• Accueil
  • > Recherche : relais routier gros jacques

Résultats de votre recherche

 » Chez Jiji  » – Le texte du dimanche (20)

Posté par corto74 le 6 juin 2010

Voter !

french-routier-stop dans zOne Dimanche cuLture !Extrait d’un recueil d’une dizaine de nouvelles d’auteurs différents, dont Lika Spitzer, Pas de travail qui vaille,  » Chez Jiji « , de Jean Pezennec, ou la logorrhée d’un routier pas très sympa …

 » Tu prendras bien encore un demi ? Allez, je te le paye… Si, si, je te le paye… Comment c’est, ton prénom ? Jean-Jacques ? Allez Jean-Jacques, je te paie un demi… Jiji ! Tu nous mettras deux demis ! Qu’est-ce que tu disais ? Ah oui… T’as des tas de gonzesses dans les relais routiers… Enfin pas ce soir chez Jiji… Ce soir, je sais pas ce qui se passe, c’est le désert… T’as celles qui vont n’importe où… Où tu vas elles te suivent du moment que tu leur paies la bouffe… Puis t’en a d’autres… à moitié étudiantes… Des espèces de hippies plus ou moins nymphomanes… Celles-là, elle font un bout de route avec toi, tu les tringles et puis elles vont voir ailleurs… Le seul problème, c’est que les gonzesses elles choisissent les camions… Le mec qu’a un 38 tonnes tout neuf, il a qu’à claquer des doigts, elles ont déjà les cuisses qui font bravo… Mais le mec dans mon genre qu’a un Volvo pourri de presque quinze ans, il rentre chez lui la bite sous le bras… Ouais, la bite sous le bras il rentre le mec… En plus moi en ce moment je suis tout seul… J’avais une greluche avec moi… Il y a six mois je vais faire une livraison au Luxembourg… de Toulouse, t’as qu’à voir… Quand je suis revenu, la greluche était plus là… elle s’appelait Marie, comme la Vierge… Elle était pas vierge, j’aime mieux te dire… … Là je viens de Bordeaux…. …

A Bordeaux c’est sympa, il y a un parking spécial pour les pédés… On peut rencontrer des copains…

Toi, les mecs t’as jamais essayé ? Et t’as jamais eu envie ? C’est habituel ça, tu sais, les mecs qui bandent pour leur copain et qu’osent pas le dire… On dit tout le temps que les pédales c’est des artistes… C’est pas vrai… Moi par exemple je suis pas un artiste… Cela dit, moi mon truc… – je parle pas trop fort parce que Jiji, ça a beau être une ancienne pute, dès qu’on parle trop fort de cul chez elle, elle hurle, sous prétexte que les longues oreilles des flics traînent partout… – Moi mon truc, tu veux que je te dise… depuis que je suis tout petit… enfin tout petit… quinze balais quoi… moi, mon truc c’est les gamins… J’aime bien les gamins… J’aime bien les femmes… Oui c’est agréable, les femmes… enfin ça dépend des baiseuses… J’aime bien les mecs de temps en temps… mais j’aime bien les gamins… J’ai jamais baisé avec des gamins parce que je trouve ça dégueulasse, mais j’achète des revues… des livres… Comme je vais un peu partout… en Hollande, en Allemagne… Ca fait longtemps que ça me tracasse, les branleurs… J’aime bien les branleurs…

Chaque fois que je passe à Nantes je m’arrête chez Jiji… Des fois même je fais un petit détour… Parce que je te l’ai pas dit mais je suis né à Nantes… quai de la Fosse… Mon père travaillait aux chantiers Dubigeon… Et Jiji, le quai de la Fosse elle y a longtemps travaillé… dans les bars à putes… Je l’ai pas connue à l’époque, mais c’est quand même un peu comme une payse… On se comprend tous les deux… On est sur la même longueur d’onde…

J’ai pas choisi la route, tu sais… Pratiquement personne choisit la route… La vie, elle décide pour toi, et toi tu te démerdes comme tu peux… La route en plus, tu veux que je te dise, plus ça va pire c’est… Avec tous ces camionneurs étrangers… tous ces Polonais, ces Russes, ces je ne sais pas quoi encore qu’acceptent de travailler pour trois fois rien… Faut voir la concurrence… Les patrons se bouffent la gueule entre eux… Et qui paie la note après ? Les gros cons de camionneurs… Les patrons, les clients, tout le monde te prend pour un esclave… Départ à telle heure, arrivée à telle heure… comme les avions… Pluie, brouillard, encombrements, le patron et le client s’en foutent… Roule routier, roule, bousille-toi la santé mais démerde-toi… Et toi tu accélères, tu prends des risques, tu dépasses les temps de conduite, les charges, les limitations de vitesse, tu dépasses les lignes blanches… C’est ça ou la porte… Et à l’arrivée, décharge esclave… Mets-toi ici, pousse-toi de là… Tu roules toute la nuit et à l’arrivée les mecs ils te regardent vider le bahut en grillant une clope… C’est tout juste si c’est pas à toi de mettre la marchandise en rayon… Tu sais qu’y a des fois, t’as envie de prendre le fusil et de tirer dans le tas… »


Jean PézennecPas de travail qui vaille – (Editions Atelier du Gué, avril 2010)

.Couverture_PAS_DE_TRAVAIL_QUI_VAILLE_mD’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

( provided by Marianne )

Publié dans zOne Dimanche cuLture ! | 29 Commentaires »

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin