• Accueil
  • > Recherche : si mensonge tue

Résultats de votre recherche

Le mensonge tue

Posté par corto74 le 21 novembre 2010

Le mensonge tue dans zOne Dimanche cuLture ! wikio4 Voter !

catlin_wunnestoublackfmedma dans zOne Dimanche cuLture !Aux alentours de l’an mil de notre ère, un jeune Indien Béothuk, Anin, fait le tour de ce qu’il croit être « le monde » : l’île de Terre-Neuve. Fondateur d’un nouveau clan, Anin est l’ancêtre de tous les personnages dont la geste de huit siècles, ici racontée à plusieurs voix, finit par former, jusqu’au terme d’un lent et inexorable génocide, la saga d’une nation aujoud’hui disparue.

« Camtac disait que l’apprentissage durait toute la vie et que se perpétuer en ses enfants ne lui apporterait rien de plus que ce qu’il aurait enseigné à ses successeurs dans ce monde. Que la connaissance totale ne venait que de la mort et de la réincarnation en d’autres êtres. C’est ainsi que la connaissance vient aux humains. Dans une vie on se suffit à soi-même. Dans la réincarnation, on apprend aux autres. Dans la sagesse de la connaissance, on transmet à ceux qui viendront la mémoire de ceux qui ne sont plus. Et c’est ainsi que survit un peuple, une nation. Tout le savoir d’un homme ne sert à rien s’il n’est pas transmis. Toute transmission ne sert à rien si elle n’est pas comprise. Il faut donc toujours avoir les oreilles propres pour entendre et les yeux ouverts pour voir et comprendre. Voilà le secret de l’existence des Béothuks. C’est pourquoi, selon Camtac, les Béothuks vivraient toujours, même quand mourrait le dernier. Ils continueraient de vivre en d’autres. Dans d’autres mémoires. Dans d’autres apprentissages. Camtac disait que les Béothuks étaient éternels. Ils étaient la vie. Il y aurait toujours des Béothuks dans le monde entier. Car il y aurait des choses à apprendre. Ils sont éternels par leur besoin de savoir, de connaître, de donner.

Le Malouin avait écouté le père de sa première épouse sans jamais l’interrompre, selon une coutume béothuke que Le Guellec avait vite apprise.

 » Si tu veux apprendre, regarde et écoute. Ne pose pas de questions inutiles. Tu pourrais forcer les gens à mentir. Souviens-toi de ce qu’à dit l’aïeul Anin sur le mensonge dans son récit sur son voyage. Le mensonge est mal et mérite la mort. Le mensonge, c’est la mort. Seule la vérité existe. Seule la vérité doit vivre. Le mensonge tue, le mensonge fait mal à l’intérieur et ronge qui le commet. La vérité la plus laide vaut mieux que le plus beau des mensonges. « 

Si le mensonge tuait vraiment, tous les Français seraient morts depuis longtemps, songeait l’ancien marin de l’équipage de Jacques Cartier pendant son voyage vers les autres villages béothuks de l’île des Addaboutiks, les Hommes-Rouges. »

La saga des Béothuks, Bernard Assiniwi, extrait .

Le texte du dimanche (42)

bernard_assiniwi17D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

Publié dans zOne Dimanche cuLture ! | 29 Commentaires »

Sarko ne cèdera pas !

Posté par corto74 le 21 octobre 2010

Sarko ne cèdera pas ! dans Zone PolititruC wikio4 Voter !

 dans Zone PolititruCTout sérieux et jovial qu’il est, mon blogueur de gauche préféré m’a fait sourire. Faisant état de la pagaïe ambiante, je lui commentai son billet ainsi: « On s’assoit une bonne fois pour toutes et on discute. » Clavier chauffé à blanc, il me répond: « Corto, on est totalement d’accord : il faut cesser la grève, les blocages et la réforme et s’asseoir autour d’une table pour traiter calmement du problème qui, au fond, n’est pas urgent… Surtout, il ne devrait pas être un enjeu politique immédiat à ce point (même s’il est évident) : il faut arriver à le détacher des élections 2012 (pour le bien de Nicolas Sarkozy : je crois qu’il fait une erreur d’analyse en persistant ; il est probablement persuadé que paraître ferme et sortir les CRS pour débloquer des centrales va lui rendre service) « . Et bien, oui et non, mais sans tomber dans le piège que me tend mon perfide camarade.

Cesser la grève et les blocages, ça va sous le sens, un préalable pour retrouver un peu de sérénité dans ce débat. Cesser la réforme: ben voyons, autant tendre le bâton pour se faire battre. Oui, je considère que Sarko a fait une erreur de timing, il aurait dû enclencher les travaux dès ou peu après son élection. Mieux, il aurait dû inscrire cette réforme dans son programme électoral, mais, les Français étant des veaux, même devant l’évidence, il n’aurait pas été élu. Il ne peut plus maintenant reculer. Ce pour 2 raisons évidentes. La première, c’est que s’il renonçait maintenant, ce serait céder devant une pression populaire qui s’exprime dans les rues mais aussi par des actes terroristes: blocage de l’économie, prise en otage du pays, actes de vandalisme, atteintes au droit du travail, atteintes à la liberté de circulation, illégalité du blocage des lycées, etc… je vous laisse compléter la liste. Un président légitimement élu, conforté par le vote de la dite réforme à l’Assemblée, elle aussi démocratiquement élue, ne saurait céder à la pression et au chantage. La deuxième est plus politique. Qu’il renonce à cette réforme des retraites et aussitôt les vuvuzelas de la victoire résonneront dans toutes les couches de l’opposition: Nous l’avons fait céder, il n’a pas tenu, il s’est fourvoyé, sa réforme était mauvaise, la preuve, il renonce etc…  Sarko n’est pas du genre à se  faire hara-kiri pour le bon plaisir de ses adversaires.

Ce problème, au fond, n’est pas urgent. C’est vrai, rien n’est urgent quand on veut éviter les sujets qui fâchent. Rien n’est urgent à qui sait attendre. Il est vrai que cette réforme, dont tout le monde s’accorde à dire qu’il faut en faire une, les socialistes n’ont jamais voulu prendre le problème à bras le corps, si ce n’est à vouloir nous faire croire qu’en travaillant moins, on pouvait gagner autant: retraite à 60 ans, 35h etc… Oui, rien n’est urgent pour qui préfère qu’un système s’effondre plutôt que de le réformer.

Détacher le problème des retraites de l’élection de 2012. Cela me paraît une évidence. Cette réforme ne devrait pas être un enjeu politique tant elle est cruciale pour l’avenir du régime par répartition. Nous sommes d’accord, sauf que… Qui en fait depuis 4 ou 5 mois un enjeu ? Qui, après avoir dit oui, annonce que s’ils sont élus en 2012, ils reviendront aux 60 ans, lustrant ainsi le miroir aux alouettes ? Qui n’a eu de cesse de voir cette contestation prendre de l’ampleur ? Qui a incité avec autant de malice que de bêtise, la jeunesse à descendre dans la rue ?

Non, désolé, peu importe que l’on soit pour ou contre, ce qui est sûr, c’est que Sarko ne peut pas reculer; c’est que, oui, exprimez votre désaccord mais de façon respectueuse des droits de chacun. Ce qui est sûr c’est qu’à continuer ainsi, je ne parierais pas ma chemise sur la durée d’un soutien estimé (?) à 70% de la population contre cette réforme.

Folie passagère 466.

D’accord, pas d’accord: atoilhonneur@voila.fr

 

Publié dans Zone PolititruC | 34 Commentaires »

Ou allez vous, jeunes gens ? – Le texte du dimanche(27)

Posté par corto74 le 25 juillet 2010

Ou allez vous, jeunes gens ? - Le texte du dimanche(27) dans zOne Dimanche cuLture ! wikio4 Voter !

.manifestation_jeunes_France_m dans zOne Dimanche cuLture !En pleine affaire Dreyfus, Zola publie toute une série d’articles; peu de temps avant son célèbre « J’accuse« , il écrit le 14 décembre 1897 cette lettre à la jeunesse:

 » – Où allez-vous, jeunes gens, où allez-vous, étudiants, qui courez en bandes par les rues, manifestant au nom de vos colères et de vos enthousiasmes, éprouvant l’impérieux besoin de jeter publiquement le cri de vos consciences indignées ?

Allez-vous protester contre quelque abus du pouvoir, a-t-on offensé le besoin de vérité et d’équité, brûlant encore dans vos âmes neuves, ignorantes des accommodements politiques et des lâchetés quotidiennes de la vie ? Allez-vous redresser un tort social, mettre la protestation de votre vibrante jeunesse dans la balance inégale, où sont si faussement pesés le sort des heureux et celui des déshérités de ce monde ?

Allez-vous, pour affirmer la tolérance, l’indépendance de la raison humaine, siffler quelque sectaire de l’intelligence, à la cervelle étroite, qui aura voulu ramener vos esprits libérés à l’erreur ancienne, en proclamant la banqueroute de la science ? Allez-vous crier, sous la fenêtre de quelque personnage fuyant et hypocrite, votre foi invincible en l’avenir, en ce siècle prochain que vous apportez et qui doit réaliser la paix du monde, au nom de la justice et de l’amour ? [...]

Ô jeunesse, jeunesse ! Je t’en supplie, songe à la grande besogne qui t’attend. Tu es l’ouvrière future, tu vas jeter les assises de ce siècle prochain, qui, nous en avons la foi profonde, résoudra les problèmes de vérité et d’équité, posés par le siècle finissant. Nous, les vieux, les aînés, nous te laissons le formidable amas de notre enquête, beaucoup de contradictions et d’obscurités peut-être, mais à coup sûr l’effort le plus passionné que jamais siècle ait fait vers la lumière, les documents les plus honnêtes et les plus solides, les fondements mêmes de ce vaste édifice de la science que tu dois continuer à bâtir pour ton honneur et pour ton bonheur. Et nous ne te demandons que d’être encore plus généreuse, plus libre d’esprit, de nous dépasser par ton amour de la vie normalement vécue, par ton effort mis entier dans le travail, cette fécondité des hommes et de la terre qui saura bien faire enfin pousser la débordante moisson de joie, sous l’éclatant soleil. Et nous te céderons fraternellement la place, heureux de disparaître et de nous reposer de notre part de tâche accomplie, dans le bon sommeil de la mort, si nous savons que tu nous continues et que tu réalises nos rêves.

Jeunesse, jeunesse ! Souviens-toi des souffrances que tes pères ont endurées, des terribles batailles où ils ont dû vaincre, pour conquérir la liberté dont tu jouis à cette heure. Si tu te sens indépendante, si tu peux aller et venir à ton gré, dire dans la presse ce que tu penses, avoir une opinion et l’exprimer publiquement, c’est que tes pères ont donné de leur intelligence et de leur sang. Tu n’es pas née sous la tyrannie, tu ignores ce que c’est que de se réveiller chaque matin avec la botte d’un maître sur la poitrine, tu ne t’es pas battue pour échapper au sabre du dictateur, aux poids faux du mauvais juge. Remercie tes pères, et ne commets pas le crime d’acclamer le mensonge, de faire campagne avec la force brutale, l’intolérance des fanatiques et la voracité des ambitieux. La dictature est au bout.

Jeunesse, jeunesse ! Sois toujours avec la justice. Si l’idée de justice s’obscurcissait en toi, tu irais à tous les périls. Et je ne te parle pas de la justice de nos codes, qui n’est que la garantie des liens sociaux. Certes, il faut la respecter, mais il est une notion plus haute, la justice, celle qui pose en principe que tout jugement des hommes est faillible et qui admet l’innocence possible d’un condamné, sans croire insulter les juges. N’est-ce donc pas là une aventure qui doive soulever ton enflammée passion du droit ? Qui se lèvera pour exiger que justice soit faite, si ce n’est toi qui n’es pas dans nos luttes d’intérêts et de personnes, qui n’es encore engagée ni compromise dans aucune affaire louche, qui peut parler haut, en toute pureté et en toute bonne foi ? [...]

- Où allez-vous, jeunes gens, où allez-vous, étudiants, qui battez les rues, manifestant, jetant au milieu de nos discordes la bravoure et l’espoir de vos vingt ans ?

- Nous allons à l’humanité, à la vérité, à la justice ! « 

250px-zola_1902b Emile Zola, Lettre à la jeunesse, 1897

Publié dans zOne Dimanche cuLture ! | 19 Commentaires »

Les cons existent – Folie passagère 244

Posté par corto74 le 24 décembre 2009

Les cons existent - Folie passagère 244 wikio4 Voter !

J’en ai croisé 3 ces derniers jours.

Il y eut d’abord Mr Jacques Myard, député Ump des Yvelines. Celui-ci a eu la riche idée de proposer qu’on nationalise internet, « afin de mieux le contrôler » et « donc de nous préserver ». Il faut s’inspirer, dit-il, de ce qu’a fait la Chine dans ce domaine: « Ce pays a réussi à mettre en place un réseau totalement indépendant, capable de filtrer l’accès aux contenus. » Une comparaison inquiétante pour la préservation de la liberté d’expression. Non ? Sans doute Mr Myard, bien connu pour ses prises de positions contre l’avortement,  contre l’homosexualité et pour la peine de mort, semble penser que l’herbe est plus verte en Chine qu’ici, et bien qu’il y aille pour de bon, ça nous fera des vacances et dépolluera un peu l’UMP. Aux dernières nouvelles, le brave monsieur assimile les femmes portant la burqa à des prostituées, pour sûr, elles l’ont bien cherché… Connerie quand tu nous tient…

Ensuite, ce fut hier, la lecture d’une interview du philosophe français, Jean Jacques Delfour. Celui ci préconise la mort du Père Noël, allant presque jusqu’à le qualifier de violeur: « Le père Noël est un pénis qui pénètre la maison mère, dont la cheminée est le vagin, l’âtre l’utérus, et les cadeaux les enfants engendrés ». Ben voyons, et sa grand mère, elle bat le beurre ! Et donc, Mr Delfour est philosophe ! Ca gagne beaucoup un philosophe ? Parce que si c’est le cas, je signe de suite. Pour écrire ainsi, il me semble que Mr Delfour ait plutôt besoin d’un psy parce que, à ce niveau, « sa » philosophie ne vaut pas plus que de la philo de comptoir à quatres sous, bien imbibée. Quant à Libération, pour relayer pareilles inepties, il faut être soit en manque de lecteurs débiles, soit dans la volonté de ne pas nous réconcilier avec le journalisme !

Le troisième c’est Mr SFR, prénom: hotline. Mon fournisseur d’accès s’est mis en vrille depuis 2 jours. Un coup, cela fonctionne, un coup, rideau, il n’y a plus personne. Alors, comme le lambda moyen, j’appelle la ligne chaude au secours. Des fois qu’elle puisse me dire si je peux patienter où si je dois attendre les Rois Mages pour me connecter. Et tapez 1 si vous avez un pb, et tapez 2 si vous êtes client, et tapez 3 si vous avez du poil aux dents… Enfin, quand Hotline te répond, elle t’avoue, non sans malice, vous inquiétez pas, cher client, vous n’y êtes pour rien (sic), tout va rentrer dans l’ordre avec un peu de patience et merci pour votre confiance ! Oui, et je fais comment pour envoyer mes voeux ? pigeon voyageur, lettre affranchie au tarif en vigueur ? Grrrr, nous sommes devenus trop dépendants.

Enfin, tant qu’il en est encore temps, à toutes et à tous , un joyeux Noël ! Bises.

Pere_noel_scooterD’accord, pas d’accord: http://corto74.unblog.fr

 

Publié dans zonE soCiété | 21 Commentaires »

 

weekend |
blogprotectionanimale |
NATURALITE SAUVAGE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | jerome2008
| AHL EL KSAR
| pachasirdarlin