• Accueil
  • > Recherche : chanson sang

Résultats de votre recherche

Chanson dans le sang – Prévert, le texte du dimanche (33)

Posté par corto74 le 12 septembre 2010

Chanson dans le sang - Prévert, le texte du dimanche (33) dans zOne Dimanche cuLture ! wikio4 Voter !                             

Chanson+dans+le+sang dans zOne Dimanche cuLture !Il y a de grandes flaques de sang sur le monde
où s’en va-t-il tout ce sang répandu
Est-ce la terre qui le boit et qui se saoule
drôle de saoulographie alors
si sage… si monotone…
Non la terre ne se saoule pas
la terre ne tourne pas de travers
elle pousse régulièrement sa petite voiture ses quatre saisons
la pluie… la neige…
le grêle… le beau temps…
jamais elle n’est ivre
c’est à peine si elle se permet de temps en temps
un malheureux petit volcan
Elle tourne la terre
elle tourne avec ses arbres… ses jardins… ses maisons…
elle tourne avec ses grandes flaques de sang
et toutes les choses vivantes tournent avec elle et saignent…
Elle elle s’en fout
la terre
elle tourne et toutes les choses vivantes se mettent à hurler
elle s’en fout
elle tourne
elle n’arrête pas de tourner
et le sang n’arrête pas de couler…
Où s’en va-t-il tout ce sang répandu
le sang des meurtres… le sang des guerres…
le sang de la misère…
et le sang des hommes torturés dans les prisons…
le sang des enfants torturés tranquillement par leur papa et leur maman…
et le sang des hommes qui saignent de la tête
dans les cabanons…
et le sang du couvreur
quand le couvreur glisse et tombe du toit
Et le sang qui arrive et qui coule à grands flotsascalon2
avec le nouveau-né… avec l’enfant nouveau…
la mère qui crie… l’enfant pleure…
le sang coule… la terre tourne
la terre n’arrête pas de tourner
le sang n’arrête pas de couler
Où s’en va-t-il tout ce sang répandu
le sang des matraqués… des humiliés…
des suicidés… des fusillés… des condamnés…
et le sang de ceux qui meurent comme ça… par accident.
Dans la rue passe un vivant
avec tout son sang dedans
soudain le voilà mort
et tout son sang est dehors
et les autres vivants font disparaître le sang
ils emportent le corps
mais il est têtu le sang
et là où était le mort
beaucoup plus tard tout noir
un peu de sang s’étale encore…
sang coagulé
rouille de la vie rouille des corps
sang caillé comme le lait
comme le lait quand il tourne
quand il tourne comme la terre
comme la terre qui tourne
avec son lait… avec ses vaches…
avec ses vivants… avec ses morts…
la terre qui tourne avec ses arbres… ses vivants… ses maisons…
la terre qui tourne avec les mariages…
les enterrements…
les coquillages…
les régiments…
la terre qui tourne et qui tourne et qui tourne
avec ses grands ruisseaux de sang.

Jacques Prévert, Paroles, 1946

 jacques-prevertD’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

Publié dans zOne Dimanche cuLture ! | 13 Commentaires »

N’énervez pas Corto ! – Folie passagère 262

Posté par corto74 le 21 janvier 2010

N'énervez pas Corto ! - Folie passagère 262 dans zoNe à  mOi wikio4 Voter !

recrutement_9 dans zoNe à  mOiJe me suis même coupé les poils de nez et d’oreilles disgrâcieux car lorsque l’on va à un entretien de recrutement, on y va soigné et propre sur soi. Sans doute que si tu es soigné, ton travail sera soigné. Pas de bout de salade coincé entre les dents, caleçon assorti aux chaussettes, cravate rigoureuse, chaussures cirées à la hauteur de celles que je devrais lécher; bref, si l’habit fait le moine, le costume-cravate fait potentiellement le bon candidat. Il faut être sûr de soi, un brin conquérant, pas trop frimeur, la rage au ventre et ne pas montrer qu’on a envie de bouffer, on est chez Michel La Page pas à l’Armée du Salut. Le cv est en adéquation avec les impératifs du challenge à relever, du poste à pourvoir et des espérances que l’on placera sur vos épaules.

 » Alors, racontez moi votre parcours « , le con, il a lu mon cv puisqu’il me reçoit et il faut en plus que je lui raconte ma vie. Le bougre recruteur est un Monsieur bien mis, 26 ans et demi à tout casser, du lait qui lui coulerait du nez si on appuie dessus. Et c’est lui qui va décider si je le vaux bien. Ben merde alors, près de 20 ans d’expérience pro à faire valider par un bleu-bite frais émoulu d’une école de je-ne-sais-quoi. C’est la règle. Bla, bla, bla, je lui raconte ma vie, mon oeuvre, mes réussites, les encoches sur la crosse de mon stylo mais pas mes emmerdes. Tout se passe bien, je joue les faux culs, j’interprète le rôle de la perle rare, il semble séduit, intéressé. Normal, je maîtrise la chanson et les couplets, au moins une trentaine de duels dans ce genre au compteur, l’expérience c’est important. Mais, il y a un truc qui coince, je le sens. Sur les conseils avertis de Pôle Emploi, je n’ai pas mis ni d’âge, ni date de naissance sur ma vie en 21 x 29,7.

« Quel âge avez-vous, ce n’est pas précisé », 46 ans,  » Ah quand même ! » et la phrase qui tue un éléphant à mains nues:  » et vous vous sentez d’attaque ? ». Et là, croyez le ou non, mon sang n’a fait qu’un tour:  » Non seulement, je me sens d’attaque, prêt à bouffer le monde et sa mère, en plus je suis PD et non, je n’ai pas envie de vous plaire « . Digne et serein, je me suis levé, ai salué le Monsieur d’un pompeux  » désolé, cela ne pourra pas aller, au revoir » et je suis parti, même pas énervé (hum…), un brin amusé. Non mais, aurais-je l’air d’un vieux con impotent ? Pour un peu, il m’aurait proposé une camomille le gamin. Je veux bien chercher du boulot et faire quelques courbettes mais faut pas pousser le Corto, non, mais !

FireShot-capture-318-Le-recrutement-via-Facebook-webilus_com_dessin_le-recrutement-via-facebook1D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

Publié dans zoNe à  mOi | 35 Commentaires »

Amants exsangues – Folie passagère n° 26

Posté par corto74 le 22 janvier 2009

ilssaiment.jpg 

http://fr.youtube.com/watch?v=h_d3fqMH58s

« As-tu déjà aimé
pour la beauté du geste?
As-tu déjà croqué
la pomme à pleine dent?
Pour la saveur du fruit
sa douceur et son zeste
T’es tu perdu souvent?

Oui j’ai déjà aimé
pour la beauté du geste
mais la pomme était dure.
Je m’y suis cassé les dents.
Ces passions immatures,
ces amours indigestes
m’ont écœuré souvent.

Les amours qui durent
font des amants exsangues,
et leurs baisers trop mûrs
nous pourrissent la langue.

Les amour passagères
ont des futiles fièvres,
et leur baiser trop verts
nous écorchent les lèvres.

Car à vouloir s’aimer
pour la beauté du geste,
le ver dans la pomme
nous glisse entre les dents.
Il nous ronge le cœur,
le cerveau et le reste,
nous vide lentement.

Mais lorsqu’on ose s’aimer
pour la beauté du geste,
ce ver dans la pomme
qui glisse entre les dents,
nous embaume le cœur,
le cerveau et nous laisse
son parfum au dedans.

Les amours passagères
font de futiles efforts.
Leurs caresses éphémères
nous fatiguent le corps.

Les amours qui durent
font les amants moins beaux.
Leurs caresses, à l’usure,
ont raison de nos peaux. »

 Amants exsangues - Folie passagère n° 26 dans ZoNe GaY brokeback-mountainD’accord, pas d’accord, dites-moi: http://corto74.unblog.fr

Publié dans ZoNe GaY | Pas de Commentaires »

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin