Genèse d’un blog

Posté par corto74 le 26 décembre 2010

Genèse d'un blog dans Zone c'eSt chez noUs! wikio4 Voter !

tumblrkzy5cf3nbv1qa0s4ao1400 dans zOne Dimanche cuLture ! » Puis il capitula. Oh, les justifications ne manquèrent pas ! On faisait maintenant des portables si discrets, si légers. Bon gré mal gré, on ne pouvait échapper à son époque. Monsieur Spitzweg se garda bien dans un premier temps d’évoquer sa seule motivation réelle. Elle portait l’étrange nom de blog. La première fois qu’il entendit ce mot, Arnold haussa les épaules. Cela sonnait comme une espèce de borborygme scandinave, moitié blizzard et moitié grog. Il eut bientôt l’occasion d’écouter des commentaires consacrés à ce nouveau mode d’expression.
- Si on tient un journal intime, ce n’est pas pour le propager sur les ondes d’Internet !
Monsieur Spitzweg aurait dû se méfier de ce commentaire abrupt. Si seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, Arnold est loin de la bêtise. Il devrait commencer à se connaître. Bientôt, mine de rien, il interrogea Clémence Dufour, d’un ton faussement détaché. Comment faisait-on pour tenir un blog ?
- Rien de plus simple ! lui fut-il répondu.
Pour noyer le poisson, il fit mine de se poser des questions sur l’ampleur du phénomène. Qui tenait des blogs ? Comment pouvait-on y accéder ?
Et certes, les premiers temps, il devint seulement lecteur de blogs. C’était vertigineux. Depuis plus de quarante ans, Arnold avait appris à composer avec la solitude. Et voilà que des milliers de solitude se livraient à portée de clavier et d’écran, révélaient sans apprêt leur différence. Car Arnold évita les blogs à caractère politique, érotique, thématique. Non, ce qui l’intéressait, c’était le journal intime, jeté comme une bouteille à la mer sur les ondes d’Internet. Il y avait pas mal de confessions fêlées, de paranoïa et de schizophrénie. Dans la découverte de ces épanchements, parfois bien embarrassants, Monsieur Spitzweg étaya le désir qui naissait en lui d’un blog léger, baladeur, à la surface des choses, sans philosophie ni morale – celui qu’il eût aimé lire, assurément. C’était désespérant de voir comment les gens pensaient se dire en déballant à l’infini des tartines de psychologie, en déplorant le cours défavorable du destin, en se situant dans une histoire.
Arnold ne pénétrait pas ces existences qui ne donnaient rien à voir, à humer, à regarder. Un temps déçu, il se sentit encouragé à rédiger un blog sans requête, sans exhibitionnisme, sans affectivité exacerbée. Sans partage ? La question méritait d’être posée. Le blog de Monsieur Spitzweg commençait ainsi :
« Il pleut. Les enfants ont quitté le square Carpeaux. Accoudé au balcon, j’ai allumé un petit cigare. Difficile d’éprouver le même plaisir depuis que la boîte est balafrée de ce rectangle noir et blanc : fumer tue. » (…)

C’est incroyable. www.anti action.com est pris d’assaut. La prose de Monsieur Spitzweg est lue par des milliers d’internautes. Arnold n’en revient pas. On le visite. Le terme ne tire pas à conséquence, s’avère assez cocasse pour quelqu’un qui ouvre aussi peu sa porte. On s’exprime aussi. Beaucoup de compliments, qu’Arnold a d’abord trouvé outranciers, mais on s’habitue vite. « Enfin quelqu’un qui voit la vie comme il faut la voir… Merci pour votre apologie du présent. Pour ma part… » Oui, il y a beaucoup de « pour ma part ». Ces enthousiasmes suivis d’épanchements sont souvent signés d’un prénom féminin accompagné d’une adresse e-mail, mais Monsieur Spitzweg s’est promis de ne pas répondre. La réelle inflation de ces réactions non sollicitées lui donne raison : comment pourrait-il faire ? Certaines correspondantes comprennent cette attitude « Ne perdez pas votre temps. Continuez seulement à cueillir le meilleur des jours. » Cueillir le meilleur des jours pour des Stéphanie, des Valérie, des Sophie ou des Leila, voilà qui n’est pas sans flatter l’ego d’Arnold, même s’il cueille davantage encore pour des Huguette ou des Denise. Parfois, c’est lui qui se fait cueillir. « Ce n’est pas avec des mentalités comme la vôtre qu’on sortira le pays de l’ornière ! Des spectateurs, on n’en a que trop engraissés. Il faudrait un peu retrousser ses manches ! » Et c’est signé Raoul, Roger, quelquefois Marceline. « 

Quelque chose en lui de Bartleby, Philippe Delerm, Ed. Mercure de France. couv%20QqchBartlebyavecbande

Le texte du dimanche (46)

D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

16 Réponses à “Genèse d’un blog”

  1. Marianne ARNAUD dit :

    Vraiment, mon cher Corto, un texte très intéressant !
    Mais bigre ! Des « milliers de solitudes se livraient » !
    Il ne prend pas, un peu, ses désirs pour des réalités ?

  2. LiKa dit :

    Ce texte, je le trouve un peu lourdingue. Delerm ? Certains de ses textes sont meilleurs. J’aime mieux ton style, Corto.

  3. Virginie dit :

    J’ai toujours en lien sur ma blogliste 2, cette vidéo de Delerm !
    J’ai bien aimé ce livre, mais Mr Spiptzweg est un chanceux, il ne commente chez personne et tout le monde chez lui !
    Delerm ne connait pas trop les activités d’un blogeur !

  4. corto74 dit :

    @marianne: interressant oui dans sa façon de raconter une naissance de blog. Des milliers…peut etre exagere-t-il lais néanmoins, je suis toujours aussi surpris du nombre de visiteurs, chez moi, par exemple.

    @Lika:je n aime pas trop son style mais j ai bien aimé de voir la façon dont un auteur reconnu comme Delerm imagine la naissance d’un blog. Bisous

    @virginie: Delerm n y connait sans doute pas grand chose des blogs, c’est evident mais j aime bien comment il « raconte » Mr Spiptzweg ! D’ailleurs, jamais un blogueur ne prendrait pareil nom ! :)
    bises à toi

  5. LiKa dit :

    Comment fais-tu, Corto, pour connaître le nombre de visiteurs sur ton blog ? Moi je ne sais pas sur le mien, ni ailleurs non plus.

  6. corto74 dit :

    @lika: Normalement, tu dois avoir quelque part sur ton blog une interface « administrateur », il faut y aller. C’est là que tu composes tes textes, que tu peux inclure des photos ou des vidéos, l’endroit où en fait tu configures ton blog. Il doit y avoir normalement une section « statistiques » ou « référants » qui t’indique le nombre de visiteurs journaliers, semaine mois ou années.

  7. tzatza dit :

    Je suppose que c’est un cadeau de Noël…

  8. Rachel Arnaud dit :

    @Corto : Oui, c’est pas mal d’avoir mis ce papier. Je suis un peu comme toi, j’y trouve un intérêt tout anthropologique. Je ne peux pas dire en revanche avoir trouvé un quelconque intérêt à ce témoignage en particulier. En voilà bien, des phrases, pour dire que dalle. Ah si…. Que l’anathème sur les paquets de clope fait chier. C’est sûr !

  9. corto74 dit :

    @rachel; le seul interêt, juste celui de voir comment un écriavain reconnu ( qu’on apprécie ou pas ) voit les blogs.
    Les paquets de clopes ? a qui le dis tu !
    bises

  10. Rachel Arnaud dit :

    @Corto : Diable !! Un fumeur UMPIste !!???? Je croyais qu’on n’en trouvait plus qu’au musée.
    PS : je peux savoir pourquoi le correcteur me surligne tous les mots, là ?

  11. corto74 dit :

    @rachel: rigole je suis loin d avoir l age d’aller au musée, il m arrive même parfois en lousdé de fumer de l’herbe qui fait rire

    quels mots et quel surligneur ?

  12. LiKa dit :

    Merci, Corto. Je demanderai à Philippe. bisou.

  13. corto74 dit :

    @lika: quoi, pas de « s » à bisou ?

  14. Rachel Arnaud dit :

    De l’herbe ??? qui fait rire ????
    BNon d’une pipe mais tout fout le camp. :)

  15. corto74 dit :

    @rachel: ben oui, celle qui fait rire, nom d une pipe ce n est pas un pivilège de gauchiste que je sache

Laisser un commentaire

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin