esprit, c’est bien connu…il n’a gardé que Nicolas, qui pour gauchiste qu’il soit, est fort simpa et je pense que très secrètement, mais c’est mon avis seul ..il espère le convaincre à rejoindre son camp ( et le nôtre par ailleurs) à force de réflexion….. voilà!

  28. LiKa dit :

    @ Corto : Merci pour le bateau de Nicolas; c’est le tableau où il n’y en qu’un : le plus beau. Dans l’autre, les bateaux ne se touchent pas. Peut-être sont-ils sur Google ? je vais aller voir. Tu aimes aussi ce peintre ?

    @ Marianne ARNAUD : Il se passe pour l’Art ce qui se passe avec Dieu. Même les croyants n’échappent pas toujours au désespoir – à la grande tristesse de ceux qui les aiment. Trop d’angoisse cour-circuite le contact, et peut arriver à ne plus vous faire ressentir, parfois, que vous aimez et êtes aimé.

  29. Marianne ARNAUD dit :

    @ Lika
    Je ne pense pas que l’art puisse être un remède à nos maux. L’art, il me semble, nous aide à prendre conscience de ce que nous sommes et de tout ce qui nous entoure. En cela se passe, comme le souligne Corto, en dehors de l’artiste et à son corps défendant.
    Van Gogh ne savait pas qu’après avoir vu son champ de blé, je ne regarderais plus jamais les champs de blé de la même manière qu’avant d’avoir vu son tableau.

  30. corto74 dit :

    @lika: j’aime beaucoup ce peintre en effet, c’est à la fois simple mais riche et vivant.
    @marianne: certes mais l’art peut servir tout simplement, aussi, à rêver, sans aller chercher plus loin. Bon , c’est vrai qu’avec ces pbs de désintégration républicaine et de spéculations , nous sommes bien loin du Beau !

  31. Basho dit :

    Mais savez-vous qu’un allemand n’entend pas « multicultarisme » de la même façon qu’un français ou qu’un anglais? L’Allemagne est marqué par ce qu’on appelle le droit du sang : pour être allemand, il faut être fils d’allemand. La législation allemaande a changé la procédure de naturalisation (pour faciliter l’intégration de la population turque) il y a cinq ou dix ans, soit trop tôt pour en tirer des fruits. J’ai rencontré des « turcs » parfaitement germanophones, connaissant la culture allemande sur le bout des doigts et toujours turcs… Ne pas se sentir accueilli n’est pas facile pour débuter dans la vie. Mais la majorité le font.

    Et pour parler d’autre chose, la « mère Redding » a eu parfaitement raison sur le fond mon cher Corto. Il y a quelques années, j’assistais à une soutenance de thèse en histoire du droit d’un pote. Savez-vous que la IIIème République avait mis en place un droit racial où on dissertait sur la pureté racial des gens qui n’étaient pas des autochones. Cela avait commencé avec le décret Crémieux; on avait dû estimer le degré de judaïsme et d’ »algérianité » de ceux qui prétendaient à la naturalisation. Et peu à peu le paradigme racial qui venait de la médecine et du droit public a envahi toutes les sphères de l’Etat. Lorsque Vichy a mis sur place sa législation antisémite, la plupart des juristes de l’époque voyait une continuité… Une visite aux archives du Conseil d’Etat est très instructive.

    Lorsqu’on se met à raisonner en terme de race, ou de groupe, on revient à cette logique pré-1940, mon cher Corto.

  32. Basho dit :

    «Il est clair que les immigrants en provenance de milieux culturels différents, comme la Turquie ou les pays arabes, ont des difficultés. Ce qui m’amène à la conclusion que nous n’avons pas besoin de plus de migrants en provenance de ces milieux culturels. »

    Savez-vous qu’on disait la même chose des… italiens à la fin du XIXèeme siècle. Et puis, il serait bon de relire la lettre de Claudel adressée à Péguy après « Notre Jeunesse » où il disait que le juif était migrant par nature et donc profondément incompatbile avec notre belle culture.

  33. Marianne ARNAUD dit :

    @ Basho
    Malika Sorel, toujours elle, met carrément le droit du sol en accusation.
    Elle considère que devenir Français est un choix personnel difficile qui implique d’être prêt à assumer d’inscrire sa descendance dans un nouvel arbre généalogique différent de celui de ses ascendants biologiques et culturels. Ceci explique que très peu de gens acceptent vraiment d’être Français : je suis pas Français, disent-ils, j’ai juste les papiers.
    L’insertion dans la société française, c’est-à-dire l’acceptation des règles républicaines, est l’étape indispensable avant l’intégration. C’est ce processus qui n’est pas respecté par le droit du sol.

  34. corto74 dit :

    @basho: j’étais plus ou moins au fait de tt ce que tu écris mais ça fait du bien de rafraichir la mémoire.

    Quand tu écrit: « Lorsqu?on se met à raisonner en terme de race, ou de groupe, on revient à cette logique pré-1940″ je suis bien d’accord avec toi. Je trouve cette notion de race bien archaique
    voire obsolète de nos jours. Par contre, nul ne peut contredire que la mixité culturelle n’a rien d’aisée et de naturelle.

  35. Bashô dit :

    @ Marianne : Mais le droit du sol a toujours présupposé l’acception des règles républicaines. Lorsqu’on est accueilli au sein d’une communauté, on accepte tactitement le vivre-ensemble et donc l’acception de certaines règles communes. Et ce n’est jamais facile que ce soit des deux côtés. D’abord, il faut accepter d’être transplanté au sein d’une culture qui n’est pas l’alma mater. Et ensuite, il faut que la communauté accepte d’accueillir l’autre, qu’elle sache faire la part entre ce qui est absolument essentiel au vivre-ensemble et d’autre part quelles seraient les accomodements raisonnables (une question très difficile soit dit en passant).

    Cela étant dit, il faut rappeler que les beurs chez nous, les turcs chez les allemands sont nés sur notre sol, parlent nos langues, et connaissent rarement la langue de leurs parents (voire de leurs grands parents s’ils sont des immigrés de 3èeme génération). Certains, ne se sentant pas français, construisent une culture totalement artificielle. Prenons par exemple la burqa qui ne vient pas du maghreb mais de la pénisule arabique via le mouvement salafiste qui souhaite revenir à l’Islam des premiers siècles, un Islam originel et pur, non corrompu par l’Histoire toujours au fond décevante pour tout le monde. Ces gens construisent une culture artificielle exactement comme ces nobles anglais du XIXème siècles qui construisaient des demeures et des jardins gothiques où ils pouvaient déambuler, loin de la société moderne, rêvant à un Moyen-Âge de conte de fée.

    La vraie question est donc : pourquoi veulent-ils s’isoler, se protéger à l’intérieur d’une culture totalement reconstruite, qui n’a plus rien à voir avec celle de ses aïeux?

  36. Marianne ARNAUD dit :

    @ BashA
    Ce que vous dites sur le droit du sol est vrai. Sauf que cela ne se passe pas ainsi. Pour beaucoup de ces jeunes de la 3ème génération, il n’y a ni vivre ensemble, ni respect des lois républicaines que d’ailleurs ils ignorent, même les drapeaux qu’il brandissent à une occasion ou à une autre sont d’origine étrangère.
    A propos des « accommodements » comme vous dites, il n’en faudrait aucun. L’expérience prouve que si vous lâchez sur la moindre chose, c’est une avalanche de demandes qui tombent. Je note que les immigrés de la première génération étaient loin d’avoir de ces exigences ce qui n’a pas empêché nombre d’entre eux d’élever leurs enfants en bons musulmans respectueux des lois, qui se sont parfaitement intégrés dans notre société et sont plus Français que moi, qui ne suis pas née en France.
    Alors à la question que vous posez, pourquoi veulent-ils s’isoler ?
    Parce que devant l’afflux massif d’immigrés, la France a été débordée.
    Quand dans une seule école de quartier vous avez quarante nationalités et toutes les classes majoritairement formées d’élèves étrangers, l’insertion est devenue un leurre, et ces populations sont abandonnées à elles-mêmes. Elles sont alors récupérées par le groupe qui leur dicte leurs propres lois.

    Merci en tous cas d’avoir pris la peine de m’écrire ce commentaire. Est-ce que vous et Basho êtes une seule et même personne, ou bien ?

  37. Vlad dit :

    Et dire que je suis passé à côté de ce billet. Superbe.

  38. Basho dit :

    @ Marianne ARNAUD> Je suis bien la même personne mais le captcha refuse le ô qu’il transforme en Ã.

    Et je disconviens respectueusement. Avant la seconde guerre, dans certains quartiers parisiens (en particulier le Marais où tous les ashkénazes venaient trouver refuge en arrivant à Paris. On entendait surtout le yiddish et la plupart des enfants fréquentaient les yeshiva. Mais cela ne les empéchaient pas de s’intégrer très bien, du moins jusqu’aux lois scélérates de Vichy. Autre exemple, aux USA, l’espagnol est devenu de facto la seconde langue du pays, il y a même certaines zones où on n’entend que l’espagnol. A Los Angeles, le gang le plus violent est composé de… coréens. Et à New York au XIXème siècle, les rues étaient ravagés régulièrement par des gangs.. irlandais. Martin Scorsese en a fait un très beau film : http://en.wikipedia.org/wiki/Gangs_of_New_York

    En fait, j’ai lu il y a longtemps un livre d’histoire de l’immigration américaine. L’administration fédérale tient les statistiques quasi-depuis le début. Et on s’est aperçu que tous les groupes éthniques suivent un processus plus ou moins similaire (à l’exception des afro-américains mais ils étaient venus de force). Soit un groupe donné (irlandais, italiens, coréen), la génération immigrante est en générale respectueuse des lois, elle veut surtout être discrète. Les deux générations suivantes sont « crimogènes » et puis ça se calme très vite : en fait dès qu’ils ont des enfants. Beaucoup de personnes du monde judicaire m’ont dit que la plupart des délinquants d’origine maghrébine se calme, s’intègre et ont un travail dès qu’ils ont un enfant.

    Quant à savoir pourquoi — du moins aux EU — les secondes et troisièmes générations sont plutôt « turbulentes », je peux juste dire que l’encre coule encore beaucoup entre les sociologues. :o )

  39. LiKa dit :

    @ Marianne ARNAUD : C’est pourtant a lecture et l’écriture qui m’ont empêchée de désespérer.
    Quand, après avoir passé la serpillère à l’hôpital, je rentrais avec mon bébé dans notre chambre de bonne, Tchekhov me soutenait. Vers la fin de La Mouette, il faisait dire à Nina devenue bonne comédienne : « J’ai compris, Kostia, que dans notre vie, qu’on soit artiste ou écrivain peu importe, l’essentiel, ce n’est ni la gloire ni l’éclat (ce dont je rêvais) l’essentiel est de savoir endurer. Apprends à porter ta croix et garde la foi. J’ai la foi. Et quand je pense à ma vocation, la vie ne me fait plus peur. »
    Si je me sens français, je ne sais pas. Je sais juste que je suis un écrivain de langue française. Sans rien de glorieux.

  40. Marianne ARNAUD dit :

    @ Vlad
    Mais non, vous n’êtes pas passé à côté puisque vous êtes là !

    @ Lika
    Eh bien, disons que Nicolas de Staël n’avait pas lu Tchékhov ou qu’il était passé à côté de La Mouette.

  41. Marianne ARNAUD dit :

    @ Basho
    Pourquoi dites-vous disconvenir alors que, selon moi, vous ne disconvenez en rien ?
    Vous me citez l’exemple d’insertions suivies d’intégrations réussies. Il y en a eu en France aussi. Les Italiens, les Polonais, les Espagnols. Une génération après on n’en parle plus.
    Vous me citez Gangs of New-York. Je connais bien ce film, et il m’a même servi à démontrer qu’effectivement la délinquance était liée à l’immigration.
    Mais en l’occurrence, aujourd’hui, il s’agit de tout autre chose, il s’agit de l’état français qui a jeté le manche après la cognée et qui ne s’occupe plus d’insérer les immigrés et cela commence à l’école. Non seulement on est incapable de leur enseigner le français comme il le faudrait, c’est-à-dire comme on me l’a enseigné à moi-même lorsque débarquée en France à presque 9 ans je ne parlais pas un mot de français, à coups de dictées et questions de grammaire, tous les jours, étude du vocabulaire, apprentissage par coeur etc. Tout ceci a été abandonné au nom de je ne sais quelle idéologie et voilà qu’on en était à se demander s’il ne fallait pas continuer à faire apprendre leur langue d’origine aux enfants des écoles de la République ?
    Et ensuite on s’étonnera qu’ils ne puissent ni s’insérer ni, encore moins, s’intégrer.

Laisser un commentaire

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin