Liliane Bettencourt, une grande dame!

Posté par corto74 le 4 janvier 2011

Liliane Bettencourt, une grande dame! dans zOne Le sAc de Marianne wikio4 Voter !

liliane_bettencourt dans zOne Le sAc de MarianneIl était une fois, dans la France troublée des années 30, une petite fille dont le papa était très riche et dont la maman est morte alors qu’elle n’avait que cinq ans.

Elle s’appelle Liliane. Son papa Eugène Schueller, ancien colporteur, est à la tête de marques aussi prestigieuses que Ambre Solaire, Dop, Monsavon Peinture Valentine et quelques autres réunies sous le nom de L’Oréal qui deviendra une SARL et le premier groupe de cosmétiques au monde. A partir de 1937, Liliane qui a quinze ans, accomplit des stages dans l’entreprise de son papa, pendant que celui-ci non content de brasser des affaires, se mêle aussi de politique. Il est le principal financier d’une organisation terroriste d’extrême droite, tristement célèbre sous le nom de La Cagoule, au service de Marcel Déat, que Léon Blum considéra à un moment comme son dauphin, mais qui néanmoins choisit d’appuyer la politique de Laval et des Allemands, sous la direction d’Eugène Deloncle qui sera assassiné en 1944.

Bien d’autres personnages gravitent dans cette mouvance funeste : André Bettencourt qui dirige l’hebdomadaire collaborationniste « La Terre Française » et qui écrit le 12 avril 1941 : « Les juifs, les pharisiens hypocrites n’espèrent plus. Pour eux l’affaire est terminée. Ils n’ont pas la foi. Ils ne portent pas en eux la possibilité de redressement. Pour l’éternité leur race est souillée par le sang du juste. » Pierre Bénouville et François Mitterrand aussi, entre autres, seront d’une grande utilité à Eugène Schueller à la Libération, leurs témoignages non seulement lui permirent d’échapper à l’épuration, mais encore lui mériteront la Croix de Guerre et la Légion d’Honneur. Une partie des dirigeants de La Cagoule seront récompensés en étant intégrés au groupe l’Oréal après la guerre, y compris Fançois Mitterrand.

André Bettencourt, entré à la direction de l’Oréal deviendra le mari de Liliane en 1950, et fera une brillante carrière politique.  En 1953, ils auront une petite fille : Françoise. A la mort de son père en 1957, Liliane, sa fille unique, hérite du groupe L’Oréal et le grand public n’en entendra plus parler jusqu’à la mort de son mari en 2007.

Elle a maintenant 85 ans, elle est connue pour être « la femme la plus riche de France ». Sa fille Françoise a épousé un « discret banquier » né d’une illustre famille juive, en 1948. Deux de ses grands-parents ont péri à Auschwitz. Or, voilà que Françoise traîne sa mère devant les tribunaux au prétexte qu’elle subit l’influence d’un photographe qui était l’ami d’André Bettencourt, et qu’elle accuse de lui extorquer de l’argent. Le but est bien évidemment d’obtenir d’un juge sa mise sous tutelle et ainsi récupérer les droits de vote au conseil d’administration qu’elle avait gardés, bien qu’elle ait fait une donation de toutes ses actions à sa fille et à ses deux petits-fils.

Or Liliane se défendra : elle a toute sa tête, et personne qui ait vu son interview par Claire Chazal ne peut en douter. Le combat de sa fille continuera pourtant. Des enregistrements de conversations privées seront fournis au juge, ainsi qu’un témoignage de sa secrétaire, qui, apprendra-t-on a été payé 400 000 euros par Francoise Bettencourt-Meyers.

Liliane sera alors jetée en pâture à l’opinion publique  par les media qui, entre-temps ont vu aussi un moyen de se débarrasser de Eric Woerth qui doit défendre la réforme de la retraite devant l’Assemblée et dont l’épouse travaille pour Liliane Bettencourt. On crie au scandale, au conflit d’intérêt. Tantôt Liliane est présentée comme une femme entretenant un gigolo de haut vol. Tantôt comme une fraudeuse du fisc qui cache son argent dans des paradis fiscaux. Tantôt enfin, comme une prévaricatrice  qui fournirait des enveloppes d’argent liquide aux hommes politiques et jusqu’à Sarkozy lui-même.

Pendant toute la discussion de la loi sur les retraites à l’Assemblée, Liliane sera traînée dans la boue, et des pancartes à son effigie seront même brandies dans les manifestations anti-réforme.

Puis, contre toute attente, les parties s’étant sûrement rendu compte qu’elles n’auraient rien à gagner dans un procès, elles ont signé un accord de « réconciliation » dont le grand gagnant est Jean-Pierre Meyers qui prend la direction de la holding Téthys qui gère la fortune de sa belle-mère, et le silence médiatique s’est fait sur cette affaire qui, avait duré trois ans et avait coûté son poste à un ministre.

Mais voilà qu’un article de Slate signé Philippe Boggio, nous apprend que « la dame de Neuilly » est la seule de toutes les fortunes françaises à pouvoir rivaliser avec l’altruisme des milliardaires américains, Bill Gates et consorts, donateurs de leur fortune à des oeuvres de bienfaisance. Liliane Bettencourt, écrit-il, discrète philanthrope « celle vers qui devraient converger ces rancoeurs de fin décembre à propos de l’hyper-richesse, puisqu’elle en est devenue la caricature… Cette année encore Liliane Bettencourt a octroyé 552 millions d’euros à la Fondation Bettencourt-Schueller… Sur les dividendes qu’elle perçoit de L’Oréal, 30 millions sont rétrocédés, chaque année à des associations diverses. « La fondation est de loin le fonds familial le plus important du pays . »

« En cela , l’héritière d’Eugène Schueller se distinguait déjà des hyper-riches empressés de faire fructifier leur capital et décidés à rester sourds aux besoins de financement d’associations caritatives ou d’ONG. »

Honte aux requins de notre classe mediatico-politique qui se sont permis sans vergogne, de prendre pour cible de leur hargne politique, une grande dame de 88 ans, qui n’avait pas mérité le traitement inhumain qu’ils lui ont fait subir.

Marianne A., Dans le sac de Marianne (23).

D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

Marianne, fidèle de ce blog nous livre sa version des faits, sa vision du biniou et du monde. Chaque mardi, elle vide son sac !

37 Réponses à “Liliane Bettencourt, une grande dame!”

  1. Greg dit :

    Bonjour Bonjour ^^
    J’ai rencontré cette charmante héritière dans le cadre d’un Master sur Paris que j’ai suivi presque une année et qu’elle finance largement. Madame m’a semblé agée quoique souriante… et je voyais non sans humour une quantité de personnes qui lui courraient après comme si elle guérissait le Sida ^^ (dans le but de lui soumettre des projets à la Fondation Bettencourt-Schueller (d’ailleurs, pratiquement tout dans ce master était estampillé de la fondation)…

    En outre ! (mais ça n’intéresse que moi) Une de mes meilleures amies vit à Clichy dans l’immeuble juste en face ! Où se regroupent régulièrement les manifestants et où certains employés travaillent très très tard ! Mais surtout où la ‘Salle de Réunion’ n’est que trop souvent oubliée éclairée toute la nuit ! ET LA PLANETE ALORS ?!!

    Comment ça « madame chante le blues » ? euh… transpire de l’or ?

    Moi, Greg (illustre inconnu ^^)

  2. Jay dit :

    Cette Françoise est une véritable honte ! Elle ose faire passer sa propre mère pour sénile, tout ça parce qu’elle craint de voir son héritage fondre comme neige au soleil. Liliane a gagné cet argent, c’est le sien, elle doit pouvoir le dépenser comme elle l’entend, à payer des gigolos si ça lui chante, cela ne regarde qu’elle ! L’attitude de Françoise, en plus d’être celle d’une fille indigne, est une attitude anti-vieux. Traduisez : « Vous êtes vielle, maman, alors maintenant crevez avant de mettre à mal mon héritage. »

  3. Marianne ARNAUD dit :

    @ Greg et Jay
    Je dois vous dire que vos commentaires m’ont fait très plaisir car je me demandais bien comment allait être accueillie cette défense de « la femme la plus riche de France », tant la classe médiatique avait réussi à susciter de haine à son égard.
    Le témoignage de Greg va bien plus loin que ce qu’on pouvait imaginer en lisant les chiffres des donations constantes de Liliane Bettencourt pour soutenir la recherche scientifique, qui effectivement et entre autres, concerne la recherche sur le Sida.
    Quant à Françoise, il est plus que probable qu’elle ait été manipulée dans cette histoire pour permettre à son mari de faire main basse sur les fameux droits de vote.
    La discrétion de ce dernier jusqu’au dernier moment dans ce dossier, est tout à fait suspecte.

  4. corto74 dit :

    C’est marrant les com’ de Greg et Jay sont presque en opposition.

    Ceci dit, cette femme a hérité et aurait pu se contenter de jouir béatement de sa fortune, elle a choisi de faire autrement et c’est bien.
    La classe mediatico-trucmuche-politicarde, largement à gauche, avait là une trop belle occasion de vilipender l’argent roi.
    Le comportement de sa fille et son mari ? je ne suis pas sur que ce soit qu’une question d’argent, Françoise et ses enfants avaient déjà « hérité ». Je crois plutot qu’au début ils ont été largement effrayés par la générosité de Liliane vis a vis de Banier (qui n ‘en est pas a son coup d’essai avec de riches vieilles ).

  5. Marianne ARNAUD dit :

    Je crois comme vous, mon cher Corto, que ce n’était pas une question d’argent à proprement parler, mais une question du devenir de cette entreprise.
    Vous savez bien que monsieur Meyers était , et au conseil d’administration de l’Oréal et au conseil d’administration de Nestlé qui lorgnait sérieusement sur l’Oréal dont il possédait déjà 28,9% du capital.
    Ce dossier Bettencourt était donc surtout un dossier économique.
    Quant à Banier quoiqu’on puisse en penser, il n’en reste pas moins que les « cadeaux » qui lui ont été faits l’ont été du vivant d’André Bettencourt dont il était l’ami, puisque ce n’est qu’un mois après sa mort que Françoise a assigné sa mère. Il parait peu probable que toutes ces donations aient pu lui être faites pendant ce mois-là.
    Ceci, de mon point de vue ajoute à l’ignominie de cette attaque : attendre la mort du père, pour attaquer la mère.

  6. corto74 dit :

    que ce contentieux soit lié à une affaire economique, l’avenir du groupe, certes. Mais quand on voit les largesses dont a bénéficié Banier, tout enfant normalement constitué aurait eu le devoir de s’inquiéter. Surtout qu’il avait fait 2 fois de même avec de riches veuves dont j’ai oublié le nom. L’une était je crois une célèbre designer et artiste.
    Il est clair aussi que la françoise et son mari, en plus de leurs interêts évidents, ont du subir de sacrées pressions pour s’occuper d’un peu plus près des affaires de la famille.

    Etonnant par ailleurs que tout le passé Shueller et cie ne soit guère plus apparu pendant tout cet été de l’affaire bettencourt.

  7. philippe meoule dit :

    Corto, tu nous fait pointer du doigt plusieurs choses importantes :
    1/ Les liaisons ou amitiés qui se sont nouées durant la guerre sont indéfectibles (Mitterrand-Bousquet, Mitterrand-Papon, de Bénouville-Bettencourt, de Gaulle-Massu…). Je crois que notre génération ne peut comprendre « les forces de l’esprit » qui les ont unis, pour le meilleur et pour le pire, dans des circonstances extrêmes, et qui les a fait entrer en fusion pour la vie, quelques soient leurs itinéraires qui furent les leurs par la suite : à cet égard, le film « Le promeneur du champ de mars » est révélateur.
    2/ L’extrême discrétion des gens fortunés lorsqu’ils sont amenés à faire des dons. Ceci pour au moins 2 raisons : ne pas éveiller les soupçons du fisc et ne pas se retrouver sous les feux de la rampe médiatique.
    3/ Les fâcheries comme les réconciliations de ces « grandes » familles sont d’ordre dynastique : leurs biens, quoiqu’il arrive, doivent rester dans le giron familial et profiter à la descendance, « Ad Vitam Aeternam ».
    4/ Toutes ces pratiques sont étrangères à 99,99% de nos contemporains, évidemment ! C’est la raison pour laquelle les médias comme les lecteurs en sont tellement friands : c’est Dallas en vrai à croquer maintenant !
    Merci pour ce beau billet intelligent qui doit faire réfléchir.
    Amitiés de gauche ! Philippe.

  8. corto74 dit :

    @philippe méoule: Ton com ‘ me va bien sauf le point 2. « ne pas éveiller les soupçons du fisc « , absolument pas; ces gens fortunés sont sous surveillance permanente du fisc et leurs dons, par leur importance, sautent immédiatement aux yeux des bienveillants de Bercy ! Non, ils sont discrets sur leur mécènat et leur générosité par discrétion justement, par pudeur aussi, et peut etre bien aussi parce qu’ils préfèrent donner en mécénat (plus valorisant ?) ce qu’ils ne donnent pas à des assoc’ humanitaires ou autres…
    amitiés de droite !

  9. Marianne ARNAUD dit :

    Je crois, mon cher Corto, que Liliane donne, et à sa fondation, et aux associations.
    Peut-être que c’est à elle que Boutfil devrait soumettre un dossier pour l’épicerie, Non ?

  10. boutfil dit :

    ma chère Marianne, boutfil est en retraite depuis le 1er janvier et ce sera aux suivants de se dem….avec les sous et les demandes après de Mme Bettancourt…..
    par contre, nous avons eu pendant 4 ans les largesses d’une famille extrèmement fortunée, dont l’oncle avait laissé à son dc une très grosse envelloppe pour nous.
    c’était un notaire de Monaco, qui chaque année, nous remettait un très gros chèque, le reste produisant des intérêt en attendant d’être utilisé.
    c’était pour nous une période faste où nous avons pu vraiment fonctionner sans trop de problèmes….
    Ces gens nous avaient invités chez eux, un sublime appartement aux invalides..ils étaient d’une gentillesse et d’une discrétion incroyable, ils nous avaient même remerciés de notre travail et de l’occasion qui leur était donné d’aider !
    Et pourtant, ça pesait lourd!! malheureusement leurs descendants se sont contenté d’hériter sans continuer à nous aider.
    Je pense que cette génération des années de guerre et d’après guerre, s’ils avaient beaucoup à se faire pardonner ont su les faire avec élégance, il en reste peu ….

  11. Nicolas dit :

    Je crois que tu surestimes « l’importance » que « nous » mettons dans Madame Bettencourt à part qu’elle est la femme la plus riche de notre pays et qu’elle est tombée dans l’actualité au mauvais moment.

    On a rien contre elle, c’est Eric Woerth qui était dans le collimateur. Au contraire, on a presque défendu Liliane Bettencourt face aux « attaques » de sa « fille qui voulait le pognon ». Je l’ai même prise en exemple dans un de mes billets gauchistes sur le thème : « l’héritage n’est pas un droit, la fille n’a droit à rien ».

  12. Marianne ARNAUD dit :

    @ Boutfil
    Heureuse retraite donc, et longue vie à l’épicerie !
    L’article de Slate fait bien ressortir la différence de comportement de Liliane Bettencour et des autres milliardaires français tels que Arnault ou Pinault, qui ne « lèguent leur fortune ni de leur vivant, ni à leur mort » tellement ils sont « obnubilés par l’idée de constituer des lignées. »

  13. Marianne ARNAUD dit :

    @ Nicolas
    Il me semble que c’est plutôt vous qui avez tendance à minimiser le sort qui a été réservé à madame Bettencourt.
    Vous le justifiez en disant : « C’est Eric Woerth qui était dans le collimateur. »
    Croyez-vous vraiment qu’il y ait de quoi se glorifier de s’être servi d’une vieille dame pour atteindre un ministre ?

  14. corto74 dit :

    @nicolas: j’aime bien ton « on a rien contre elle » ! :)
    Pour l’héritage, je ne suis pas d’accord avec toi, etonnant non ? A partir du moment où des parents se sont créés un patrimoine durant leurs vies, il leur appartient d’en faire ce qu’ils veulent y compris le léguer à leurs enfants.et ds ce cas là, les enfants sont ds leurs droits !

  15. jeremie dit :

    Fançois Mitterrand n’était pas « un dirigeant de la cagoule »

  16. Marianne ARNAUD dit :

    @ Jérémie
    C’est vrai que ma phrase est sujette à caution.
    J’avais dit : « Bien d’autres personnages gravitent dans cette mouvance funeste… » et j’avais cité Mitterrand. Il était donc clair qu’il ne faisait pas partie des dirigeants.
    Par la suite j’ai écrit qu’une partie des dirigeants de La Cagoule avaient été recyclés chez L’Oréal, y compris Mitterrand, sans me rendre compte que ce « y compris Mitterrand » pourrait, pour certains, en faire un dirigeant de La Cagoule.
    Je demande donc à tous ceux qui ont été mystifiés par cette phrase, de vouloir bien m’excuser.

  17. Françoise B dit :

    Mouais, grande dame? Elle est surtout un peu tassée par l’âge et tous ces problèmes d’argents! La pauvre dame! J’en pleurais!

  18. corto74 dit :

    @françoise B: Françoise B. ? comme Françoise Bettencourt ? Enchanté !

  19. Marianne ARNAUD dit :

    @ Françoise B
    A part le fait que, selon vous, on ne peut être une grande dame si on est « tassée par l’âge », je serais très curieuse que vous nous donniez votre vision de ce que vous entendez par ce que devrait être « une grande dame ».
    Merci pour votre commentaire.

  20. boutfil dit :

    « une grande dame tassée par l’âge » je trouve ça..léger…. comment serez vous, serons nous à son âge ? tassées sans aucun doute…les moyens n’ont rien à voir dans cette histoire, le respect aux personnes âgées, tassées où non, riches où pauvre, est un devoir

  21. corto74 dit :

    @françoise B: Oups ! j’aurais du vous prévenir, avec Marianne et Boutfil, on ne sort jamais indemne de s’en prendre aux personnes plus agées que vous et moi ! :)

  22. Marianne ARNAUD dit :

    Nan, nan, nan, mon cher Corto, comme dirait Carine, votre phrase est mal construite, je la refais donc : « On ne s’en sort jamais indemne de s’en prendre au physique des personnes. »

    http://www.youtube.com/watch?v=v4Ww2V-uNRI

  23. Rachel Arnaud dit :

    Pis c’est bien, comme ça il révise un peu son Brassens, le Corto…. :)

  24. corto74 dit :

    @marianne et Rachel: il suffit sinon je vous colle une vidéo de gerry rafferty !

    tiens et pi toc :
    paix à son âme, il a rejoint bobby Farrell aujourd’hui

    http://www.youtube.com/watch?v=WkS169P_Eeo

  25. boutfil dit :

    ben c’est ben vrai ça aurait dit la mère Denis, tassée sur sa machine….

  26. Christophe dit :

    Honnêtement les problèmes de famille, de pouvoir chez les Bettencourt, je m’en tamponne le coquillard. Il n’y aurait eu de toute façon jamais de procès. Cette dame a assez d’argent et de relations pour cela. Elle fait des dons et c’est très bien. Ils sont à la hauteur de sa fortune. Il ne faut pas oublier que des millions de français en font aussi tous les ans et beaucoup gagnent 1000 fois qu’elle. De plus il ne faut pas oublier quand même que les impôts donc nous lui ont reverser la modique somme de 30 millions d’euros et qu’elle n’a eu aucun contrôle fiscal depuis 15ans. Pendant ce temps là, moi modeste petit cadre j’en ai eu 2. Mais c’est vrai que l’on ne prête qu’aux riches.

  27. Marianne ARNAUD dit :

    @ Christophe
    Je vous remercie pour votre commentaire, parce que pour ce qui me concerne lorsque je tombe sur des sujets dont « je me tamponne le coquillard » je suis tout à fait incapable d’en dire quoi que ce soit. Je passe mon chemin.
    Très cordialement.

  28. corto74 dit :

    @marianne:m’enfin, l’ami Christophe a bien le droit d’exprimer son opinion, il peut donc ne pas passer son chemin et curieusement je suis d’accord avec son « Mais c’est vrai que l’on ne prête qu’aux riches. »

  29. Marianne ARNAUD dit :

    Je pense, mon cher Corto, que vous n’êtes pas tout à fait remis de vos vacances !
    Où ai-je dit que Christophe n’avait pas « le droit d’exprimer son opinion » ?
    J’ai dit que, quant à moi, j’en serais incapable, si l’article ne m’intéressait pas. C’est tout ce que j’ai dit.
    Et je peux vous dire que j’en fais journellement l’expérience.
    Rien qu’aujourd’hui je n’ai pas commenté : « Faut-il couvrir son chien quand il neige ? », ni « Qui surveille la vie sexuelle des acteurs porno « , ni « Que fait-on des cadavres d’oiseaux ? »
    Alors vous voyez, pas de quoi monter sur de grands chevaux, je vous assure.
    J’ai bien aimé votre Gerry Rafferty, je suppose que c’était le chanteur ? Moi, j’ai préféré le saxophoniste.
    Et celui-ci, de quoi est-il mort ?

  30. Christophe dit :

    Même si le sujet d’un article ne m’interpelle pas plus que ça, je prend toujours le loisir de le lire surtout s’il est publié chez un ami. Et par ailleurs cela ne m’empêche pas d’avoir une opinion et de le commenter d’autant plus s’il manque quelques infos. De plus j’apprécie vos écrits et votre esprit même si je ne suis pas toujours d’accord avec vous comme je ne le suis pas toujours avec les idées de Corto et il le sait très bien. Et puis vous portez un prénom symbole de notre beau pays démocratique et de liberté d’expression entre autre et je trouve dommage votre réaction.
    Bonne année et à vous lire encore.

  31. Marianne ARNAUD dit :

    @ Christophe

    Puisque, et vous et Corto, avez mal compris ce que je voulais dire, à savoir, que PERSONNELLEMENT je suis incapable de commenter un article qui ne m’intéresse pas, je dois convenir que ma réponse n’était pas adaptée, puisque jamais je n’ai pensé que qui que ce soit ne serait pas libre de s’exprimer sur le blog de Corto.
    Je vous demande donc d’excuser ma maladresse, et je vous remercie pour être revenu m’expliquer ce malentendu.

  32. LiKa dit :

    Marianne, j’ai lu avec intérêt ton article. Et si ceux qu’on trouve dans les journaux n’étaient pas ennuyeux, eux, peut-être les lirais-je plus souvent.
    Car je suis comme Christophe – et pire. De sorte que quand je me mets à lire un journal, si on me parle gens que je ne connais pas, qui ne me sont pas présentés, je m’en désintéresse : je vois que ce n’est pas à moi qu’on s’adresse.
    Quand j’étais élève au C.F.J. (Centre de Formation des journalistes, rue du Louvre) nos profs nous disaient qu’aux Etats-Unis, dans les journaux, on donnait toujours le nom et la fonction de chaque personne citée, fût-elle le Président, car – c’est mon cas depuis de nombreuses années – ceux qui lisent peu les journaux, regardent peu la télévision, s’ils achètent un journal, n’ont pas pas à se sentir perdus, voir exclus.
    Ainsi, en lisant ton billet, quand tu as parlé d’un « discret banquier », discrète à ton tour, tu n’as pas donné son nom. Plus loin, je lis « Françoise Betancourt-Meyers ». « Ah, me suis-je dit, le mari de Françoise, ce doit être ce Meyers… »
    Plus loin encore le « grand gagnant » dont tu parles, tu le nommes Jean-Pierre Meyers. « Ce serait donc lui, le mari de Cette Françoise ? » ai-je pensé alors…
    Voilà. C’est le seul défaut que j’ai trouvé à ton intéressant billet. Bises.

  33. LiKa dit :

    « voire exclus », ai-je voulu écrire.

  34. Marianne ARNAUD dit :

    @ Lika
    Je suis sûre que ce billet, contrairement à ce que vous dites, contient bien d’autres défauts. Mais en l’occurrence, le fait de nommer Jean-Pierre Meyers qu’à la toute fin du texte était intentionnelle, parce que dans les journaux, il n’a été question de lui qu’à la toute fin de « l’affaire » c’est-à-dire au moment où il a pris le pouvoir dans les affaires de sa belle-mère.
    On a voulu en faire un combat fille/mère, alors que c’était une bataille de pouvoir au sein d’une société. Certains allant jusqu’à dire, que ce seraient les administrations de L’Oréal et de Nestlé qui auraient sifflé la fin de la partie, car « l’affaire » commençait à nuire à l’image de ces grandes marques.
    Je suis tout de même heureuse que vous ayez trouvé de l’intérêt à ce billet. Je tâcherai de faire mieux la prochaine fois !

  35. LiKa dit :

    Ah… ! Marianne… Marianne…

  36. eusebeetcie dit :

    Bravo Marianne ! Bel article sur Mme Bettencourt!

    Je ne partage pas pour autant votre « sympathie » apparente pour sa pouf de fille …

  37. Marianne ARNAUD dit :

    @ Eusebe
    Excusez cette réponse bien tardive, mais ce n’est que ce matin que j’ai pris connaissance de votre commentaire.
    Non je n’ai pas de sympathie particulière pour la fille de Liliane Bettencourt et je trouve odieux qu’elle se soit lancée dans ce combat contre sa mère.
    Cela étant dit, chacun la présente comme une artiste – je crois qu’elle est pianiste – et ses intérêts personnels sont très éloignés de ces combats de requins de la finance, dont son mari fait partie.
    D’autre part quand son combat contre sa mère a été initié, elle ne pouvait pas, je pense, imaginer qu’il se transformerait en combat politique contre Nicolas Sarkozy, et qu’il prendrait une telle proportion dans les media.
    Elle aussi a sûrement dû être dépassée par le résultat de cette ouverture de la boîte de Pandore.

Laisser un commentaire

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin